Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Les Palestiniens posent des tombes ! Menahem Macina
13/08/2010

 

12 juillet 2010

 

Non, mon titre n'est pas victime d'une coquille ridicule. Je sais, vous eussiez attendu : Des Palestiniens posent des Bombes, mais vous avez bien lu : maintenant ce sont des « Tombes » que posent nos ennemis. Ce que j'ai appelé "le hoax palestinien de l'été 2010", inonde les rédactions de presse du monde entier : les Juifs détruisent un cimetière arabe de Jérusalem ! Et les lecteurs pressés et, le plus souvent incapables de vérifier l'information – à supposer même qu'un doute concernant sa fiabilité les effleure – de se dire : « l'AFP, tout de même c'est sérieux ! ».

Je dois l'information au site JSS, dont j'ai repris deux articles sur le sujet : "Invention islamiste de fausses tombes au centre de Jérusalem-ouest, afin de revendiquer plus de terres musulmanes" ; et "Aidez Israël en exposant la vérité sur les tombes de Jérusalem aux médias".

Je lui dois surtout une référence extrêmement précieuse, fatale à ce "bobard" médiatique, en ce qu'elle dégonfle impitoyablement la baudruche islamo-palestinienne. JSS est allé dénicher un article incontournable et au-dessus de tout soupçon, puisqu'il est paru le 22 novembre 1945 (donc à l'époque du Mandat britannique sur la Palestine), sous le titre "Cemetery Into Business Center", dans le Palestine Post (qui n'était pas un journal juif), dont les archives numérisées sont consultables par quiconque veut s'en donner la peine (voir clichés en fin d'article). Voici ma traduction française de ce texte instructif :

 

"Un cimetière transformé en Centre Commercial

 

Un terrain d'une superficie de plus de 450 dunams [45 hectares], situé au cœur de Jérusalem, qui constitue actuellement le Cimetière de Mamillah, va être transformé en Centre Commercial ; le plan d'urbanisme est en phase d'achèvement sous la supervision du Conseil Suprême Musulman, en coordination avec le Conseiller de la Planification de l'Urbanisme. Un bâtiment de six étages, qui abritera le Conseil Suprême Musulman et d'autres bureaux, un hôtel de quatre étages, une banque et d'autres bâtiments – tels un établissement d'enseignement secondaire, un club et une usine –, seront parmi les principales constructions. Il y aura aussi un parc qui sera appelé Parc Salah ed Din, du nom du guerrier musulman de l'époque des Croisades.

Les restes humains enterrés dans le cimetière sont en cours de transfert dans un emplacement situé au voisinage de la tombe de Sayid al Kurashi, ancêtre de la famille Dajani, dans une concession funéraire de 40 dunams [4 hectares].

Interviewé par "Al Wihda", l'hebdomadaire de Jérusalem, un membre du Conseil Suprême Musulman, a déclaré que l'utilisation de cimetières musulmans dans l'intérêt public a de nombreux précédents, tant en Palestine qu'ailleurs. Il a évoqué le cas du cimetière de Bab el Sahirn (la Porte d'Hérode), qui s'étendait auparavant jusqu'à la Porte Saint Etienne ; celui du Cimetière de Jaffa, converti en Centre Commercial, et celui de la Place de la Reine Farida, au Caire, qui n'est plus un cimetière aujourd'hui. Et cette personnalité d'ajouter que le Conseil Suprême Musulman avait l'intention de rendre publique une déclaration contenant des dispenses accordées par des autorités religieuses d'Egypte, du Hedjaz et de Damas, approuvant ce programme de construction. Il a souligné que les travaux seraient réalisés par étapes et sur adjudication publique. Quelques entreprises ont déjà été créées par anticipation, et les investissements ont été abondants, a conclu le correspondant."

 

Est-ce trop vous demander, chers Internautes, que d'ajouter ce texte à vos mails de protestation que JSS vous a invités à adresser aux rédactions de presse ?

Nous suivrons de près les comptes-rendus de presse sur cette affaire… s'il y en a. Car, nous ne le savons que trop, hélas, il est rarissime que la presse dite "grande" relaie des informations défavorables à la "cause palestinienne", sauf à y être contrainte.

Messieurs les journalistes, même si, par souci du "sort des Palestiniens opprimés", vous avez fait de leur défense systématique "cosa nostra", prenez garde de ne pas pousser le bouchon trop loin. Cela pourrait s'avérer cruellement dommageable à votre crédibilité et à celle des organes de presse qui vous emploient, lesquels sont de plus en plus concurrencés sur le plan de la fiabilité médiatique par les sites Internet et plus largement par la blogosphère.

Pour l'instant, la "grande" presse a déjà un pied dans la "tombe" qu'une propagande palestinienne irrédentiste vient de "poser" dans la ville israélienne de Jérusalem-ouest. Il ne dépend que d'elle de s'en extirper au plus vite!

 

© Menahem Macina

 

palestine-post-1945-part1.jpg

palestine-post-1945-fin-article.jpg 


Reproduction de l'article numérisé du Palestine Post, en date du 22 novembre 1945

 

 

Mis en ligne le 12 août 2010, par Menahem Macina, sur le site france-israel.org