Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Millière Guy

La Finul est-elle au service du terrorisme islamique ? Par Guy Millière
07/08/2010


Source : Drzz.info, 6 août 2010

J'étais voici un peu plus d'un an à Metula, où je rendais visite à mon ami Stéphane Juffa, qui dirige la Metula News Agency. Je suis, en compagnie de Stéphane, allé jusqu'à la frontière, la fameuse « ligne bleue ». J'ai vu les forces de la FINUL de l'autre côté de la double rangée de barbelés. J'ai pu constater leur inaction léthargique et leur « neutralité ». Des drapeaux du Hezbollah étaient plantés à l'extrême proximité de leurs positions. Aucun drapeau libanais n'était visible. Un grand panneau était planté juste à côté sur lequel figuraient des portraits de « martyrs » djihadistes, auteurs d'attentats meurtriers, assassins d'Israéliens : le panneau portait lui-même en signature, le sigle du Hezbollah. L'impression qui se dégageait du spectacle était celle d'une complicité tacite entre le Hezbollah et la FINUL. L'incident meurtrier du 3 août dernier semble confirmer cette complicité, et devrait être dénoncé en ces termes. Non seulement, tout indique désormais que la FINUL a averti l'armée libanaise et le Hezbollah des travaux d'entretien que devait effectuer l'armée israélienne et de l'emplacement où ces travaux devaient avoir lieu, mais il semble avéré, comme en attestent plusieurs photographies (voir le blog hashmonean.com, voir aussi les photos de Stéphane Juffa sur le site menapress.org), que plusieurs des tireurs ayant participé au guet-apens contre les soldats israéliens avaient pris position juste à côté de membres de la FINUL qui leur servaient ainsi de couverture. Si les soldats israéliens, en ripostant, avaient atteints des soldats de la FINUL, les gros titres des journaux du monde entier auraient été, bien sûr : « Israël agresse les forces de maintien de la paix ».

unifil-peacekeepers-flying-a-un-flag-app.jpg

Le fait que la FINUL ait « confirmé » la version de l'incident donnée par Israël ne change rien à la question de fond : à quoi sert la FINUL ? Si la réponse est : à fournir des boucliers humains aux tireurs de l'armée libanaise et du Hezbollah, cela signifie que la FINUL  est au service du terrorisme islamique. Si elle est : à servir de prétexte à des incidents permettant d'incriminer Israël en cas de riposte, cela signifie que la FINUL est aussi au service des opérations de propagande du terrorisme islamique.

Dans tous les cas, c'est le rôle, la fonction, la légitimité, et la présence de la FINUL qui sont en cause. La « communauté internationale » – comme disent les praticiens de la langue de bois et les adeptes de la dhimmitude – se dit « préoccupée » ? Elle est, surtout, complice de l'assassinat d'un homme, le lieutenant-colonel Dov Harari et des blessures graves infligées à deux autres courageux défenseurs d'Israël. J'ai en moi des sentiments pluriels : de la compassion pour la famille et les proches de Dov Harari. De la colère face au fait qu'Israël doive sans cesse se défendre contre la haine de gens qui ne produisent que la stérilité, le racisme et la mort. Du dégoût face aux paroles hypocrites de quasiment tous les politiciens du monde dit « civilisé ». Du mépris face à une presse qui, à de rares exceptions près, continue à faire son travail en France comme s'il y avait, pour la surveiller, un bureau de la censure islamo-terroriste prêt à sévir : la prochaine fois qu'un journaliste me parle de « déontologie », je lui répondrai qu'il doit bien exister quelque part des cirques qui auraient besoin de clowns ou que sinon, il peut aller pratiquer la déontologie le long du bois de Boulogne vers deux heures du matin.


©
Guy Millière

 

[Article aimablement signalé par O. Peel.]

 

Mis en ligne le 6 août 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org