Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

L'ambassadeur d'Israël fait marche arrière, après son éloge de Pie XII, Pape durant la Seconde Guerre mondiale
27/06/2011

[Il est symptomatique que L'Osservatore Romano ait publié, en première page de son édition italienne du 25 juin, le texte d'une allocution favorable à l'action de Pie XII à l'égard des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale, prononcée par l'Ambassadeur d'Israël près le Vatican. Toutefois, devant le tollé qu'a provoqué cette initiative en milieu juif, l'ambassadeur a dû corriger le tir. Voir: L'ambassadeur d'Israël fait marche arrière, après son éloge de Pie XII, Pape durant la Seconde Guerre mondiale. Notons également qu'en mars 2010, le même Ambassadeur était beaucoup plus sévère dans ses jugements sur le Vatican.]

Sur le site du Washington Post, 26 juin 2011

Titre anglais : « Israel's Vatican envoy backs off praise of WWII-era Pope Pius XII, says judgment premature ».

 

Traduction française: Menahem Macina

 

(Photo d'archives Osservatore Romano / Associated Press). Le lundi 12 mai 2008, le Pape Benoît XVI rencontrait l'Ambassadeur Mordechai Lewy au Vatican. Aujourd'hui, le même Ambassadeur s'est dédit de son éloge du Pape Pie XII auquel un certain nombre de Juifs reprochent de ne s'être pas opposé publiquement à l'Holocauste.

 

Associated Press, 26 juin 2011

 

Cité du Vatican – Dimanche, l'ambassadeur d'Israël au Vatican s'est dédit de son éloge de Pie XII, qui fut pape durant la Seconde Guerre mondiale, et auquel un certain nombre de Juifs et d'historiens reprochent de ne s'être pas assez opposé publiquement à l'Holocauste.

Dans une déclaration, l'Ambassadeur Mordechai Lewy a affirmé que son jugement personnel concernant le rôle de Pie XII, du Vatican et de l'Église catholique, avait été « prématuré », étant donné que le problème est encore à l'étude.

Lewy avait fait les manchettes des journaux la semaine dernière en faisant l'éloge de Pie XII et de l'Église catholique, en général, pour avoir donné refuge à des Juifs romains durant l'occupation nazie de la capitale catholique. Le journal du Vatican avait publié son discours en première page, donnant à ce commentaire, bref mais significatif une grande visibilité.

Mais quelques groupes juifs ont été contrariés ont affirmé que les commentaires de Lewy étaient moralement dommageables, historiquement inexacts, et blessants pour les survivants de l'Holocauste.

Le Pape Benoît XVI est soucieux de voir Pie XII béatifié, première étape vers la canonisation, et une campagne concertée est en cours chez les partisans de Pie XII, qui vise à corriger ce qu'il y a eu d'injuste et d'incorrect, selon eux, dans le jugement porté sur Pie XII.

En conséquence, les commentaires de Lewy à la louange de Pie XII – inhabituels pour un Juif et a fortiori pour un officiel israélien – revêtaient une grande portée en ce qu'ils témoignaient d'un léger changement dans le jugement historique concernant un homme que le Vatican considère comme digne des plus grands honneurs de l'Église, mais que beaucoup de Juifs estiment avoir été moralement lâche.

Pie XII a été pape de 1939 à 1958. Avant son élection il était le numéro 2 du Vatican et avait été auparavant nonce en Allemagne. Du fait de sa profonde implication dans les relations diplomatiques avec les nazis, ce que Pie XII a fait ou n'a pas fait durant la guerre est devenu le problème le plus conflictuel des relations entre les Juifs et le Vatican.

Le Vatican insiste sur le fait que Pie XII a recouru à une diplomatie discrète et que critiquer davantage et publiquement les Nazis aurait eu pour conséquence davantage de morts juives. Les critiques arguent qu'il aurait pu et aurait dû faire et dire davantage.

D'où la stupéfaction quand, au cours d'une cérémonie d'attribution de la médaille de « Juste des Nations » à Gaetano Piccini, un prêtre italien qui avait caché des Juifs, Lewy a dit qu'il n'avait pas été le seul à sauver des vies juives à Rome.

« Ce serait une erreur d'affirmer que l'Église catholique, le Vatican, ou le pape lui-même se sont opposés à des actions ayant pour but de sauver des Juifs », avait affirmé Lewy le 23 juin. « En fait, c'est le contraire qui est vrai : ils ont aidé partout où ils ont pu le faire. »

Et de préciser que les Juifs avaient été traumatisés par la déportation et attendaient beaucoup plus du pape.

« Très bien. Nous savons tous ce qui s'est passé, mais nous devons aussi reconnaître que le convoi qui partit de Rome vers Auschwitz le 18 octobre 1943, fut le seul que les Nazis réussirent à organiser », avait-il ajouté.

Dimanche, Lewy a fait savoir qu'il désirait apporter une clarification à ses commentaires, faisant remarquer que son éloge des bonnes actions de Piccini devait être placé dans un contexte historique plus large.

« Du fait que ce contexte est encore l'objet de recherches actuelles et futures, il était prématuré de ma part d'émettre mon jugement historique personnel », dit la déclaration.

Elan Steinberg, vice-président de l'organisation Rassemblement Américain des Survivants de l'Holocauste et de leurs Descendants, a dit avoir apprécié la clarification apportée par Lewy .

« Il faut du courage pour admettre qu'on a commis une erreur », a dit Steinberg, qui avait d'abord critiqué Lewy pour ses commentaires.

Des dirigeants juifs ont demandé au Vatican qu'il ne béatifie pas Pie XII avant que la totalité des archives du Vatican ne soient ouvertes aux chercheurs, ce qui n'est pas attendu avant plusieurs années encore. Les partisans de Pie XII objectent qu'une bonne partie des documents sont aujourd'hui accessibles et que peu de chercheurs les consultent.

 

© The Associated Press