Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Iran

La Russie brise l'embargo américain contre l'Iran, Shraga Blum
07/08/2010

Sur le site israel7.com, 15 juillet 2010

 chmatko_serguei_ministre_russe_energie.jpg

 

Le ministre russe de l'Energie, Sergueï Chmatko, et le ministre iranien du Pétrole, Massoud Mirkazemi, se sont rencontrés mercredi à Moscou, et ont signé un certain nombre de contrats d'importance stratégique majeure, l'un d'eux portant sur la livraison à l'Iran de carburants et de produits dérivés du pétrole.

Les formules insérées dans les contrats signés ne laissent aucune place au doute: « La Russie et l'Iran ont l'intention d'intensifier leur coopération, tant dans le domaine de l'approvisionnement, que dans ceux des échanges et de la commercialisation du gaz naturel, des carburants et des produits pétrochimiques ».

Plus que cela, Moscou a également aidé Téhéran à contourner l'embargo imposé par Washington sur les institutions bancaires et les compagnies d'assurances qui doivent accompagner les transactions commerciales. Les deux ministres ont notamment prévu la création d'une banque commune aux deux pays, qui sera chargée de financer les transactions prévues par les contrats signés.

En cela, Moscou brise non seulement de manière ouverte et totale l'embargo décidé par les Etats-Unis sur les produits pétroliers à destination de l'Iran – qui avait déjà commencé à porter ses fruits sur l'économie iranienne – mais défie également Washington, pour voir si les Américains se risqueront à prendre des mesures contre les institutions bancaires ou les sociétés russes qui seront impliquées dans ces transactions commerciales. En effet, dans le texte signé par Barack Obama le 2 juillet dernier, il est clairement stipulé « que les Etats-Unis ne coopéreront plus avec des sociétés ou des banques étrangères qui effectueront des transactions commerciales avec l'Iran dans le domaine pétrolier ». A la suite de cela, la plupart des grandes compagnies d'assurances et pétrolières (BP) ainsi que les grandes banques européennes avaient annoncé « qu'elles se mettaient au diapason de la décision américaine ».

Selon des observateurs de la vie politique russe, c'est le Premier ministre Vladimir Poutine qui se trouve derrière ce virage stratégique russe et qui a téléguidé, en coulisses, toute l'action du ministre russe de l'Energie, car c'est Poutine qui a la haute main sur la politique énergétique russe.

Le Président Obama se trouve désormais face à un dilemme: s'il tient parole, il risque de provoquer une crise dans les relations avec la Russie, ce qu'il ne souhaite pas. Mais s'il cède, il diffusera au monde entier le message que « l'embargo peut être rompu par qui le souhaite », ce qui fera la joie des nombreuses compagnies pétrolières appartenant à des pays limitrophes de l'Iran, en Asie ou dans la Caucase, qui se feront un plaisir de commercer avec Téhéran.

Mais le sauvetage de l'Iran ne vient pas que de Moscou. Dans les marchés pétroliers, des rumeurs de plus en plus précises indiquent que la Chine et la Turquie sont également sur les rangs pour venir au secours du régime des Mollahs. Selon des images satellites, de longs convois de camions-citernes se pressent aux frontières du Kurdistan avec l'Iran, au nord de l'Irak, pour entrer en Iran et livrer du carburant, malgré la présence au Kurdistan de nombreuses troupes américano-irakiennes. Alors, si les Etats-Unis n'arrivent pas à faire respecter l'embargo dans des zones où ils sont maîtres, que dire du reste du monde ?!

L'hypocrisie de la diplomatie russe se révèle ici dans toute sa splendeur, car de tels gestes politiques et économiques ne s'improvisent pas et semblent préparés de longue date, d'autant que le Président Dmitri Medvedev déclarait encore lundi « que l'Iran était très proche de la possession de l'arme atomique ».

Ces derniers développements de la politique russe, s'ils entrent dans les faits, montreraient aussi, hélas, l'échec du Premier ministre israélien, Binyamin Netanyahou, qui, depuis son entrée en fonction, tente de convaincre la communauté internationale d'intensifier les sanctions contre l'Iran.

L'embargo américain semblait être la première mesure prise depuis des années qui pouvait « faire mal » au régime iranien, et voilà que Moscou vient sauver Téhéran et tourner Obama en ridicule.

 

Shraga Blum

 

© Israel7.com

 

[Article relayé par desinfos.com et aimablement signalé par O. Peel.]


Mis en ligne le 19 juillet 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org