Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Chrétiens pour)

Message d'un Pasteur protestant aux Pasteurs de la flottille, Gérald Fruhinsholz
10/07/2011

 

Blason IsraelBlason IsraelShalom Israël
Bandeau Murailles 597x123
dimanche 10 juillet 2011   
Message aux pasteurs de la flottille

Logo Shalom 
De Jérusalem,
Pasteur Gérald FRUHINSHOLZ


flottille2
Le "Dignité Al-Karama" où se trouve Olivier Besancenot, mais sans aide humanitaire

Félicitations à la Grèce pour avoir interdit à tout bateau de partir vers Gaza ! Cette opération politique des "bateaux pour Gaza" n'avait aucun but humanitaire, et il est clair à présent qu'il s'agissait d'une provocation à l'encontre d'Israël.  

Ces gens, qui sont si vaillants à partir en croisière, auraient-ils assez de courage pour s'opposer à la Syrie assassinant les siens sans impunité, ou simplement demander la libération de Gilad Shalit, otage franco- israélien dans les geôles de Gaza depuis plus de 5 ans...  

 Hélas, cela ne les intéresse pas car ce serait beaucoup trop risqué ou dangereux.

 

Fait consternant : dans "cette galère de plaisance" qui ne demande aucun courage, mais seulement beaucoup d'argent dépensé en vain, se trouvent des dignitaires, catholiques et protestants, égarés. Ci-dessous une lettre adressée aux quatre ex-présidents de la Fédération Protestante de France, envoyée par courrier postal à chacun personnellement. 

 

Messieurs les pasteurs

Jean-Arnold de Clermont, Jacques Stewart, Jean Tartier, et Jacques Maury

Fédération protestante de France

47 rue de Clichy - 75311 Paris Cedex 09

Courriel : courrier@protestants.org 

Tél. : 01 44 53 47 12

 

Chers frères et collègues pasteurs,

 

C'est avec un cœur lourd que je vous écris cette lettre, que je crois venir du Seigneur qui nous est commun. Nous habitons, mon épouse et moi-même, depuis 6 ans en Israël, précisément à Jérusalem, là où le Messie posera Ses pieds pour établir Son royaume millénaire. Notre démarche émane d'un appel de D.ieu, et nous avons tout quitté en France, pour être témoins de Sa grâce et serviteurs au service du grand Consolateur, dans le pays d'Abraham, d'Isaac et de Jacob, une terre maintes fois promise à leurs descendants, et donnée en héritage, « en possession éternelle ».

 

A présent que cette affaire de flottille part en déroute, par son incapacité de forcer ce que vous appelez le « blocus de Gaza », ne serait-ce pas temps de reconsidérer vos signatures respectives en tête de liste de ceux qui sont partis en croisade contre Israël... car il n'y a pas d'autres termes pour décrire ce que vous avez entrepris, ou du moins cautionné.

 

Frères, par votre action, vous avez jeté un discrédit sur la foi chrétienne dans sa totalité, et sur le nom même de Celui à qui vous avez donné votre vie; et c'est insupportable. Il y a en Israël des chrétiens qui portent haut le nom de D.ieu, et vous qui représentez un leadership fondé sur l'héritage de la Réforme, par quatre présidences, vous bafouez les valeurs de ce que constitue cette Réforme même.

 

Nous recevons des lettres indignées d'amis juifs qui, pour certains, ont vécu la Shoah, ou qui ont été enfants cachés par des Protestants, et vous déshonorez la mémoire de ceux qui ont risqué leur vie pour les sauver de la tourmente nazie. Vous déshonorez le nom du pasteur André Trocmé et de ses amis du Chambon-sur-Lignon, tous ceux et celles qui ont eu le courage de s'opposer au nazisme.

 

Frères, en soutenant publiquement cette fausse flottille humanitaire, vous vous associez à des terroristes. Ils sont islamistes [1] et ne désirent qu'une chose: l'anéantissement d'Israël. Qui soutenez-vous réellement, ces personnes agissant sournoisement contre ce que la Bible considère être « la prunelle de l'œil » de Dieu ? Les Israéliens ne sont pas parfaits, certes, mais l'Eglise l'est-elle ?... J'ai honte de l'image que nous donnons de l'Eglise, en tant que chrétiens.  

