Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Melanie Phillips

Les chameaux n'ont jamais été aussi méchants, Melanie Phillips
13/07/2010

 

Texte mis en ligne sur le Blog de l'auteure sur le site du 'Spectator.UK', le 9 juillet, sous le titre "Camels were never this vicious"

Traduction française : Menahem Macina

[Melanie Phillips n'a rien d'une journaliste classique : elle est avant tout une auteure littéraire, dotée d'une vaste culture et très talentueuse. Le titre de son article m'a d'abord laissé perplexe. Il s'agit, bien sûr, d'une métaphore, mais son décodage nécessite une connaissance au moins élémentaire de l'histoire militaire britannique moderne, particulièrement dans ses colonies et les théâtres d'opérations du Moyen-Orient. En fait, et pour autant que j'aie bien compris son intention, Melanie Phillips compare les agissements de certains ambassadeurs au Moyen-Orient à ceux des unités montées à dos de chameau. Selon un historien de ce corps militaire particulier, les soldats de l'Imperial Camel Corps – une formation militaire de la taille d'une brigade, qui combattit pour les Alliés lors de la campagne du Sinaï et de Palestine durant la Première Guerre mondiale – avaient une réputation d'indiscipline et d'absence de respect de l'autorité (à l'instar, d'ailleurs, de leurs chameaux, connus pour être hargneux). Il semble qu'ainsi, l'auteure insinue malicieusement que ces deux ambassadeurs se sont comportés comme les soldats indisciplinés du corps des chameliers de l'Empire britannique, à cette différence près qu'ils se sont avérés plus méchants que les véritables chameaux. (Menahem Macina).]

melanie_phillipsblog-header.jpg


A peine l'un des protagonistes [1] a-t-il, d'un coup de pied au postérieur, été envoyé paître dans le désert, qu'un autre [2] monte en ligne à travers les sables. Les effusions émues de l'ambassadrice de Grande-Bretagne au Liban, Frances Guy, sur la mort du mentor spirituel du Hezbollah, qu'elle avait mises en ligne, comme je l'écris plus loin, sur le site du Foreign and Commonwealth Office [FCO], en ont été excisées. Mais voici à présent que l'ambassadeur de Grande-Bretagne en Jordanie, James Watt, fait pire encore, comme l'a souligné 'Bialik', un internaute du blog
Harry's Place.

Et en effet, sur son Blog du FCO, Watt indique clairement qu'il ne croit pas qu'Israël ait un droit historique indiscutable à l'existence ; il estime que les Arabes palestiniens sont des autochtones dans ce pays et que l'idée selon laquelle Israël serait le foyer national des Juifs depuis des milliers d'années est fantaisiste.

Ici, il conteste l'autodétermination nationale juive :

« A de très rares exceptions près, personne, en dehors d'Israël, n'est disposé à prendre à la lettre les arguments sionistes. »

Ailleurs, il récuse l'histoire juive et celle du Moyen-Orient :

« Des assertions qu'aucun fait n'étaye [non-factual] – par exemple qu'un peuple juif ait construit Jérusalem il y a 5 000 ans – ne font que rendre manifeste l'absence de contexte réel ou raisonnable. Ce qui est étrange, c'est que des publics occidentaux aient pu tolérer durant si longtemps de telles affirmations sans les contester ; sans doute parce qu'ils espéraient qu'un arrangement raisonnable avec la population palestinienne autochtone interviendrait au cours du processus (même s'il fallait pour cela recourir à la diplomatie pour enlever les obstacles les plus lourds). »

Ailleurs, il nie l'histoire juive et l'autodétermination nationale et tombe dans le sectarisme :

« L'origine du problème. L'arrivée en Palestine de sionistes déterminés à éviter toute forme d'intégration dans la société existante, et leur politique consistant à faire venir leurs coreligionnaires de milieux culturels et sociaux étrangers à la Palestine, ont tout changé. »

Ici [3], il colporte le Grand Mensonge du Hamas, du Hezbollah et de l'OLP, qui discrédite la défense israélienne comme étant une agression et qualifie de civils tous les Arabes tués par Israël, alors qu'en fait, la plupart sont des terroristes :

