Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Médias
Désinformation

L'expulsion des Juifs des pays arabes, une histoire méconnue, Deborah Fait
18/05/2011

 

 

Texte italien original : « La cacciata degli ebrei dai paesi arabi, una storia sconosciuta », sur le site Informazione corretta.com, 17 mai 2011


Traduction française reprise du Blog de Danilette, 18 mai 2011


Informazione Corretta Informazione che informa
17.05.2011 La cacciata degli ebrei dai paesi arabi, una storia sconosciuta
da Israele, Deborah Fait

Testata: Informazione Corretta
Data: 17 maggio 2011
Pagina: 1
Autore: Deborah Fait
Titolo: «La cacciata degli ebrei dai paesi arabi, una storia sconosciuta»

 

Sur la photo, une fillette juive dans un camp tout juste après son arrivée d'Irak en 1950.

 

Je veux vous raconter une histoire, inconnue de la plupart des gens et délibérément oubliée par beaucoup d'autres.

En 135 de notre ère, l'empereur Hadrien arrive en Judée avec la volonté de raser Jérusalem jusqu'au sol et de tuer tous les Juifs. 585 000 d'entre eux furent tués, Jérusalem fut détruite et, sur ses ruines, Hadrien construisit une nouvelle ville qu'il appela Aelia Capitolina de laquelle il expulsa tous les Juifs qui avaient survécu. Une partie d'entre eux furent emmenés à Rome comme esclaves et d'autres se dispersèrent dans le monde d'alors.

Beaucoup de Juifs qui avaient échappé à la mort refusèrent d'abandonner la Judée et restèrent cachés au désert, dans des grottes et dans des lieux inaccessibles, d'autres s'enfuirent à Antioche et en Afrique. D'autres réussirent, on ne sait comment, à arriver à Rome en hommes libres et à y prospérer.

Une partie du peuple restée cachée se développa et au fil des ans s'installa dans les villes saintes du judaïsme : Jérusalem, Yavné, Safed, Tibériade. Le reste du pays était habité par des tribus de bédouins dispersées sur le territoire, en lutte constante les unes avec les autres.

Les Juifs sont toujours restés fidèles à leur religion et le souvenir d'Israël ne les abandonna jamais.

Le monde connaît, dans ses grandes lignes, le sort des juifs d'Europe, les siècles de persécution, les nombreux massacres, les pogroms, l'interdiction de pratiquer leur foi, et à la fin, la honte absolue, la Shoa, l'holocauste avec l'assassinat de 6 millions d'êtres humains qui avaient le tort de s'appeler David, Abraham, Sarah, Rivka, Rachel, etc. et d'appartenir à ce peuple antique, fier et toujours persécuté.

Mais très peu de gens savent ce qui est arrivé aux Juifs qui ont fui des pays du Moyen-Orient et de l'Afrique du Nord. Malheureusement dans ces pays aussi, la vie était devenue impossible depuis l'avènement de l'islam qui transforma les Juifs en Dhimmis, c'est-à-dire en personnes qui ne sont pas considérées comme telles, sans droit, contraintes de vivre en portant des signes distinctifs comme des pendentifs, des chapeaux jaunes; même leurs maisons devaient avoir une couleur particulière pour être immédiatement identifiées. En Syrie, par exemple, elles devaient être peintes en rouge.

Ils vivaient dans la crainte perpétuelle d'une persécution ou de lois toujours plus sévères, de taxes impossibles à payer à moins d'être expropriés de leurs maisons et de leurs biens.

Pendant des siècles, les Juifs vécurent comme une minorité dominée et seuls ceux qui acceptaient de se convertir à l'islam étaient réhabilités.

De nos jours,  il y encore beaucoup d'Arabes qui savent qu'ils avaient des ancêtres juifs, qui n'ont pas eu la force de continuer à vivre sous menace de mort.

Ils survécurent ainsi jusqu'au rétablissement de l'État d'Israël, quand la vie parmi les Arabes était devenue impossible parce que, à partir de 1948, les juifs des pays arabes furent persécutés, expropriés, tués, tandis que des centaines de communautés juives étaient détruites. Les survivants furent contraints de fuir de ces pays où ils avaient vécu pendant des siècles, un million de désespérés partirent sans rien, si ce n'est une lueur d'espérance.