 

Savez-vous ce que signifie pour les gens de Sderot et des villages israéliens environnants, de recevoir depuis des années des roquettes qui tombent n'importe où et n'importe quand, jour et nuit ? Savez-vous qu'il y a toute une génération d'enfants qui, à la moindre sirène, courent dans les abris et vivent un stress permanent ?... Avez-vous rendu visite à ces gens, avez-vous agi en leur faveur également ?

 

Israël défend sa survie depuis la création de son Etat. Qui l'ignore ? Mais, grâce à Dieu, Israël qui a toujours été inférieur en nombre et en matériel, a constamment gagné les guerres. Cela ne vous interpelle-t-il pas?... L'Eternel des armées est avec Israël. Et vous, vous défendez l'ennemi d'Israël. Car, chacun sait, que derrière ces affaires de flottille, il y a la volonté tenace de soutenir le Hamas et autres organisations terroristes. Gaza, vous le savez, n'a pas besoin de vivres. Les Palestiniens eux-mêmes ont l'honnêteté de le dire. Ils veulent travailler, entreprendre, mais les responsables du Hamas leur en refusent le droit, préférant attirer la manne et la (fausse) compassion du monde, avec les millions de dollars donnés pour  une population maintenue depuis 63 ans dans un statut de « réfugiés ».

 

« Le mystère d'Israël est inséparable du mystère de l'Eglise, il est notre mystère. Le mystère de notre péché et le mystère de notre grâce. Objets de la même révélation, de la même vocation, appelés au même jugement, promis au même Royaume, nous ne serons pas sauvés, au dernier jour, les uns sans les autres. Nous avons besoin de pardon. Car nous avons contribué à travers les siècles à la "séparation" des Juifs. Nous les avons considérés comme étrangers, alors qu'ils sont nos pères selon l'esprit. Nous avons été parfois les instigateurs, parfois les complices, les témoins indifférents ou lâches de toutes les persécutions qui les ont décimés... »

 

Ces paroles sont celles du pasteur Charles Wetsphal,qui a succédé au pasteur Marc Boegner à la présidence de la FPF, de 1961 à 1970. Son rôle et celui de sa femme Denise durant la guerre dans le secours qu'ils offrirent aux Juifs, leur valut d'obtenir « la médaille des Justes » parmi les nations, au Yad Vashem.

 

Nous chrétiens des nations avons l'insigne privilège de connaître le Seigneur alors que, comme le dit Paul, nous n'avions pas droit aux alliances. Et nous avons obtenu Sa grâce, n'étant que des goyîm. Alors, dans un esprit de sincère reconnaissance et de vraie humilité, apportons à Israël un soutien loyal. Les Israéliens ne sont ni des colonisateurs, contrairement à nos nations chrétiennes par le passé, ni des bourreaux. En 2005, l'Etat hébreu a donné sans contrepartie le Goush Katif, et le Hamas se sert depuis lors de ces terres, rendues cultivables par les pionniers israéliens, pour installer d'autres rampes de lancement de roquettes.

 

La Bible dit qu'Amalek sera un ennemi féroce jusqu'à la fin [*]. Nous le constatons aujourd'hui, Amalek est toujours là, personnifié par le Hamas, le Hezbollah, ou encore le chef de l'Iran. Seriez-vous l'ami de ces hommes qui veulent la mort d'Israël ?... Personnellement, je préfère être comme Abraham, l'ami de Dieu, et bénir Israël, parce que c'est le peuple choisi de Dieu. Le peuple arabe mérite bien sûr d'être défendu, de la même façon que tout autre peuple, dans le respect de la vérité et d'une vraie justice, et non dans le soutien du terrorisme.

 

                Frères, je vous supplie, n'est-il pas temps de faire acte de repentance concernant votre engagement qui a jeté l'opprobre sur Israël, sur la Chrétienté,  et blessé des amis chers - pour l'amour du D.ieu de Jacob ? 

Pasteur Gérald & Sophie Fruhinsholz

Le  7 juillet 2011

  

[1] Amin Abu Rashed est considéré comme l'un des principaux organisateurs de la flottille de 2011. Il maintient des liens étroits avec certaines organisations terroristes, dont celle du Hamas.


Visitez notre site
Ecrivez-nous
 

Note de Menahem Macina

[*] A propos d'Amaleq, l'Ecriture témoigne que Dieu lui-même s'en prendra à lui (Ex 17, 16):

La bannière de L'Eternel en main, L'Eternel est en guerre contre Amaleq de génération en génération.