Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme

L'Education nationale fait la promotion de l'éradication future des Juifs, J.-P. Grumberg
01/07/2011

[Un avertissement salutaire. Il y aurait beaucoup à dire sur la pratique ici révélée. Je me limiterai à une seule remarque qui me paraît essentielle. La méthode la plus pernicieuse, largement mise en oeuvre dans le narratif pro-palestinien, se retrouve ici dans toute sa perversité. Je veux parler des citations - souvent exactes - de propos ou d'écrits contemporains d'événements traumatiques, tels que guerres, révolutions, et autres situations explosives, génératrices de drames individuels et collectifs et d'un nombre considérable d'injustices. Point n'est besoin d'être un historien de métier pour savoir que l'utilisation perverse de ces citations sorties de leur contexte politique, culturel, et événementiel aux fins de diffamation d'un peuple, est moralement et philosophiquement condamnable. Une simple observation: si l'on appliquait cette méthode à tous les régimes politiques de la planète, aucun ne sortirait à son honneur de l'examen des faits de son histoire. Comme le disait, dans un autre contexte, l'un des Juifs les plus célèbres au monde, aux justiciers qui voulaient lapider la femme juive surprise en flagrant délit d'adultère: "Que celui qui est sans péché lui jette la première pierre!". Certes, comme dans tous les conflits, il y a eu des exactions et des injustices - parfois volontaires, mais le plus souvent non voulues. Israël n'a certainement pas fait exception à la règle. Mais l'antisémitisme et la haine antijuive se révèlent dans toute leur hideur lorsque seul le peuple juif est mis au pilori pour des actes que toutes les  nations - dont beaucoup non seulement ne valent pas mieux que lui, mais lui sont souvent très inférieures en matière de moralité et de justice - ont commis, voire commettent encore de manière infiniment plus cruelle et cynique. Sur le plan éducationnel et pédagogique, un tel document constitue sans nul doute une incitation à la haine d'un peuple et un abus d'influence sur de jeunes cerveaux et des consciences non exercées au discernement. Il faut discréditer ce document comme il le mérite et débusquer ses auteurs, ainsi que le demande J.-P. Grumberg, qui ne sera certainement pas seul dans sa protestation. (Menahem Macina).]

Sur le site de Drzz-Info, 30 juin 2011
 

Screen-shot-2011-06-30-at-22.11.07.png

L'éducation nationale a inventé un Etat arabe !

 


Nous nous sommes procuré un exemplaire du nouveau programme d'histoire de première. Il s'agit d'une thèse révisionniste contre les Juifs d'Israël, un énorme scandale politico-historique, une réminiscence du crime le plus honteux commis par la France au 20e siècle. Pire, c'est une marque de sang faite à la patrie des droits de l'homme par un petit groupe de propagandistes, qui a manqué à son devoir de protection des plus persécutés d'entre tous les peuples, les Juifs. 

Soixante-dix ans seulement après la collaboration du gouvernement français à la solution finale des nazis contre les Juifs, le gouvernement français, au travers de l'Education Nationale, collabore à la solution finale des ultra anti-israéliens contre les rescapés et descendants de ces mêmes Juifs, en Israël. 

L'éducation nationale a contourné l'interdiction des écrits révisionnistes sur les Juifs d'Europe, par un écrit révisionniste sur les Juifs de Palestine.

Juste avant les vacances, en toute discrétion, le livre d'histoire pour les classes de première, dans sa section consacrée au conflit arabe-israélien, est truffé de mensonges et de contrevérités destinées à inspirer dégoût et haine contre Israël, et justifier une étape future, comme le rappelle le professeur Shmuel Trigano, qui sera l'éradication de la bête immonde, l'Etat hébreu, pour le bien général. 

L'Education Nationale, en partie pour tenter d'apaiser les familles de parents d'élèves musulmans, qui refusent l'histoire réelle (mais aussi la philo et les sciences non compatibles avec le Coran et la Charia), a publié une version palestino-compatible de l'histoire de la Palestine moderne.

Je vous laisse découvrir, au fil des pages publiées ci dessous, cette propagande. C'est comme un sinistre jeu des sept erreurs : elles se cachent partout dans les moindre détails et de façon insidieuse et perverse. Lisez-les, diffusez-les, faites-moi part de vos trouvailles et de vos commentaires. De notre côté, nous mettons tout en oeuvre pour faire retirer des programmes ces immondices et en identifier les responsables.

Screen shot 2011-07-01 at 00.24.16
Screen-shot-2011-07-01-at-00.23.56.png

Screen-shot-2011-07-01-at-00.23.40.png
Screen-shot-2011-07-01-at-00.23.20.png
Tous les ingrédients du narratif anti-israélien sont présents et bien au delà : mensonges, inventions, omissions, déformation des faits, amalgames et jeux de mots équivoques chaque fois que la culpabilité des arabes ne peut être dissimulée. 

Un seul exemple. Cherchez le mot "Israël". Il n'existe pas dans ces pages. Israël n'existe pas dans ce livre d'histoire. Et c'est  conforme à la charte de mort, à la charte génocidaire, du Hamas, qui mentionne "l'entité sioniste" à détruire, pour ne pas dire "Israël". 

Ces quelques pages d'histoire réécrites à la sauce hamas-compatible, sont un vrai tsunami au service de l'antisémitisme déguisé en anti-sionisme, et de la diabolisation du seul pays des Juifs.

Tsunami, car "si c'est dans les livres d'histoire, c'est forcément vrai".

Tsunami, car seule la version d'une des parties au conflit, les arabes de palestine, est présentée, bien que cette version soit totalement contredite par les documents historiques, et les traités de l'ONU.

Tsunami encore, car la version des Israéliens est totalement absente, comme si l'on voulait affirmer que le narratif des juifs n'est pas digne de foi, car "le juif est forcément menteur".

Il convient de rappeler ici le Rapport [commandé par le Ministère de l'intérieur [à J.-Cl. Rufin], paru en 2004 sur le racisme et l'antisémitisme. (1). [Quelques extraits:]

Parmi toutes les formes, subtiles, d'antisémitisme par procuration, il en est une qui doit être particulièrement distinguée car elle émerge depuis quelques années comme forme de discours dominant :  c'est l'antisionisme radical.

Cet antisionisme revêt différentes formes d'expression qui servent d'écran les unes aux autres et contribuent à le banaliser […] cet antisionisme moderne est né au confluent des luttes anticoloniales, anti-mondialisation, anti-racistes, tiers-mondistes et écologistes.

Ainsi se trouve constituée l'une des mécaniques les plus redoutables d'aujourd'hui qui fait d'un antisionisme en apparence politique et antiraciste, l'un des facteurs facilitateurs du passage à l'acte, l'un des instruments de l'antisémitisme par procuration.


Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien vers cet article :
 
© Jean-Patrick Grumberg pour Drzz.fr