Ils se rendirent en Israël, et là, leur espoir fut exaucé, ils furent accueillis en frères, immédiatement assimilés aux autres Juifs même si beaucoup ne se souvenaient plus de la langue de leurs ancêtres, excepté pour les prières.

Les Juifs arrivés d'Europe ou bien des pays arabes ne bénéficièrent jamais du statut de réfugiés, ils furent accueillis et nourris par Israël et devinrent les citoyens d'une démocratie.

 

Pourquoi vous ai-je raconté cette histoire ?

Parce que, chaque année, le 15 mai, tous les Palestiniens commémorent la Nakba, ou la « catastrophe », qu'a été, selon eux, la création d'Israël.

Les Palestiniens sont les gens au monde à bénéficier, sur décision de l'ONU, du statut de réfugiés par droit héréditaire. Aucun autre réfugié dans le monde n'a jamais bénéficié de ce droit, ni les Juifs, ni les 50 millions de réfugiés européens après la guerre, ni les Vietnamiens, personne, si ce n'est les Palestiniens !

Comprenez-vous cette injustice ?

Et vous savez pourquoi c'est arrivé ? Parce que, quand Israël a été envahi en 1948 par les pays de la Ligue Arabe, 500 000 Palestiniens s'enfuirent par crainte de la guerre, et qu'aucun pays arabe ne les a accueillis. Ils ont été parqués par les autres Arabes dans des camps de réfugiés où ils résident encore et où ils sont retenus de force, pour servir d'arme contre Israël.

Maintenant l'Autorité Palestinienne prétend que les descendants de ces réfugiés arabes, 6 millions aujourd'hui, doivent retourner en Israël, et ce sera leur manière de détruire le pays, puisqu'ils n'ont jamais réussi à le faire par la guerre ni par le terrorisme.

Il y a une autre raison pour laquelle je vous ai raconté cette histoire: c'est que le monde entier se lamente sur le sort des « pauvres Palestiniens » sans savoir ce qu'il est advenu, à la même époque, aux Juifs des pays arabes qui ont vécu une catastrophe, une Nakba bien plus féroce, cynique et cruelle, dont personne ne se souvient, que presque personne ne connaît, à laquelle on ne reconnaît pas un caractère de désastre, de Nakba, parce que ces millions de personnes ont été accueillies avec amour en Israël.

Ces juifs ont vécu plus de 2000 ans dans les pays arabes; ils ont vécu plus de 2000 ans en Europe. Aujourd'hui, tous les pays arabes du Moyen-Orient sont judenrein et aucun juif ne peut y entrer, pas même comme touriste.

En Europe, l'antisémitisme renaît de ses cendres avec un grand changement de nom, l'antisionisme, pour jeter un voile de fumée, pour pouvoir dire « nous ne sommes pas contre les Juifs, nous sommes seulement contre Israël ».

Avant de condamner Israël, toujours et systématiquement, pensez à ce que je viens d'écrire, pensez qu'il doit y avoir une justice, et que les Palestiniens ne sont pas l'unique peuple à avoir vécu une Nakba, mais l'unique peuple qui continue à tuer par désir de vengeance et non par désir de justice.

S'ils voulaient la justice, ils auraient accepté de construire leur pays en 1948, au lieu d'opposer un refus catégorique qui s'est renouvelé au fil des ans chaque fois que se présentait la possibilité d'établir cette Palestine.

La vérité, c'est qu'ils veulent éliminer Israël, ils ne veulent pas fonder leur propre pays, mais éliminer Israël, comme le déclarent le Hamas et l'OLP, et créer ensuite un immense califat incluant tous les pays arabes du Moyen-Orient.

Au lieu de célébrer la catastrophe de la création d'Israël, les Palestiniens,  devraient comprendre qu'ils ont été utilisés comme chair à canon par leurs frères arabes dans un seul but : la destruction d'Israël, le seul pays où les Arabes vivent en citoyens libres dans un État de droit.

 

© Deborah Fait

 

Adapté de l'italien par Danilette, article reproductible à condition de mentionner la source et le lien.