Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes

Sommes-nous encore capables de nous battre?, Par Ivan Rioufol
05/02/2011

Blog de l'auteur sur le site LeFigaro.fr


Après avoir sous-évalué la colère de la rue tunisienne contre le régime de Ben Ali, la France n'est-elle pas en train de sous-évaluer le risque islamiste? C'est ce qu'assure Fadela Amara et elle me semble plutôt convaincante. Ce lundi matin, sur Europe 1, elle a mis en garde contre une récupération de la révolution démocratique par de jeunes islamistes "en costume-cravate" et aux allures passe-partout d'un Tarik Ramadan. "J'ai peur d'une tentation obscurantiste", a-t-elle déclaré, confirmant la teneur de certains prêches radicaux désireux de remettre en cause le statut de la femme et la laïcité du pays. Elle-même issue de l'immigration algérienne, Fadela Amara, ancien membre du gouvernement, doute de la sincérité de certaines des dernières manifestations. L'exemple iranien est dans tous les esprits et la vigilance doit être maximum. Reste que lutter contre l'islamisme reste un défi à relever pour les démocraties.

Nietzsche avait prévenu : "Celui qui combat trop longtemps les dragons devient dragon lui-même". C'est ce qui est arrivé à Ben Ali. Sous prétexte de lutter contre un totalitarisme, il en a consolidé un autre. Dans sa troisième grande conférence de presse, tenue en fin de cette matinée, Nicolas Sarkozy a d'ailleurs esquissé un début de doctrine face à l'islamisme et à son bras armé qu'est le terrorisme. Parlant de la Tunisie, il a dit : "Le risque de l'intégrisme islamiste existe mais il ne peut justifier des comportements de corruption ni des refus d'ouverture démocratique. Il faut trouver un équilibre qui n'est pas si simple". Il ne s'agit pas, en tout cas, d'être naïf : les islamistes savent parfaitement tirer profit des règles des démocraties et des droits de l'homme pour subvertir ces espaces fragiles. Les laisser faire?

L'équilibre est à formuler pour un Etat de droit qui ne peut se désavouer ni se laisser instrumentaliser. Cette question mériterait un grand débat. Mais il me parait difficile pour une démocratie, confrontée à un tel danger pour ses libertés, de ne pas être obligée à un moment de transgresser ses propres valeurs, au titre de la légitime défense. L'angélisme reste la pire des attitudes. Et je me réjouis, de ce point de vue, d'avoir entendu le Chef de l'Etat répéter que, face au terrorisme dont elle est la cible, la France ne composera pas. "Chaque fois que les démocraties se sont aplaties, elles l'ont payé très cher", a-t-il notamment déclaré, en rappelant qu'il n'avait pas non plus "l'intention de discuter ou de répondre" à Oussama Ben Laden. L'esprit munichois, ce préalable aux capitulations, est une mortelle faiblesse. Mais sommes-nous encore capables de nous battre pour des idées?


© I. Rioufol avec LeFigaro.fr

 

[Texte aimablement signalé par le Dr Giora Hod en Israël.]

Mis en ligne le 25 janvier 2011, par Menahem Macina, sur le site France-Israel.org