Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Médias
Désinformation

L'Unesco contre Israël, Giulio Meotti
22/07/2011

Voir le dossier complet sur Aschkel-info : www.aschkel.info/article-unesco

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4097506,00.html

Sur le Blog de Danilette, 22 juillet 2011

L'organisation des Nations unies pour l'éducation, la science et la culture (UNESCO) a adopté une décision demandant à Israël de cesser immédiatement tous les travaux archéologiques dans la vieille ville de Jérusalem. L'Unesco, l'un des organismes les plus importants et influents de l'ONU attaque particulièrement la rénovation du Pont des maghrébins qui relie l'esplanade du mur occidental [le mur des lamentations] et le Mont du temple.

La décision, initiée et promue par les états arabes, a été adoptée par un consensus des membres occidentaux de la commission. En effet, ce vote est la dernière initiative antijuive lancée par le bureau de l'ONU, destinée à promouvoir la culture, l''éducation et la science dans le monde entier. En fait, ces parrains voleurs de l'Unesco sanctifient la campagne mondiale actuelle visant à liquider la légitimité du régime israélien.

En 2009, l'Unesco a désigné Jérusalem comme « capitale de la culture arabe », en coordination avec les fonctionnaires de l'Autorité palestinienne et les personnalités arabes les plus importantes pour protester contre ce qu'ils décrivaient comme « l'occupation israélienne d'Al Qods, la Sainte (Jérusalem) ». Les autres villes à avoir reçu ce titre précédemment sont Alger, Hamas, le Caire, Tunis, Amann, Beyrouth et Khartoum.

Les arabes auront des difficultés à être convaincants quand ils décrivent Israël comme usurpateur tant que le monde croira au lien important entre le peuple de la Bible et la terre de la Bible. L'UNESCO nie ce lien et décrit l'histoire juive du Moyen-Orient comme rien de plus qu'un bref épisode insignifiant de colonisation arrogante.

L'Unesco nie le fait que les racines du Peuple juif en Israël remontent à plus de 4000 ans, ou que 1000 ans avant Jésus-Christ, le roi David avait fait de Jérusalem la ville juive par excellence, qui n'a jamais été totalement abandonnée même dans les périodes de persécutions meurtrières.

La cité de David à Jérusalem, une des principales cibles de la furie antijuive de l'Unesco, est maintenant le site archéologique le plus chaud du monde1 avec des découvertes de vestiges bibliques, d'anciennes sépultures et de sceaux royaux. Et c'est là que l'Unesco utilise l'archéologie pour frapper Israël et traiter les archéologues israéliens de chicaneurs nationalistes.

Ces dernières années, l'UNESCO a accru sa collaboration avec l'ISESCO, l'organisme culturel de l'Organisation de la Conférence Islamique. Selon la propagande de l'ISESCO, l'histoire biblique et les Temples juifs ne sont que fiction, les monuments juifs sont des trésors islamiques volés par les sionistes et les travaux archéologiques des Israéliens sont des actes criminels contre les Musulmans.

L'idéologie de l'Unesco dépeint les Juifs comme des envahisseurs colonisateurs tandis que les musulmans qui ont envahi le pays et l'on ravagé au VIIème siècle sont par un saut dans le temps inexplicable, les descendants de ceux qu'on nomme les « Cananéens autochtones ».

En 2010, l'Unesco a décidé que le tombeau de Rachel et le Caveau des Patriarches à Hébron sont des mosquées musulmanes. Les pays occidentaux n'ont pas bronché. L'Unesco n'a jamais mentionné qu'en plus du fameux Caveau des Patriarches bibliques, Hébron contient aussi le tombeau du premier Juge (Otniel Ben Kenaz), le tombeau des généraux et confidents de Saül et David et les tombeaux de Ruth,  l'arrière-grand-mère de David et de Jesse, le père de celui-ci. L'Unesco ne dit mot non plus du fait que le tombeau de Rachel est unanimement vénéré comme le lieu de sépulture d'une des grandes femmes de la Bible, la femme de Jacob, la matriarche juive bénie.

Pendant la deuxième intifada, l'Unesco a condamné Israël pour « la destruction et les dommages causés au patrimoine culturel dans les territoires palestiniens » en tant que « crime contre le patrimoine culturel commun de l'humanité ». Toutefois, l'Unesco est resté silencieuse quand une foule palestinienne a détruit le tombeau de Joseph,  un important sanctuaire religieux juif, et quand une mosquée a été construite sur ce même site.

Dès le début de la deuxième intifada, des terroristes palestiniens ont attaqué également le tombeau de Rachel et pendant 41 jours les Juifs en ont été interdits d'accès. Il n'y a pas eu de condamnation de l'Unesco. Récemment, des dizaines de tombes du cimetière du Mont des Oliviers à Jérusalem ont été vandalisées, dans la dernière d'une longue série d'attaques sur le plus vieux cimetière juif ou des Juifs ont été enterrés depuis les temps bibliques. À nouveau, l'Unesco est resté silencieuse.

