Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Islam
Djihad

Obama soutient la participation des Frères Musulmans au gouvernement de l'Egypte, par Hillel Fendel
05/02/2011

Arutz Sheva, IsraelNationalNews.com, 2 février 2011

Article original en anglais : Obama Stands by Muslim Brotherhood Endorsement

Traduction française : Albert Soued

(http://soued.chez.com pour www.nuitdorient.com)

Texte français repris du site Objectif-Info.


Pour la première fois, un gouvernement américain accepte la participation d'une organisation islamique dans un gouvernement, les frères Musulmans d'Egypte. Lundi, le porte-parole de la Maison Blanche, Robert Gibbs, a précisé que le nouveau gouvernement qui serait formé devrait inclure "tous les acteurs non-laïques [entendez religieux] importants". On comprend qu'il s'agit des Frères Musulmans, la plus importante organisation islamique en Egypte dont l'objectif suprême est un califat musulman mondial. Cette organisation s'oppose au traité de paix avec Israël, en vigueur depuis 30 ans. Gibbs a précisé que les Frères Musulmans devaient rejeter la violence et accepter la démocratie, pour que les Etats-Unis puissent les accepter. Cette mise en garde verbale ne remet pas en question la nouvelle approche de l'Administration américaine, opposée à celle définie par G. W. Bush qui, bien qu'encourageant M. Moubarak à la réforme, n'a jamais admis un rôle quelconque pour les islamistes.

Aujourd'hui, le nouveau chef de cabinet de la Maison Blanche, William Daley a légèrement modéré cette position, disant que les Etats-Unis espéraient en Egypte "un gouvernement fort, stable et laïque", tout en ajoutant que

« le renforcement des Frères Musulmans était l'espoir d'une partie du peuple, et la crainte d'une autre partie et que la situation était hors du contrôle de son pays ».

La nouvelle donne américaine suscitée par Obama ne surprend guère, mais en inquiète plus d'un.

« La Maison Blanche semble abandonner Hosni Moubarak, un allié depuis trois décennies et clé de la stabilité au Moyen Orient, se retournant comme le vent »,

écrit David Horowitz du Centre de la Liberté.

« Et pire que cela, elle semble ouverte à ce que les Frères Musulmans puissent jouer un rôle-clé dans un gouvernement de la "réforme", tant que cette organisation renonce à la violence et soutient la démocratie. Si la Maison Blanche d'Obama croit sérieusement que cela est possible, elle est encore plus incompétente que je ne le pensais ».

L'organisation des Frères Musulmans, qui compte 600 000 membres en Egypte, n'est pas sur la liste officielle américaine des organisations terroristes, comme le Hamas ou le Hezbollah, mais l'administration américaine n'a jamais eu de contact avec elle, du fait des problèmes liés, selon Gibbs, à son non-engagement à respecter la loi, la non-violence et la démocratie. En effet, les objectifs fondamentaux de cette organisation sont le rétablissement d'un Califat, ou empire islamique, la conquête du monde, pacifiquement ou non, le djihad et le martyre. Elle a des agences, sous diverses couvertures, dans le monde entier, notamment en France, au Royaume-Uni et aux Etats-Unis.

Un ex-ambassadeur d'Israël aux Etats-Unis, le Dr Dore Gold parle de la crainte qu'un personnage comme M. El Baradei puisse servir de couverture aux Frères Musulmans qui prendront en otage la révolution égyptienne, après un laps de temps durant lequel ils feront croire qu'ils sont devenus modérés. Il note que depuis leur fondation il y a 80 ans, ils se sont distingués dans le terrorisme politique, assassinant un Premier ministre, Nokrashi Pasha, en 1948, en essayant d'assassiner le président Nasser, quelques années plus tard, etc. (*).

Selon Dore Gold,

« Un ex-ministre de l'Education du Koweit, le Dr Ahmad al Rabii', écrivait le 25 juillet 2005, dans Al Shark al Awsat (le Moyen-Orient), que les fondateurs des groupes terroristes les plus modernes, sortent du "manteau" de la confrérie des Frères Musulmans. »

Même le président honoraire du Conseil des Relations Extérieures, Leslie Gelb, dit que la perspective de la venue au pouvoir des Frères Musulmans « serait une calamité pour la sécurité américaine ». Et d'ajouter :

« […] La confrérie soutient le Hamas, et d'autres organisations terroristes, émet des signaux amicaux en direction des dictateurs et tortionnaires iraniens, aura une mainmise aux conséquences imprévisibles sur le très important Canal de Suez, s'opposera au traité de paix égypto-israélien, généralement considéré comme le fondement de la paix au Moyen-Orient. Mais surtout, elle mettra en péril les efforts pour lutter contre le terrorisme dans la région et dans le monde entier […] Le véritable danger est que nos experts, nos spécialistes et nos professeurs fassent croire au public américain que nous pouvons tous faire confiance [à la confrérie des Frères Musulmans]. »

 

Hillel Fendel


© 
Arutz Sheva

-----------------------

Note de www.nuitdorient.com 

[*] Les Frères Musulmans sont à l'origine de nombreux attentats au Caire, notamment dirigés contre des citoyens égyptiens juifs, dans les années 40, et contre des coptes depuis.

-----------------------

 

[Texte aimablement signalé par O. Peel.]

 

Mis en ligne le 5 février 2011, par Menahem Macina, sur le site Debriefing.org