Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

La commémoration et le reste, Shmuel Trigano
07/08/2010

 

Source : Drzz.info, 3 août 2010  


Chronique de Shmuel Trigano sur Radio J, vendredi 23 juillet 2010
 


trigano_noir_et_blanc.jpg


Nous sortons à peine des commémorations annuelles de la Shoa, du Vel d'Hiv... Il s'est produit à Lille un incident riche de signification. Le président de la communauté juive, Jean-Claude Komar, a évoqué Israël qui « ne fait que se défendre contre des mouvements islamo-terroristes et apporte chaque jour des bienfaits à l'humanité entière par la qualité de ses recherches scientifiques ». L'auteur de ces paroles a poussé l'audace jusqu'à affirmer que « l'antisionisme est l'antisémitisme des temps modernes », dénonçant la campagne de boycott et la « lâcheté internationale » face au discours antisémite d'Ahmadinejad à l'ONU.
 

Le préfet de région qui assistait [à l'événement] lui a fait savoir par la suite qu'il n'avait pas apprécié son discours, « un discours périlleux. Il y a un soutien à l'Etat d'Israël mais pas à sa politique. Nous subissons en France les conséquences du conflit ». 

Félicitons, tout d'abord, le président de la communauté de Lille d'avoir eu le courage de jeter un pavé dans la mare. Il y a en effet un inconscient malsain du devoir de mémoire – que j'ai analysé en profondeur dans un de mes livres, Les frontières d'Auschwitz, les dérapages du devoir de mémoire (1) -, qui consiste à faire une équivalence entre la reconnaissance publique qui va aux victimes, aux Juifs défunts, et l'assentiment à une critique ravageuse et abusive d'Israël, cheval de Troie du nouvel antisémitisme.  

J.-C. Komar a eu raison de parler d'Israël à cette occasion, car c'est en surfant sur cette mémoire malsaine de la Shoah que les attaques les plus virulentes sont commises contre la communauté juive et pas seulement Israël. La Shoah est instrumentalisée pour délégitimer Israël de façon éhontée, dans l'hypocrisie générale d'une opinion qui fait mine de piété dans la commémoration, alors qu'elle souffre le spectacle d'apprentis Hitler comme Ahmadinedjad, ou des discours et des actes qui visent à faire d'Israël et des Juifs les parias de l'ordre mondial. C'est tout simplement vertigineux de penser à tout cela en entendant les discours commémoratifs habituels de ces cérémonies. On ne peut accepter sans réagir que les uns autorisent les autres. 

Les acteurs publics ont le sentiment qu'ils donnent aux Juifs toute la reconnaissance qu'ils souhaitent. Sans doute le leadership juif officiel n'a-t-il pas assez clarifié le fait que l'existence pleine et entière de l'Etat d'Israël est ce qui compte le plus pour les Juifs dans leur immense majorité et qu'ils ne peuvent se satisfaire de célébrations funéraires en mémoire d'un peuple défunt.  

Plus grave est le fait que le leadership politique français n'ait pas encore compris que le problème antisémite en France n'a pas pour origine Israël ou l'existence juive mais des réalités politico-religieuses propres à la population immigrée. La remarque du préfet laisse d'ailleurs entrevoir toute la logique de la doctrine du gouvernement dans ces affaires. Elle se fonde sur des présupposés erronés, comme les événements sécuritaires le montreront de plus en plus. 

 

© Shmuel Trigano

 

(1) Biblio-Essais, Livre de Poche-Hachette, 2005 

 

Retrouvez Shmuel Trigano sur ses Blogs :

http://www.controverses.fr/
http://www.shmuel-trigano.fr/
 

 

[Article aimablement signalé par O. Peel.]

Mis en ligne le 3 août 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org