Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Menahem Macina

Lettre ouverte à M. Macina, par Th. Zrihen-Dvir - A verser au dossier des attaques contre ma personne suite à ma défense de l'Abbé Arbez
04/09/2010

 Note de préambule :

Je ne répondrai pas à la lettre que je reproduis ci-après. Ce serait prolonger, voire envenimer la polémique. Je laisse à madame Zrihen-Dvir la responsabilité de son attaque en règle contre l'Eglise. Le moins qu'on puisse en dire est qu'elle ne fait pas dans la nuance et qu'elle me paraît manquer du background historique et scientifique minimum, indispensable à quiconque veut traiter honnêtement et sans parti pris de ces matières difficiles. Toutefois je ne lui conteste pas le droit à l'expression, simplement je ne conseillerai pas son texte à un juif soucieux d'aborder, en toute objectivité, ce très difficile contentieux historique et théologique. Et tant pis si, ce faisant, je semble donner raison à ceux qui m'accusent de "vantardise", je renvoie les lecteurs intéressés aux faits et non aux accusations gratuites, à mon CV et à la liste de mes principales publications (dont la majorité traitent de cette thématique) qui figurent sur mon Blog personnel (http://macina.zumablog.com/).

LETTRE OUVERTE À MENAHEM MACINA,

 

Par

 

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

Sur le Blog de l'auteur, 31 août 2010

 

Après avoir passé en revue votre long rapport sur Debriefing Org, concernant les échanges de Mr. Arnold Lagémi avec le prêtre Arbez, je ne peux me retenir d'ajouter une petite réplique qui me semble lamentablement manquante dans cette longue diatribe, dans laquelle  vous déversez continuellement des éloges, sans doute méritées, au prêtre Arbez, sans jamais, ne fût ce qu'une fois, mentionner qu'après tout l'abbé Arbez, représente l'église.  

 

Une église qui pendant des millénaires a été le terreau d'une haine viscérale et insensée contre le judaïsme et les juifs, en particulier. Une église qui depuis sa constitution a lutté pour effacer toute trace du judaïsme et des juifs, rappelons-nous bien les croisades. Une église qui porte le manteau XXX des plus grands crimes contre les juifs et l'humanité. Une église qui tout récemment, durant la dernière visite du pape, reste réfractaire à reconnaître Israël, à légitimer son existence sur ses terres ancestrales. Une église qui cherche par tous les moyens à renier ses propres souches, ses propres frères de religion, puisque le judaïsme reste la racine du catholicisme.

 

Une église qui a semé dans le cœur de ses adeptes pendant trop longtemps des imputations du meurtre du Christ aux juifs qui ont culminé finalement en cette soif incompréhensible d'anéantir toute trace du Judaïsme.

 

Mais l'église a omis un élément élémentaire… elle est née du Judaïsme lui-même. Elle se perpétue à travers lui! Ne dit-on pas en langage simple que nul ne peut choisir ses parents! Or le christianisme est enraciné dans le judaïsme, et ces meurtres perpétrés pendant des millénaires s'appellent, en terme conforme, "fratricide".

 

Je suppose que c'est ce que l'Abbé Arbez cherche à révéler au monde chrétien, à lui insuffler un peu de logique, estompée intentionnellement par l'église pendant trop longtemps. L'Abbé Arbez jouit de notre admiration pour son courage et cette percée qu'il essaie de créer dans l'église et parmi ses adeptes, et nous lui en sommes profondément reconnaissants.

 

Toutefois, Monsieur Macina, l'histoire reste l'histoire et nul ne peut ni l'éponger, ni la négliger. Cette hécatombe laissée par l'église dans la mémoire juive, ne pourra jamais être oubliée ou pardonnée.

 

Ce n'est certainement pas une bagatelle! On tourne la page et on entame une nouvelle! Pouvez-vous le faire? Honnêtement, j'ai beaucoup de mal à avaler ce noyau coincé dans ma gorge, et à écarter de ma vue cette armée de spectres lancinants.

 

Pourtant, je suis connue pour mes conceptions humanitaires et mes horizons illimités….

 

Néanmoins, peut-être est-ce là où nous nous rencontrons : J'aspire à un meilleur lendemain dans lequel, ce frère qui nous a pendant si longtemps dénigrés, reniés, répondra à notre main tendue, initiera une réconciliation entière et non partielle, une reconnaissance qui nous revient de droit et qui ouvrira la porte de nos cœurs à tous!

 

À moins que ma prière ne reste seulement qu'une prière, qui se dissoudra rapidement dans l'air et que le vent, las, portera vers le néant.

 

 

Therese-dvir.com

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/