Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Fureur en Arabie saoudite au sujet des révélations du Figaro concernant le roi Abdallah
07/08/2010

 

15 juillet 2010

Texte repris de MEMRI, Dépêches spéciales n° 3088, 11 juillet 2010


Dans une note du 29 juin 2010 parue sur le Blog de Georges Malbrunot [1], Le Figaro révèle que le roi Abdallah d'Arabie saoudite a déclaré au ministre français de la Défense Hervé Morin, le 5 juin lors d'une visite à Djedda:

« Il y a deux pays au monde qui ne méritent pas d'exister: l'Iran et Israël »,

propos confirmés par des sources diplomatiques et militaires françaises. (1)

Un haut responsable saoudien a démenti l'information, notant que Le Figaro n'avait pas [cité] ses sources. Il a ajouté que la position saoudienne était claire et sans ambiguïté, réclamant un démenti de la part du Figaro. (2)

Le 3 juillet 2010, le quotidien en ligne Elaph annonce que le roi Abdallah a reporté sa visite du 12 juillet à Paris, prévue en 2006 lors d'une visite de l'ancien président Jacques Chirac en Arabie saoudite. Le roi

« Abdallah devait rencontrer le président français Nicolas Sarkozy et inaugurer avec lui une exposition saoudienne au Louvre ». (3)

Une autre note du Figaro (blog de Georges Malbrunot le 9 juillet [2]) apporte deux explications supplémentaires à l'annulation de la visite:

« Paris lui avait proposé [au roi] d'être 'invité d'honneur' [du 14 Juillet]. Mais il n'était pas le seul à se voir ainsi mis en avant. Il y avait aussi les chefs d'Etat africains. Riyad a fait attendre sa réponse, avant de dire non. Visiblement, Abdallah ne tenait pas à être assis aux côtés des représentants africains. 'Inviter le roi Abdallah un 14 Juillet, jour anniversaire de la chute de la monarchie en France n'était pas non plus très adroit', poursuit un diplomate arabe en poste à Paris (…). »

La presse saoudienne a réagi avec colère aux informations divulguées par Le Figaro, les qualifiant de mensonges et d'inventions, soulignant qu'elles entrent en totale contradiction avec l'opinion et l'action du roi Abdallah et du gouvernement saoudien.


Extraits de deux articles parus dans la presse saoudienne:

Al-Watan: Le Figaro a failli au niveau professionnel et doit présenter des excuses

Un éditorial du quotidien Al-Watan, intitulé "La chute du Figaro", accuse le quotidien français de publier des informations mensongères, en désaccord total avec les prises de position bien connues du roi Abdallah:

« Quand un journal international respectable comme Le Figaro français attribue une déclaration à une figure de l'éminence mondiale telle que le roi Abdallah, contredisant toute logique, vérité, ainsi que les faits, cette publication ne peut être qu'une invention ou un mensonge. Cela signifie que le professionnalisme du journal a été compromis. L'un des fondements du journalisme est de baser ses rapports sur des sources [fiables], principe d'autant plus incontournable qu'il s'agissait d'un rapport de première importance (…)

Comment un roi qui appelle à la paix dans tous les forums, et dont les initiatives pour le rapprochement entre civilisations sont connues de tous, pourrait-il faire une déclaration pareille ? Ce rapport, qui est arrivé au journal par des sources biaisées - en admettant que sources il y ait eu, ce qui est une question en soi - ne correspond pas à l'orientation politique, aux principes et à la position que l'on connaît du roi Abdallah et de son gouvernement. On aurait pu attendre du Figaro qu'il considère avec suspicion ce rapport, le traitant comme un faux jusqu'à preuve du contraire. D'autant plus que ce rapport entre en contradiction avec ce que l'on sait d'une certaine figure, et représente un virage complet par rapport aux positions bien connues de cette figure, aux positions et stratégies de son pays sur un sujet donné. Le Figaro s'est montré paresseux au niveau professionnel, attribuant impudemment au roi une fausse déclaration.

Les positions du roi et du gouvernement saoudien sur l'Iran et Israël sont bien connues. La position du roi d'Arabie saoudite sur l'Iran est favorable aux relations de bon voisinage, [tout en tenant compte de] la nécessité pour l'Iran de coopérer avec la communauté internationale. La position de l'Arabie saoudite vis-à-vis d'Israël est également connue et claire: l'initiative de paix arabe est sur la table, même si elle n'y restera pas indéfiniment. Comment Le Figaro a-t-il pu tomber aussi bas ? Des excuses seraient un signe de bonne volonté de sa part, tandis que le silence serait un signe d'entêtement et de malveillance. Le choix du Figaro [révélera] son vrai visage. » (4)


Le directeur d'Al-Sharq Al-Awsat:
cette publication est une tentative de sabotage de la visite d'Abdallah aux Etats-Unis


Tariq Alhomayed, directeur d'Al-Sharq Al-Awsat
, a également affirmé que le roi Abdallah n'avait pas pu tenir de tels propos, soulignant que ceux-ci entraient en contradiction avec son style et ses convictions:

« (…) Il est inconcevable que le roi tienne un tel discours, vu que, quand il était prince héritier, il fut l'initiateur du rapprochement entre Riyad et Téhéran. »

Alhomayed ajoute que le moment de la parution de la note du Figaro, si peu [de temps] avant la visite du roi Abdallah aux Etats-Unis et sa rencontre avec le président Obama, indique que l'Iran et Israël sont à l'origine de la fuite et que celle-ci est venue en réaction aux discussions d'Abdallah et d'Obama sur la question de la paix. (5)

figaro_lie.jpg

© Jihad 'Awartani Al-Watan (Saudi Arabia), July 4, 2010. A gauche : en se détachant, les lettres du titre du Figaro laissent apparaître le mot anglais "LIE" = mensonge.




(1) Le Figaro (France), 30 juin 2010.

(2) www.spa.gov.sa, 1er juillet 2010.

(3) www.elaph.com, 3 juillet 2010.

(4) Al-Watan (Arabie saoudite), 3 juillet 2010.

(5) Al-Sharq Al-Awsat (Londres), 3 juillet 2010.

 

© MEMRI

 

-----------------------

 

Notes de France-Israël

 

[1] "La violente charge du roi Abdallah contre l'Iran et Israël est démentie par Riyadh".

[2] "Un faisceau de raisons derrière l'annulation par le roi Abdallah de sa visite à Paris".


-----------------------


Mis en ligne le 15 juillet 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org