Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

Antisémitisme en Suède : témoignage de la femme de l'ancien ambassadeur d'Israël
03/07/2010

26/08/09

The Jerusalem Post, 23 août 2009

Texte original anglais : "Abusing freedom of speech".

Traduction française sur le site Le Post.fr, 24 août 2009

 

Après avoir vécu une révolution en Roumanie, suivie de cinq années passées en Egypte, j'ai apprécié quand mon mari a été nommé ambassadeur en Suède.

Vraiment, j'attendais impatiemment de voir ce que cela faisait d'être nommé à notre dernier poste dans un pays occidental ami. Cette fois, nous ne serions pas isolés, il y aurait de brillantes cérémonies officielles, des invitations pour les événements royaux, et nous nous prélasserions dans une ambiance amicale.

Eh bien, ça ne s'est pas exactement passé comme ça. C'était l'époque de la seconde Intifada, et personne, personne ne nous aimait.

Ainsi, par exemple, quand une gigantesque manifestation fut organisée contre les Etats-Unis, après leur invasion de l'Irak, en 2003, les gens ont marché par dizaines de milliers sous notre fenêtre, en se dirigeant vers l'ambassade américaine. Parmi les nombreuses banderoles ostensiblement exposées, une était particulièrement saisissante, elle disait en lettres noires : « Bombardez Tel-Aviv, pas Bagdad ».

Quelques semaines plus tard, l'Union des étudiants de l'université de Stockholm décida d'organiser une « Journée de la Palestine », qui devait se terminer par un débat auquel l'ambassadeur d'Israël était convié.

Zvi [Mazel] fit un bon discours diplomatique sur la nécessité de compromis et de réconciliation, qui fut accueilli par un silence. Puis, le représentant palestinien prit la parole et se lança dans une violente diatribe contre les sauvages soldats israéliens :

« Quand ils remarquent une femme palestinienne enceinte, ces bêtes commencent à parier pour savoir si c'est un garçon ou une fille, et ensuite, ils EVENTRENT LA FEMME VIVANTE pour savoir qui a gagné. De plus, ajouta-t-il, « aucune jeune femme palestinienne n'est à l'abri des soldats : si elle est jolie, ils la mettront nue et l'obligeront à marcher dans les rues de Jérusalem. »

Je peux encore me souvenir du choc que j'ai ressenti. Nous étions, après tout, dans l'auditorium d'une université d'un pays occidental moderne, pas à Ramallah ou à Téhéran.

Comme prévu, l'auditoire siffla et hua les Israéliens tant haïs. Et pourquoi pas ? Nous étions quotidiennement mis au pilori dans la presse. Mais ça alla de mal en pis. Assez rapidement, cette haine se retourna contre la communauté juive. En octobre 2003, un dénommé Jan Samuelsson, un soi-disant expert en religion et histoire religieuse, publia un article dans un des principaux quotidiens, Dagens Nyheter - un journal du matin avec un tirage équivalent à celui de Aftonbladet –, expliqua qu'il était légitime de haïr les juifs aussi longtemps qu'Israël occuperait les territoires arabes.

Voici quelques morceaux choisis de cet article :

« La haine musulmane des juifs est justifiée »

« La haine des juifs est essentiellement un phénomène moderne suscité par les crimes commis par l'Etat d'Israël contre les Arabes au Moyen-Orient ».

En conséquence, l'Ambassade Israélienne protesta, mais devinez quoi ? La sacro-sainte liberté d'expression prévalut et rien ne fut fait.

Les juifs suédois comprirent rapidement le message : « Hillelskolan », l'école juive, fut mise sous protection policière et l'on conseilla à ses élèves d'enlever leurs couvre-chefs et leurs étoiles de David quand ils quittaient les lieux. Leurs parents reçurent le même conseil. Jusqu'à aujourd'hui, les religieux qui viennent d'Israël se voient demander de porter un chapeau plutôt qu'une kippa.

ASSUREMENT, une partie de tout ça peut être attribué à l'importante communauté musulmane qui vit en Suède de nos jours – 500 000 personnes sur un total de 9 millions d'habitants. A Stockholm, les juifs âgés, la plupart d'entre eux survivants de l'Holocauste, étaient conviés chaque vendredi à un «Oneg Shabat» [litt. "délices du shabbat" dans l'immeuble de la communauté. J'y ai participé quelques fois et je m'y suis rendue au début de mars 2004 pour dire au revoir. Un très vieil homme, avec un très fort accent polonais, sortit un journal de sa poche.

« Il est écrit ici », me dit-il, « que dans la grande mosquée de Stockholm, ils ont distribué des dépliants et des cassettes appelant à supprimer les juifs, fils de cochons et de singes. Il est également dit qu'un porte-parole du gouvernement a déclaré qu'il n'y avait pas de motif pour intervenir. Qu'avez-vous à dire là-dessus ? »

Il n'y avait pas grand-chose à dire.

Une fois de plus, l'Ambassade d'Israël protesta ; une fois de plus la vénérée cape de la sacro-sainte liberté d'expression fut jetée sur ce qui ne pouvait être décrit que comme de l'antisémitisme flagrant.

