Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Antisionisme chrétien

Flottille pour Gaza et charabia chrétien, Jean-Marie Allafort
02/07/2011


Sur le site de Un écho d'Israël, 29 juin 2011


Selon les renseignements de l'armée israélienne, la nouvelle flottille qui se dirige vers la Bande de Gaza n'est pas vraiment composée de pacifistes. Des activistes à bord ont bel et bien l'intention d'en découdre avec les soldats de Tsahal et espèrent pouvoir en saigner quelques-uns à mort. En Israël, et particulièrement à l'Etat-major de l'armée israélienne, on est inquiet des derniers développements même si les nombreuses défections de dernières minutes sont plutôt encourageantes. Ce sont les plus "durs" qui vont finalement embarquer à bord de cette flottille délirante sachant parfaitement qu'ils n'atteindront jamais les côtes de Gaza et qu'ils seront interceptés en mer par les commandos marins israéliens. En dehors d'une volonté de provocation et une soif de se battre contre les "soldats sionistes", ils ne sont porteurs d'aucun message de paix.

Comment comprendre le soutien déclaré à cette flottille si peu pacifiste de certains évêques français, pasteurs protestants et organisations chrétiennes comme le CCFD ou encore Pax Christi ?

En lisant le communiqué signé par des prélats de l'Eglise catholique de France, on se demande dans un premier temps si cette exhortation pour encourager ce naufrage est un canular tant elle paraît incroyable. Ce charabia dicté au nom d'une pseudo-charité chrétienne transpire une haine à peine voilée envers Israël. Ce document n'est rien d'autre qu'un acte de propagande idéologique qui se garde bien de se référer à une quelconque situation réelle. Il déclame une série de clichés à la limite du ridicule.

Comment ne pas être abasourdi quand le communiqué affirme qu'il s'agit "d'une démarche éthique ?". De quoi parlent nos moralistes chrétiens ? En quoi une démarche fondée sur la violence (violence tout d'abord verbale de la part des organisateurs de l'expédition marine) peut-elle être éthique ?

Le New York Times vient de publier un article sur la situation dans la Bande de Gaza. Le journaliste, pas vraiment connu pour être pro-israélien, décrit un territoire en plein essor économique et affirme que la situation des Gazouites est bien meilleure que [celle de] la plupart des pays en voie de développement. Des hôtels de luxe sont en construction, le deuxième centre commercial va ouvrir ses portes dans quelques semaines et les Palestiniens achètent de plus en plus de voitures de marque. 

Le journaliste rapporte les propos de Mahmoud Daher, un responsable de l'Organisation mondiale de la santé à Gaza : « Nous avons 100% de vaccinations, aucune polio, plus de diphtérie et pas de sida ». Il rappelle également que l'alphabétisme est quasiment inexistant dans la Bande de Gaza, que la mortalité infantile est très faible et que les conditions de santé et d'hygiène y sont meilleures que dans la majeure partie de la région.

Le blocus imposé par Israël est devenu un mythe. Chaque jour 250 camions de marchandises entrent dans la Bande de Gaza par le terminal de Kerem Shalom. Les produits interdits par Israël - comme le fer (qui sert à la fabrication de roquettes) - parviennent à pénétrer par les souterrains à la frontière égyptienne. La majorité des produits étant autorisés par Israël, le marché noir est en perte de vitesse. Chaque semaine plus de 70 hommes d'affaires et commerçants se rend[ent] en Israël pour le négoce en tout genre, ce qui est quand même bien peu sur une population d'un million et demi. Le New York Times n'idéalise pas la situation des Palestiniens de Gaza et précise que ce qu'il leur manque fondamentalement c'est la liberté.

Pour terminer demandons-nous pourquoi les évêques et pasteurs, si préoccupés par les situations d'injustice n'ont encore rien organisé de concret pour les réfugiés du Darfour ou les pauvres du Timor. Là-bas, c'est vrai, il n'y a pas de Juifs…

 

Voir aussi le communiqué de l'AJCF sur ce sujet.

 

© Jean-Marie Allafort