Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Terrorisme palestinien

La Commission israélienne de la Hasbarah approuve la diffusion des photos des massacrés d'Itamar (13 mars 2011)
24/04/2011

24 avril 2011  

 

Titre de la vidéo sur Youtube : « Chaîne de la Knesset – Diffusion des photos abominables d'Itamar (ערוץ הכנסת- פרסום תמונות הזוועה מאיתמר) », 14 mars 2011.

 

[Suite à la controverse qu'a provoquée ma mise en ligne sur ma page Facebook de quelques photos abominables des massacrés d'Itamar, et aux affirmations que la famille s'oppose à la publication de ces clichés, et qu'une telle initiative nous ravale au même niveau que les assassins, j'ai pris sur moi de traduire en français et de mettre en ligne ci-après le contenu intégral de la vidéo du reportage (en hébreu) d'une réunion de la Commission de la hasbarah [information et réinformation], diffusée sur la chaîne du Parlement israélien (Knesset), le 15 mars 2011, au cours de laquelle a été annoncée la décision, prise en accord avec la famille et le gouvernement israélien, de diffuser ces images choquantes. En italiques, le commentaire de la réalisatrice et présentatrice. Menahem Macina.]

 

Au lendemain des funérailles des membres de la famille Fogel, assassinés chez eux à Itamar, la question de la hasbarah israélienne revêt aujourd'hui plus d'intensité. La commission de l'immigration et de l'intégration s'est réunie pour un débat programmé antérieurement et intitulé « La hasbarah israélienne à l'ère de YouTube et de Facebook ». Mais rapidement les échanges ont porté sur ce meurtre épouvantable et sur la décision difficile de diffuser les photographies de l'horreur. Selon le ministre de la hasbarah, elles seules montreront clairement au monde à quoi Israël est confronté.

Le ministre de la hasbarah :

« Je n'ai jamais participé à un débat concernant la hasbarah, que ce soit à l'étranger ou en Israël, sans que l'on me demande pourquoi nous sommes si stériles, et pourquoi, l'autre partie [palestinienne]  n'a pas de problème pour publier – certains ajoutent même, cyniquement et avec juste raison,  pour mettre en scène parfois. Ce qui nous a amenés à cesser d'hésiter, c'est que nous avons été informés de ce que la famille inclinait à accepter la publication [des photos]. »

Un membre de la commission [ancien chef d'Etat-major, dont j'ai oublié le nom]

« Je rends volontiers hommage à la volonté de la famille de publier les photos. Mais, personnellement, je pense que tout homme équilibré qui a un cœur et une âme, n'a pas besoin de photos pour comprendre le degré d'horreur du meurtre d'enfants et de membres d'une famille durant leur sommeil. Il lui suffit de penser à ses propres enfants s'il en a. »

La vidéo a été supprimée de YouTube après 40.000 visionnages et a été remise en ligne sur le site Mah Israel [transcription hypothétique], les accusations de discrimination de la part de YouTube sont venues de plusieurs directions supplémentaires.

Autre membre de la commission

« Le fait est que YouTube réserve un traitement différent aux vidéos selon qu'elles proviennent de nous [Israël] ou de l'autre partie ; j'estime qu'il y a deux poids deux mesures. »

Caroline Glick

« Tout à fait ! Tout à fait… »

Même membre de la commission :

[inaudible] « … quelques exemples de réponses de YouTube… »

Caroline Glick

« Nous voyons des séquences de Jihad… ça a pris des mois avant qu'ils enlèvent [celle d']Anouar Awaki [?] chef d'Al-Qaïda au Yémen.

Même membre de la commission :

« Et combien de temps s'est-il écoulé avant qu'on supprime votre séquence ? »

Caroline Glick

« La nôtre ? ça a pris une semaine. »

Les photos de la brutale attaque terroriste d'Itamar ne sont pas destinées à Israël mais elles parviennent à des centaines de milliers d'internautes en Israël et dans le monde. Le ministre de la hasbarah a parlé des dernières campagnes que ses services ont diffusées sur Internet, dont la célèbre séquence du chameau, qui vise à illustrer l'ignorance du monde à propos d'Israël.

 

Légende : « Le chameau est un animal typiquement israélien qu'utilisent les Israéliens pour se déplacer d'un endroit à un autre dans le désert où ils vivent.»

Sketch ironique en arrière-plan [traduction approximative, faute d'avoir bien compris les sous-titres en hébreu] :

« Nous voyageons en toute innocence avec des revolvers et des couteaux, nous les poignarderons en plein cœur et la vérité ne parviendra jamais jusqu'à vous sur les écrans si l'islam et le terrorisme vous réjouissent sans cesse »

Caroline Glick a découvert la puissance d'Internet il y a trois ans déjà. En 2009, elle a conçu le célèbre site LATMA [ ?] qui tente de définir Israël avec des procédés satiriques. La séquence qui défile en arrière-plan montre les combattants du Mavi Marmara en armes.

Dès la première semaine elle a été visionnée un million de fois, dont un cinquième seulement en Israël. Le film, qui a fait des vagues, a été ôté au bout d'une semaine.

C. Glick

« Nous avons protesté contre cette décision, et cela a pris 3 semaines, si je me souviens bien […]  Mais en réalité, du fait qu'entre temps le document circulait sur Internet, ils n'ont pas réussi à l'éliminer, car d'autres sociétés de diffusion de vidéos l'ont mis en ligne et des utilisateurs de YouTube l'ont mis en ligne sur leur propre compte YouTube. »

Le Premier ministre s'est lancé, lui aussi, dans une campagne de hasbarah personnelle : sur sa page Facebook figurent des liens à des pages qui donnent des exemples de la campagne d'incitation palestinienne. Certains estiment aujourd'hui que la mise sur pied d'un projet de hasbarah subsidié et concret est plus vital même que dix brigades de combattants. Car, sans légitimité, ils auront les mains liées.

Les organisations terroristes ont utilisé et utilisent encore massivement Internet et, en Israël, une mesure sans précédent a été prise, avec l'aval de la famille et du gouvernement, consistant à utiliser les photos terribles de Oudi, Ruti, Yoav, El'ad et de la petite Hadas, dans l'espoir qu'il y aura des gens pour voir cela dans le monde.

Légende de la dernière diapositive de la vidéo :

 

Ils se dirigent vers la chambre à coucher des parents où ils poignardent à mort les parents et leur petite fille de 3 mois.

 

© Chaîne TV de la Knesset d'Israël

 

Traduction française et mise en page : Menahem Macina