Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Le chemin du retour, Claude Salomon Lagrange
07/08/2010

 

Pour aschkel.info et  lessakele

 

Source : Blog Aschkel.info, 2 août 2010

aliyah_franE7ais+copie.jpg

 

Ce 16 av 5770 au soir – mardi 27 juillet 2010 -, un groupe de près de 500 Juifs de France décidaient de prendre un aller simple pour Israël et de faire leur « Aliya » (mot hébreu pour désigner  la « montée ») pour accomplir leur idéal de renouer avec la Terre de leurs ancêtres, en Israël.

Ce n'est pas le premier groupe - plus ou moins 2000 individus quittent la France pour Israël chaque année, sans compter des milliers d'autres qui optent pour d'autres destinations (Etats-Unis, Canada, etc.) -, et ce ne sera sûrement pas le dernier groupe, quelles qu'en soient les raisons, à décider ainsi.

La motivation première et principale est, pour de nombreux individus de confession juive vivant en France, de réaliser quelque chose de leur destin juif qui est une forme permanente de l'histoire. L'« Aliya » de France constitue l'un des flux les plus importants et est composée de jeunes bacheliers ou en fin d'études, célibataires, mariés - avec peu d'enfants – ou de familles nombreuses, ou de seniors à la retraite.

Une caractéristique commune à tous : il ne s'agit pas d'un sionisme candide mais d'une conscience vive de leur judaïté et des efforts à accomplir sur place pour se construire une autre vie.

Car nul n'ignore qu'en Israël, comme ailleurs en Occident, des tendances sont à l'œuvre qui ne font pas magiquement de ce pays un « pays de cocagne ».

Pour la majorité des Juifs qui réalisent ce Retour, c'est, pour eux, répondre à ce qui correspond au commandement positif issu de la Torah, qui demeure permanent pour toutes les générations et qui enjoint à chaque Juif, religieux ou non, d'habiter le pays d'Israël. C'est aussi cela le sionisme, c'est une histoire d'amour qui a raison des difficultés, et qui vise à la transformation de la nostalgie spirituelle qui depuis des millénaires anime et oriente le cœur des Juifs vers la Terre d'Israël.

C'est ce Retour du peuple juif sur sa Terre qui le promeut en Peuple d'Israël. C'est une continuation enracinée dans le passé le plus lointain. C'est un retour vers soi, vers un idéal qui va infiniment au-delà du simple fait de résider en Israël.

Car Israël n'est pas une patrie au sens habituel du terme, mais l'expression du statut exceptionnel de la Terre d'Israël elle-même qui concerne l'être lui-même, même si le Peuple d'Israël semble un peuple comme les autres et la Terre d'Israël une terre comme les autres. C'est un ensemble essentiel qui a une portée humaine et bien au-delà.

C'est Ben Gourion qui disait que « le Peuple, le Livre et la Terre constituent un cordon triplement torsadé qui ne peut être coupé et dont aucune force matérielle ne peut venir à bout. Leur relation réciproque et leurs rôles communs en font des réalités à part, c'est un secret. »

Mais à cette motivation de faire son « Aliya », s'ajoute une cause qui est aussi à considérer. C'est le trouble grandissant qui découle du malaise social ambiant, en France, générateur de plus en plus de violences multiformes, d'affronts, de crachats contre les Juifs français, depuis une trentaine d'années, et qui a installé, dans un goutte à goutte pernicieux, un trouble profond.

Le vivre en France – pour les Juifs, comme pour de plus en plus de citoyens de sensibilités différentes qui refusent cette fatalité faite d'abandons et des petites lâchetés – est devenu problématique et conduit vers une inconnue. Car, répétons-le, ce qui se passe avec et contre les Juifs les dépasse et devrait interpeller tous les démocrates et humanistes en cela que ce sont des signes précurseurs de périls plus graves à venir.

Les Juifs ne fuient pas la France, mais, par leur attitude, ils manifestent leur refus de se soumettre à la fatalité du scandale que constitue cette banalisation du mal antisémite et de la gratuité de la haine récurrente à leur encontre, se trouvant quasiment seuls à devoir y faire face pour se battre.


© Claude Salomon Lagrange

 

Suite sur Aschkel.info

 

Mis en ligne le 3 août 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org