Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes

Les frontières défendables à l'ère des missiles, Dore Gold
05/02/2011

Sur le site du CAPE – JCPA, 24 janvier 2011


Le fait de pouvoir se doter de « frontières défendables » demeure un facteur important dans notre région.

dore-gold.gif


Yossi Beilin a écrit, ces jours-ci, dans sa tribune régulière d'Israel Hayom, que la formule « frontières défendables » est devenue « anachronique » depuis la publication de la résolution 242 du Conseil de sécurité de l'ONU adoptée en novembre 1967. Il précise que le concept est aujourd'hui ridicule en raison des modifications technologiques intervenues dans les rangs de Tsahal et chez nos ennemis, et il s'interroge sur son efficacité dans « un monde de missiles ». Des experts étrangers notoires ont rejeté cet argument. Selon le général Earl B. Halston, ancien commandant des Marines en Irak et en Afghanistan, « il est impossible d'imaginer qu'Israël revienne un jour aux frontières de 1967 et se retire complètement de la Cisjordanie ; cela priverait le peuple israélien de frontières défendables, vitales pour sa sécurité, et cela en dépit de la nouvelle ère de technologie de pointe ».

Lors d'une réunion tenue à Washington en 2005, le général John Foss, ancien commandant de la 82ème division aéroportée de l'armée américaine a déclaré : « du point de vue d'un soldat, je dois vous dire que les frontières d'avant 1967 ne sont pas défendables à long terme pour Israël, l'Etat juif ne pourrait vivre dans ces frontières ».

Le général Foss et d'autres militaires admettent que les dirigeants politiques exerceront, lors du tracé des frontières, des pressions sur l'état-major, pour obtenir des concessions, mais en réalité cela ne change en rien la conception militaire, selon laquelle les frontières défendables ont une importance cruciale aujourd'hui encore.

On peut toujours se demander quel sens ont des frontières défendables si des missiles et des roquettes peuvent passer au travers. Des généraux américains évoquent souvent le fait que, durant la première guerre du Golfe, déclenchée en 1991, les Etats-Unis ont attaqué l'Irak en lançant des milliers de missiles de croisière et des bombes, mais que Saddam Hussein n'a capitulé devant la coalition dirigée par les Etats-Unis que lorsque les divisions blindées américaines ont conquis le tiers de l'Irak et que la route vers Bagdad a été ouverte. Lors de la deuxième invasion américaine en 2003, la capitulation n'a pas été non plus obtenue par les tirs de missiles.

Dans le contexte israélien, les frontières défendables n'ont jamais été considérées comme un élément qui protégerait hermétiquement Israël de toutes les menaces, mais comme une zone tampon qui empêcherait des forces terrestres ennemies d'exploiter l'infériorité numérique de l'armée israélienne régulière en occupant la zone en question.

En fait, à l'ère de missiles, les frontières défendables peuvent être plus importantes que jamais. Par exemple, dans le passé, 48 heures étaient nécessaires pour réaliser la mobilisation des soldats de réserve. Lors d'une éventuelle attaque de missiles balistiques ou de faible portée, on peut supposer que le recrutement des réservistes prendra plus de temps.

L'armée régulière sera dans l'obligation de se battre plus longtemps en attendant les renforts et l'intégration des réservistes. En outre, l'aviation sera occupée à des missions de repérage et à la destruction des lance-roquettes au delà des frontières ; de ce fait, elle ne sera pas en mesure de fournir un appui aérien dans les premières heures des combats. De ce fait, le déploiement de forces régulières le long des frontières défendables est plus qu'indispensable.

Certains diront que la définition de frontières défendables en Cisjordanie était pertinente jusqu'en 1991, lorsque Israël craignait que le tiers de l'armée irakienne se joigne au front oriental et attaque Israël, comme elle l'avait fait en 1948, en 1967 et en 1973.

Toutefois, nous ne pouvons procéder à une planification stratégique sur la base d'une situation temporaire et ponctuelle. L'Iran entretient des liens étroits avec de nombreux hommes politiques shiites qui contrôlent le nouvel Irak. Dans les documents révélés par Wikileaks, le roi Abdallah d'Arabie Saoudite a accusé le Premier ministre irakien, Nourri al Maliki, d'être un « agent iranien ». Ces documents ont aussi dévoilé que l'Iran verse chaque année 100 à 200 millions de dollars à des hommes politiques irakiens. Certaines analyses estiment, avec prudence, que l'Irak pourra devenir un jour un Etat satellite de l'Iran, aussitôt après que les Etats-Unis auront retiré leurs derniers soldats du pays.

Les frontières défendables sont nécessaires dans des guerres conventionnelles, mais surtout dans le combat incessant contre le terrorisme. Israël est l'un des rares pays au monde, qui lutte contre les islamistes sur les différents champs de bataille, sans pour autant faire face à des milliers de volontaires venus de l'extérieur, comme en Afghanistan, au Yémen, en Irak ou en Somalie.

Israël a également réussi à contrer l'acheminement d'armes en Cisjordanie grâce au fait qu'il contrôle la vallée du Jourdain (depuis le retrait de l'axe de Philadelphie, des grosses quantités d'armes sont introduites quotidiennement dans la bande de Gaza). En 2005, la branche irakienne d'Al Qaïda a réussi à créer un avant-poste dans la ville jordanienne d'Irbid. Actuellement, le Hezbollah est déjà en Irak, si Israël renonce à la vallée du Jourdain et à son droit de se doter de frontières défendables à l'est, la lutte contre le Hamas sera bien différente.

Finalement, ceux qui rejettent la définition de frontières défendables en insistant sur le fait qu'il s'agit d'un concept démodé, croient en général qu'Israël est capable d'utiliser des armes de forte puissance et d'écraser ses ennemis lors d'une éventuelle guerre. Certains affirment même que les frontières n'ont pas d'importance et qu'il est donc possible de se retirer des territoires, car, « le jour où ils oseront tirer une seule roquette, nous rayerons leur village de la carte ».

Ces déclarations sont évidemment immorales et trahissent une ignorance de la réalité de terrain.

Israël devrait trouver le juste équilibre entre la volonté de résoudre les conflits territoriaux avec ses voisins, et le devoir de réduire ses points vulnérables. Celui qui pense que les frontières défendables n'ont plus de place dans la conception réaliste de la défense d'Israël se berce sans doute d'illusions.



Dore Gold

 

© CAPE - JCPA de Jérusalem

 

[Texte relayé par Aschkel.info et aimablement signalé par O. Peel.]

Mis en ligne le 25 janvier 2011, par Menahem Macina, sur le site France-Israel.org