Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Appeasement

Une journée très particulière … ou quand le mal est dans la banalisation, Viviane Teitelbaum, députée bruxelloise
13/05/2011

 

[Toujours aussi vigilante et courageuse, la députée bruxelloise Viviane Teitelbaum a mille fois raison, d'écrire ce qu'elle écrit, même si elle est, le plus souvent une "voix qui crie dans le désert". (Menahem Macina)]

 

Sur le Blog de l'auteure

 

Le jeudi 12 mai 2011 a été une journée riche en événements. Si certains étaient prévisibles comme le rapport au Roi (sans que la situation ne soit débloquée), d'autres nous ont surpris, carrément secoués… voire choqués.

Dès le saut du lit, nous apprenions qu'une étude intitulée « Jong in Brussel » de la plate-forme Onderzoek Jeugd, rédigée par le sociologue Mark Elchardus de la VUB et publiée dans De Morgen, affirme que la moitié des élèves bruxellois de confession musulmane serait antisémite. Même si ce n'est pas neuf, le chiffre très élevé inquiète, tout comme le fait que, selon l'auteur, ces sentiments anti-juifs n'ont rien à voir avec un niveau social ou culturel peu élevé, mais sont liés à une inspiration théologique et qu'il y a un lien direct entre le fait d'être musulman et celui d'éprouver des sentiments antisémites.

L'échec du système scolaire est évidemment la première réaction. Mais certains politiques portent une lourde responsabilité, – et je le dis depuis longtemps – car le mal est dans la banalisation. Ce qu'on tolère aujourd'hui, on le légitimera demain.

Mais la journée ne fait que commencer. En début d'après midi, j'apprends que John Demjanjuk, jugé en Allemagne et responsable de complicité dans la mise à mort brutale de 27.900 juifs à Sobibor, est condamné à la prison à perpétuité à l'âge de 91 ans… et je me dis qu'il y a une justice !

Mais la journée n'est pas terminée ! J'apprends par un blog que le journal Joods Actueel n'est pas étonné de l'enquête sur les jeunes musulmans et rappelle que les étudiants arabes d'Europe habitant à Bruxelles prônent la destruction d'Israël. Dans leur déclaration de « principes » on peut lire :

« […] libérer la Palestine du Fleuve [Jourdain] à la mer. Par conséquent, l'entité sioniste ‘Israël' reste un occupant colonial qui n'a pas le droit d'exister sur aucune fraction du sol arabe ».

Après cela, on s'étonne que des jeunes enfants aient des comportements agressifs ou racistes !

Et la journée n'est toujours pas terminée : aux nouvelles du soir j'apprends avec consternation et horreur que le Sénat a approuvé la prise en considération d'une proposition de loi du Vlaams Belang, parti d'extrême droite, sur l'amnistie. Cette proposition de loi

« efface, pour l'avenir, tous les effets des condamnations et sanctions infligées du chef d'actes d'incivisme "prétendument" commis entre le 10 mai 1940 et le 8 mai 1945 et instituant une commission chargée d'indemniser les victimes de la répression d'après-guerre ou leurs descendants […] ».

La nausée est bien là : pour la première fois un débat entre sénateurs sur une amnistie des collaborateurs est désormais possible. Et la prise en considération a été votée par tous les partis flamands, sauf Groen (les Verts flamands).

Retour à mon ordinateur : j'apprends que Demjamjuk ne purgera pas sa peine car le juge estime cela disproportionné à son âge. Stupéfaction.


Voilà. J'ai rédigé une interpellation au Ministre–président de la région bruxelloise, Charles Picqué, sur l'antisémitisme chez les jeunes Bruxellois d'origine arabo musulmane, car, en 2005, nous avions voté une résolution sur la lutte contre la résurgence de l'antisémitisme. Cela ne semble pas avoir beaucoup aidé…

Heureusement, il y a eu la lettre ouverte des Conseils des Femmes à Sa Majesté le Roi des Belges, pour donner un élan d'optimisme…

La journée est enfin terminée… Soulagement de pouvoir finalement passer à demain, je trouve. Pas vous ? Car la nausée est toujours là. Et le mal est dans la banalisation.

 

© Viviane Teitelbaum