Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Emoi en Turquie. Gel des avoirs d'un géant du BTP turc en Israël. Parmi ses nombreuses réalisations: le ministère de la défense israélien
27/06/2010

Texte repris du site NanoJV, 16 juin 2010

Le quotidien turc Hürriyet pointe à nouveau Israël du doigt. C'est aujourd'hui la holding de BTP turque, Yýlmazlarhttp://www.yilmazlar-bld.com/, qui se trouve au coeur de la tempête. Un tribunal israélien vient de geler ses avoirs. Une décision “politique” et “illégale” selon le pdg de la société, cité par Hürriyet. Dans une conférence de presse donnée à Ankara, il en appelle au soutien du gouvernement turc.  

Le directeur de Yilmazlar en Israel annonce en effet aujourd'hui, par un communiqué, qu'un tribunal de Tel-Aviv a gelé 10 millions de dollars de créances dues par 4 sociétés israéliennes suite à un chantier réalisé en 2001.  D'après le communiqué, la raison invoquée par le tribunal repose sur les tensions créées par le Premier ministre turc. Et de poursuivre: « Une telle chose ne peut être vue nulle part ailleurs… Nous prions le Premier ministre de demander des explications à Israël et de faire la même chose contre les sociétés israéliennes actives en Turquie. »   

Le président de la holding déclare, pour sa part, que les relations israélo-turques sont en chute libre depuis l'incident de Davos le 29 janvier 2009 entre Pérès et Erdogan. « Depuis, le gouvernement israélien a appliqué diverses sanctions contre les entreprises turques actives en Israël: poll tax, quota sur les ressources humaines turques que les sociétés israéliennes veulent employer dans leurs projets ».  Enfin est-il ajouté pour parfaire l'indignation, 3 jours après l'incident de la Flottille, une société israélienne a poursuivi la holding au motif de malfaçons constatées dans 6 bâtiments…

Mais Hurriyet se garde préciser le meilleur à ses lecteurs. L'affaire remonte à 2003. La Turquie et Israël venaient de signer un important contrat pour l'amélioration des chars de l'armée turque. Il était donc conclu que la société de défense israélienne IMI enverrait ses spécialistes en territoire turc et procéderait aux modifications sur place. En échange, un accord de compensation entre les deux pays prévoyait l'achat par Israël de 40 millions de dollars de biens turcs par an.

Pour parvenir à équilibrer l'accord, la société turque Yilmazlar, comme le raconte le journal Haaretz de l'époque, proposa la vente de main-d'oeuvre turque à des sous-traitants israéliens. Yilmazlar connaissait bien le terrain pour être active en Israël sur de nombreux chantiers depuis le milieu des années 90. Le premier “deal” porta sur “l'importation” en Israël de 800 ouvriers turcs via la holding turque du bâtiment. Epinglée par la suite sur les conditions de travail http://www.haaretz.com/print-edition/news/exploitation-or-deportation-that-is-the-question-for-turkish-workers-1.159624réservées à ses employés. Yilmazlar fut tout de même gratifiée de l'award de la meilleure société étrangère. Elle participa en effet au cours des dernières années à de nombreux grands travaux et chantiers israéliens comme les tours Azrieli (plus grand centre d'affaires au Moyen-Orient), Mamilla à Jérusalem, l'Université Ben Gourion du Néguev, etc. Sans oublier le ministère de la Défense à Tel-Aviv, centre névralgique de l'Etat hébreu.  

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

Mis en ligne le 21 juin 2010, par Menahem Macina, sur le site France-Israël.org