« Peu d'observateurs seraient en désaccord avec Hirst [4], selon qui Israël a mené depuis longtemps une politique de dissuasion militaire massive, qui devient maintenant de plus en plus violente – et, aux dires de ses propres officiels, plus prête à infliger des pertes civiles à grande échelle pour parvenir à ses buts politiques. Gaza a illustré cette escalade : davantage de bombardements et de tirs de mortiers à longue distance, afin de réduire au minimum les risques pour ses soldats, avec, pour résultat, dix militaires et trois civils israéliens tués, alors que 1 330 habitants de Gaza (des civils pour la plupart, dont 410 enfants) ont perdu la vie. Comparez les 43 civils israéliens tués par des tirs de roquettes du Hezbollah en juillet-août 2006, et les 119 soldats israéliens tués durant la bataille, avec le millier de civils libanais (dont un tiers d'enfants) et un nombre inconnu de combattants libanais. »

Ailleurs, il exprime sa compassion pour les terroristes turcs tués sur le Mavi Marmara en tentant de lyncher les soldats israéliens qui montaient à bord de la flottille de Gaza, et il affirme que la raison invoquée par Israël pour restreindre l'afflux de marchandises dans Gaza – à savoir : empêcher l'entrée d'armes en contrebande et desserrer l'étreinte du Hamas – est un mensonge :

« Je présente mes condoléances aux familles de ceux qui ont été tués dans cette tragédie qui aurait pu être totalement évitée […] le monde entier en a assez du blocus de Gaza – un blocus qu'Israël aurait dû lever depuis longtemps conformément à la résolution 1801, ainsi qu'à d'autres lois internationales. Et le monde en a assez des prétextes qu'invoque Israël pour le maintenir. »

C'est ce qu'on a appelé le "corps des chameliers" de la FCO. Mais les chameaux n'étaient pas aussi méchants. C'est un vieux cliché que celui qui affirme que les diplomates sont envoyés à l'étranger pour mentir au profit de leur pays. Mais l'un des effets inévitables de la diabolisation et de la délégitimation d'Israël, infligées par des déformations de ce genre et un tel sectarisme, est de générer encore plus de haine génocidaire dans tout le monde arabe et musulman.

Le gouvernement britannique dit qu'il est attelé à une solution à deux Etats. Alors, pourquoi son ambassadeur en Jordanie suggère-t-il que l'Etat qui, lui, existe déjà, est illégitime ? Est-ce la position de son Gouvernement ? Si ce n'est pas le cas, pourquoi celui-ci permet-il à son ambassadeur en Jordanie d'exposer un point de vue aussi odieux ? Les commentaires de Watt ne seraient-ils, eux aussi – comme le FCO l'a dit à propos de l'article de Francis Guy sur son Blog – qu'une "vue personnelle" ? Dans ce cas, pourquoi figurent-ils sur le site Web du FCO – où ceux de Mme Guy sont restés jusqu'à ce qu'ils attirent l'attention embarrassante de la blogosphère ? Le Secrétaire d'Etat aux Affaires étrangères, William Hague, réprouvera-t-il ces déformations et la venimeuse hostilité dont Watt fait preuve envers un allié de la Grande-Bretagne ? Ou bien devons-nous conclure que ce sont des opinions qu'il partage ?

Melanie Phillips

© The Spectator UK

------------------

Notes du traducteur

[1] Il s'agit de Frances Guy, voir : "L'ambassadrice de Grande-Bretagne au Liban admirait l'ayatollah du Hezbollah".

[2] Il s'agit, cette fois, de l'ambassadeur de Grande-Bretagne en Jordanie.

[3] Il faut s'identifier pour consulter, sur le Blog de Mme Phillips, l'article auquel ce lien réfère. On peut lire ce passage sur le Blog de James Watt, ambassadeur de Grande-Bretagne en Jordanie, dans l'article intitulé "Where does this all fit?".

[4] L'ambassadeur fait allusion au livre de David Hirst, paru cette année sous le titre "Beware of Small States" [Attention aux petits Etats].

------------------

Mis en ligne le 12 juillet 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org