Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (diabolisation d')

Une journée qui dévoile son objectif génocidaire, Melanie Phillips
16/05/2011

 

Texte anglais original, 15 mai 2011

Adaptation française par Danilette.


Aujourd'hui, Israël a été envahi sur trois frontières : des milliers de personnes sont venues de Syrie, du Liban et de Gaza, sans parler des saccages arabes à Jérusalem-est.

Un certain nombre de personnes ont été tuées à la frontière syrienne et libanaise dans des affrontements violents. Et alors que les forces de défense israélienne se trouvent encore dans une situation confuse, l'armée a dit que certaines victimes ont été tuées par les forces libanaises. De plus, un Israélien a été tué et plusieurs autres ont été blessés à Tel-Aviv lorsqu'un chauffeur de camion arabe a précipité son véhicule contre un autobus et plusieurs voitures. À Jérusalem-est, deux policiers ont été renversés par une voiture et deux Arabes ont été blessés alors que la police effectuait des vérifications d'identité.

La raison de cette attaque concertée était l'anniversaire aujourd'hui de ce que les Arabes appellent la Nakba, ou catastrophe* , à savoir: la fondation de l'État d'Israël quand cinq armées arabes ont essayé d'étouffer l'État naissant et ont échoué. « Le jour de la Nakba » est donc une confirmation de l'objectif visant à éradiquer Israël de la surface de la terre. Son vrai nom devrait être "la journée du génocide".

L'invasion a été organisée par la Syrie, le Hamas et le Hezbollah. Cela n'aurait pas dû être une surprise : une campagne appelant à une troisième Intifada, prévue pour la "journée du génocide", s'est déroulée sur Facebook pendant des semaines.

Évidemment, ceux qui ont organisé cette invasion ont immédiatement accusé Israël de violence. Le Hezbollah a affirmé qu'Israël avait violé les droits de l'homme (des djihadistes fanatiques luttant pour les droits de l'homme?) - Ces gens ont vraiment manqué leur vocation de bouffons de comédie. Le Hamas a affirmé que les événements d'aujourd'hui ont constitué: « un tournant dans le conflit israélo-arabe ». Cela prouve que les Palestiniens et les Arabes ont pris l'engagement de mettre un terme à l'occupation israélienne et cela signifie, de façon explicite, dans le contexte de la symbolique d'aujourd'hui, un terme mis à l'occupation par les Juifs de l'État d'Israël tout entier . Et le nouveau partenaire efficace du Hamas dans sa volonté de génocide, Mahmoud Abbas, a déclaré que les gens qui ont été tués dimanche dans les affrontements avec l'armée israélienne sont des martyrs de la cause palestinienne, sans aucun doute exactement comme les assassins terroristes d'Israéliens qu'Abbas glorifie régulièrement en donnant leurs noms à des places et des lieux publics.

Et, bien sûr, les médias occidentaux reprendront les refrains du Hamas, d'Abbas et du Hezbollah. Voyez ce qu'écrit Omni Ceren sur le blog de Commentary, expliquant la signification de la journée du génocide comme une réaffirmation de l'objectif d'éradication d'Israël, et la réponse immédiate faite par certains médias occidentaux qui dénaturent ce qui s'est passé.

Voyez aussi, par exemple, ce titre tendancieux sur le site de la BBC : « les forces israéliennes ouvrent le feu sur des manifestants palestiniens ».

Admirez l'usage du mot "manifestants" qui évoque l'image d'une sorte de répétition des manifestations de la place Tiananmen, où des gens innocents et héroïques ont été écrasés par des tyrans brutaux et répressifs.

Et voici l'Associated Press, qui, malgré le fait que le chauffeur du bus de Tel-Aviv criait «mort aux juifs, Allah Wakbar! », tout en percutant plusieurs véhicules dont un autobus, affirme néanmoins que cette attaque était un accident de la circulation.

Quant au plus grave de tous ces incidents, l'invasion du territoire israélien par des milliers de Syriens, il peut être considéré comme une tentative cynique faite par Assad de détourner l'attention de son propre massacre (à ce jour 800 manifestants syriens tués), un fait qui attire beaucoup moins l'attention en Occident que les tentatives d'Israël pour se défendre contre les attaques.

Ironie: il y a même des preuves qu'en fait, certains de ces envahisseurs syriens ne protestaient pas contre l'État d'Israël mais essayaient plutôt d'y trouver refuge en fuyant la Syrie et la violence tyrannique perpétrée contre eux par Assad.

Avant le grand mensonge d'aujourd'hui concernant de prétendues atteintes israéliennes aux droits de l'homme, qui prend de l'ampleur en circulant autour du monde, voici un tour d'horizon utile avec une couverture vidéo d'Honest Reporting
Il y a aussi ce sombre avertissement de Daniel Pipes :

« J'avais prédit il y a quelques semaines que les bouleversements arabes pourraient inspirer aux Palestiniens l'idée de passer d'une stratégie de guerre et de terrorisme à une action politique non-violente comme marcher sur des villes israéliennes, sur les frontières et les points de contrôle »…
Mais, en tant que Palestiniens, ils ne pourront pas résister au recours à la violence, qui portera atteinte à tous leurs efforts. Selon un compte-rendu de Yediot Aharonot, les Syriens refoulés à la frontière ont jeté des pierres sur les soldats israéliens, blessant une dizaine d'entre eux, et en quittant Israël en début de soirée, ils criaient : «Nous reviendrons», sous les applaudissements des villageois locaux.

À ma connaissance, il n'y a jamais eu de passage en masse de Syriens sur le plateau du Golan, sans autorisation israélienne. Evidemment, dans la Syrie totalitaire, ce genre d'incident nécessite l'approbation du gouvernement. On peut attribuer cette manifestation à la volonté de Damas de détourner l'attention de ses problèmes internes mais elle s'inscrit aussi dans une vision plus large.

Dani Danon, un politicien de premier plan du Likoud, considère ce défi venant de quatre directions, comme une répétition en vue du mois de septembre lorsque l'Autorité palestinienne attend que l'assemblée générale de l'ONU proclame un État palestinien souverain. Je vais plus loin et je prédis que cette tactique de désobéissance civile, recourant à une violence de faible intensité sera la tactique de prédilection des Palestiniens pour la période à venir. Je prédis aussi que ce sera un échec si, comme aujourd'hui, il y a des pertes humaines. Mais cela peut aussi causer de réels problèmes à Israël si le leadership palestinien parvient à endiguer la violence des foules ».

C'est peut-être ce qu'a voulu dire le Ministre de la défense d'Israël, Ehud Barak, quand il a mis en garde contre une attaque massive contre la souveraineté israélienne :

« Nous ne sommes qu'au début de cette affaire, et il se pourrait que nous ayons à faire face à des défis bien plus complexes ».

Il semble en effet qu'il n'y ait pas de fin à l'ingéniosité de  ceux qui, enflammés et encouragés par des Occidentaux atteints de l'équivalent politique d'une maladie autodestructrice, croient que leur objectif infernal est désormais à leur portée.

 

* par mimétisme avec la Shoa, qui signifie catastrophe

 

Reproduction autorisée avec le lien vers cet article