Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Nouvelle donne au Nord d'Israël, Meïr Ben-Hayoun
07/08/2010


Source : Israël7.com, 4 août 2010

 

embuscade_libanaise.jpg

Selon la version officielle, un officier libanais aurait, de son propre chef, pris l'initiative de tendre une embuscade de tireurs d'élite aux militaires de Tsahal. L'armée israélienne voulait élaguer la végétation sur la ligne bleue et avait prévenu la FINUL afin de coordonner cela avec l'Armée libanaise.

L'Armée libanaise avait réagi en appelant à la compréhension de Tsahal pour repousser de deux heures cette activité. Ce à quoi, Tsahal avait donné son accord étant donné le semblant d'atmosphère de coopération. Ces deux heures ont été exploitées par les militaires libanais pour les préparatifs de l'embuscade. Ils ont même pris soin d'alerter les journalistes de Beyrouth d'arriver à temps pour immortaliser la tuerie sur la pellicule.

Les questions qui se posent sont les suivantes:

- Est-ce qu'un officier libanais aurait pu faire seul les préparatifs pour une action demandant planification et prévenir les médias libanais de sa propre initiative, sans avoir auparavant l'aval tacite de ses supérieurs?

- La FINUL est préposée à la préservation du calme et de la paix dans la région, selon la résolution 1701 du Conseil de Sécurité. Ayant été témoin de ces préparatifs, comment la force de paix onusienne s'est-elle abstenue de prévenir les Israéliens et pourquoi n'est-elle point intervenue auprès du haut-commandement libanais pour éviter l'escalade prévisible de la violence ? L'événement n'est pas sans rappeler le rôle de complaisance de la FINUL lors de la prise d'otages des militaires, Goldvasser et Regev, et le meurtre de leurs camarades en juillet 2006, ce qui avait déclenché la Seconde Guerre du Liban.

Comment Tsahal a-t-il été surpris pour la énième fois, alors que le déploiement offensif sur le terrain et la venue de journalistes libanais ne conféraient pas à cette embuscade libanaise un caractère d'opération ultra-secrète et d'extrême discrétion ?

Et surtout, comment l'armée libanaise, formée et équipée par les Etats-Unis dans le dessein avoué de faire écran au Hezbollah et donc, à l'Iran et à la Syrie au Liban, se joint-elle à l'axe Damas-Téhéran contre Israël sous l'œil bienveillant de Washington?

Dans la confrontation entre Israël, la Syrie et l'Iran, par Hezbollah interposé, c'est la première fois que l'armée libanaise, non seulement se joint à l'organisation terroriste chiite, mais prend  elle-même l'initiative d'une attaque contre Tsahal sur la frontière, et surtout, est prête à en subir les conséquences.

En opérant ainsi, l'Armée libanaise  redistribue les cartes de la scène libanaise, tout d'abord en ayant réussi à prendre Tsahal par surprise. Les implications de cet incident dépassent de loin les conséquences tragiques immédiates des échanges de coups de feu. C'est une nouvelle donne stratégique dans la région.

Jusqu'à hier matin, personne n'aurait pu s'imaginer que l'armée libanaise attaquerait des militaires de Tsahal alors que ces derniers se trouvaient sur la ligne bleue, donc en territoire israélien, ce qui a été confirmé par la FINUL. Ainsi, l'armée libanaise a pris le pas sur le Hezbollah en reprenant ses méthodes. Par ce fait accompli, alors que sa neutralité relative semblait un acquis immuable, l'armée libanaise devient ainsi un élément anti-israélien majeur de plus dans l'imbroglio libanais, qui pourrait même éclipser le Hezbollah. Que les Etats-Unis aient promu cette armée libanaise est un indice de plus de l'incompréhension chronique de Washington des processus moyen-orientaux. La réaction classique et toute faite de la Maison Blanche à cet incident était prévisible: « l'appel au calme et à la retenue ».


Meïr Ben-Hayoun

 

© Israel7.com

 


[Article aimablement signalé par O. Peel.]

 

Mis en ligne le 4 août 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org