Ce fut une autre femme âgée qui finit par mettre des mots sur la peur qu'ils ressentaient tous :

« Vous êtes sûrement trop jeune pour vous en souvenir, mais c'est ainsi que ça a commencé en Allemagne ».

Je m'empressai de faire remarquer que la situation était complètement différente, en ce sens que le gouvernement suédois protégerait ses citoyens et qu'il s'employait vraiment à combattre l'antisémitisme. Le Premier Ministre, Goran Persson, n'avait-il pas organisé, non pas un mais trois séminaires internationaux sur le thème de l'Holocauste ?

Je ne suis pas certaine qu'ils m'aient cru. A peine un mois auparavant, le même gouvernement suédois avait financé l'infâme exposition glorifiant la femme palestinienne qui s'était fait exploser au milieu de la foule d'un restaurant bondé de Haïfa en octobre 2003, tuant 21 personnes [*]. Ce « travail artistique » montrant une photo d'elle, maquillée, le visage souriant, flottant sur une mer d'eau rouge censée rappeler le sang, avait été choisi pour l'ouverture officielle d'un nouveau séminaire international dédié à une digne cause : « empêcher les génocides ».

Et quand l'ambassadeur Israélien, après avoir vainement protesté, prit lui-même l'affaire en main et balança à l'eau les projecteurs qui illuminaient cette horreur, les trois principaux journaux protestèrent devant cette intolérable attaque contre la liberté d'expression artistique.

Le jour suivant, l'exposition était rétablie dans toute sa gloire.

Quand, un an plus tard, les musulmans protestèrent contre une peinture, exposée dans un musée de Gothenburg, qu'ils jugeaient insultante, ils le firent avec beaucoup plus d'efficacité. Une lettre anonyme expliqua ce qui arriverait à la femme et aux enfants du conservateur si le tableau n'était pas enlevé sur le champ.

Ce qui fut fait immédiatement.


Michelle Mazel *

* L'auteur de l'article est l'épouse de l'ancien ambassadeur, Zvi Mazel. Elle est l'auteur de « La femme de l'Ambassadeur », un récit personnel des huit années qu'elle passa au Caire avec son mari.


© The Jerusalem Post

 

[*] Pour mémoire, notre site avait, en son temps, documenté l'événement. Voir "Terroriste souriante dans une piscine de sang: colère de l'ambassadeur d'Israël", (17/01/04) ; "Le scandale de Stockholm, rappel des faits et Pétition", (19/01/04) ; et surtout : "Ce qu'a réellement vu l'ambassadeur d'Israël en Suède", (18/01/04).

 

 

Mis en ligne le 26 août 2009, par M. Macina, sur le site upjf.org

POUR MEMOIRE

"L'oeuvre d'art" de l'Israélien apostat, ennemi juré de son peuple. A l'arrière-plan, l'auteur du "chef-d'oeuvre" et son épouse. Ce qui suit est tiré de l'article, cité ci-dessus: "Ce qu'a réellement vu l'ambassadeur d'Israël en Suède"
 
 
Ce qu'a vu l'ambassadeur d'Israël, lorsqu'il a découvert
la piscine de sang sur laquelle flottait la photo de la meurtrière
de 21 civils innocents massacrés dans l'explosion du restaurant "Maxim",
à Haïfa, le 4 octobre 2003.
1 2 3 4 5 6
7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18
19 20 21



1. Zeev Almog, 71 ans, Israélien, Amiral de réserve, Haïfa.
2. Ruth Almog, 71 ans, Israélienne, Haïfa.
3. Moshe Almog, 43 ans, Israélien, Haïfa.
4. Tomer Almog, 9 ans, Israélien, Haïfa.
5. Assaf Staier, 11 ans, Israélien, Haïfa.
(Tous de la même famille!)

6. Bruria Zer-Aviv, 59 ans, Israélienne, kibboutz Yagur.
7. Bezalel Zer-Aviv, 30 ans, Israélien, kibboutz Yagur.
8. Keren Zer-Aviv, 29 ans, Israélienne, kibboutz Yagur.
9. Liran Zer-Aviv, 4 ans, Israélien, kibboutz Yagur.
10 Noya Zer-Aviv, 1 an, Israélienne, kibboutz Yagur.
(Tous de la même famille!)
11. Hana Francis, 39 ans, Arabe israélien, Fassouta (Galilée).
12. Mutanus Karkabi, 31 ans, Arabe israélien chrétien, Haïfa.
13. Sharbal Matar, 23 ans, Arabe israélien, Fassouta (Galilée).
14. Osama Najar, 28 ans, Arabe israélien chrétien, Haïfa.
15. Zvi Bahat, 35 ans, Israélien, Haïfa.
16. Mark Biano, 29 ans, Israélien, Haïfa.
17. Naomi Biano, 25 ans, Israélienne, Haïfa.
18. Nir Regev, 25 ans, Israélien, Naharia.
19. Irena Sofrin, 38 ans, Israélienne, Kiryat Bialik.
20. Lidya Zilberstein, 56 ans, Israélienne, Haïfa.
21. George Matar, 59 ans, Arabe Israélien chrétien, Haïfa.