L'Unesco a également promu une longue liste de décisions pour boycotter et isoler l'État juif. Le 7 novembre 1974, l'Unesco a émis un vote excluant Israël de son assistance dans les domaines de l'éducation, de la science et de la culture en raison de l'altération persistante des caractéristiques historiques de Jérusalem ». Le 20 novembre 1974, l'Unesco a émis un vote excluant Israël de son groupe régional européen. Cet ostracisme antijuif n'a été abandonné qu'en 1978 après le gel par les États-Unis de leur versement de 40 millions à l'organisation, comme mesure de protestation.

La guerre de l'Unesco contre Israël et l'Occident a continué et a été si flagrante qu'en 1984, les États-Unis, la Grande-Bretagne et d'autres pays occidentaux ont quitté l'organisation. En 1989, l'Unesco a allégué que « l'occupation israélienne de Jérusalem était en train de détruire la ville sainte au moyen d'actes d'ingérence, de destruction et de transformation » (Tedi Kollek, le maire de Jérusalem de l'époque a exprimé « son profond dégoût pour l'attitude de l'Unesco »).

En 1990, l'Unesco a attaqué ce qu'elle décrit comme « des modifications irréversibles du patrimoine architectural de Jérusalem résultant de l'occupation israélienne ». Les apparatchiks de l'Unesco ont dénoncé la beauté perdue de la ville. En 1993, le Directeur général de l'Unesco, Frédéric Mayor a boycotté une conférence internationale de la science à Jérusalem en dépit de l'histoire brillante de progrès d'Israël, comme par exemple le plus grand nombre de publications scientifiques et de musées per capita dans le monde.

En 1996, l'Unesco a organisé un symposium sur Jérusalem au siège de l'organisation à Paris. Mais aucun groupe juif ou israélien n'a été invité. Quand, en 1998, une délégation de l'Unesco a visité Jérusalem, elle a refusé de rencontrer les responsables israéliens. Dans le passé, l'Unesco a également appelé à des sanctions financières contre Israël et passé des centaines de résolutions critiquant les activités d'Israël en Judée et Samarie.

En 2001, l'Unesco a promu le « document de la déclaration du Caire pour la préservation des antiquités de Jérusalem », qui accuse faussement Israël de détruire des antiquités islamiques sur le Mont du temple et dans la vieille ville de Jérusalem, dans une tentative pour détourner l'attention des crimes palestiniens contre l'archéologie et l'histoire. Lorsque les Nations Unies ont célébré son 50e anniversaire, l'Unesco a refusé de mentionner la Shoah dans sa résolution sur la deuxième Guerre Mondiale, ignorant volontairement la demande d'Israël d'inclure une référence à la destruction du judaïsme européen.

Dans une note finale d'un récent rapport de l'Unesco sur la science, le médecin et théologien juif Maïmonide est classé comme musulman sous le nom de "Moussa Ben Maimoun". Donc le Rambam (acronyme pour Rabbi Moshe Ben Maimon) a été contraint de se convertir à l'Islam par les historiens révisionnistes de l'ONU.

Pendant le Moyen Âge, l'inquisition française a confisqué et brûlé les livres de Maïmonide. Depuis les élégants boulevards parisiens, des inquisiteurs de l'Unesco sont donc en train de suivre la même voie terrible afin de rendre l'histoire et la Terre Sainte "judenrein".

Adapté par Danilette 

 Voici quelques autres articles sur Aschkel-info :  

Pont des Maghrébins : L'UNESCO condamne sévèrement Israël

Que se passe-t-il à l'UNESCO ? - Lettre ouverte de Seta Papazian

 Lieux saints juifs transformés en mosquées - A.Palestinienne - Unesco, même combat

ALERTE - Un cas de falsification de l'histoire dans le rapport sur la science publié par l'UNESCO.........encore !

A l'attention de Madame Irina Bokova Directrice générale de l'UNESCO

Le tombeau de Rachel - lieu-saint juif et non une mosquée - Nadav Shragai

De l'UNESCO et ses majorités R. ROSSIN

Tombeau de Rachel - B.Netanyahou à Ban Ki Moon "N'effacez pas 4000 ans d'histoire et ne déformez pas des faits historiques simplement par intérêt "

Quand l'Unesco remonte le temps et change le passé sur 3000 ans??? Alain RUBIN

Tombeau de Rachel, colloque de philosophie à Téhéran : R.Prasquier du CRIF écrit a Irina

Bokova,la directrice générale de l'Unesco

Israël n'a pas rompu avec l'UNESCO, mais n'appliquera pas 5 de ses décrets.

Netanyahou attaque la décision de l'UNESCO

L'unesco déclare aussi Mosquée le tombeau des patriarches et le tombeau de Rachel-et le

Saint Sépulcre ?

La honte pour l'Unesco qui veut condamner Israel pour ses sites historiques.

L'OCI appelle l'UNESCO à enquêter sur l'annexion de sites "islamiques"

L'ONU veut faire annexer le tombeau des Patriarches et de Rachel par les Palestiniens