Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Pipes, Daniel

L'armée de l'Egypte s'accroche au pouvoir, Daniel Pipes
28/07/2011


Sur le site de l'auteur, 16 juillet 2011

Version originale anglaise: Egypt's Military Holds onto Power

Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert


J'ai soutenu depuis le renversement de Hosni Moubarak en février (1) que ce fut un coup d'Etat militaire contre la perspective de voir le fils de Moubarak prendre le pouvoir et (2) que la hiérarchie militaire avait l'intention de se maintenir au pouvoir. Sur ce dernier point je l'ai écrit en avril :

«Les militaires se sont trop bien habitués au pouvoir et à la belle vie pour renoncer à ces avantages. Qu'il s'agisse d'éliminer Moubarak, de jeter ses fils en prison, d'interdire son ancien parti politique, de changer la constitution, ou de réprimer la différence d'opinion, les militaires feront tout ce qu'il faut pour garder le pouvoir. »

Un article important dans le New York Times d'aujourd'hui, "L'armée d'Egypte prend des mesures pour se tailler un rôle en béton au gouvernement", par David D. Kirkpatrick, explique simplement comment le Conseil suprême des Forces armées a tout planifié pour conserver son pouvoir – en anticipant la constitution:

Une réunion du Conseil suprême des Forces Armées d'Egypte (لمجلس الأعلى للقوات المسلحة)

L'armée a annoncé mardi qu'elle envisageait d'adopter une «déclaration de principes de base» pour régir la rédaction d'une constitution. [...] Cela précisera le rôle des forces armées dans le gouvernement civil, protégeant le budget de la défense contre la possibilité d'un examen public ou parlementaire et protégeant les énormes intérêts économiques de l'armée. Des projets sont à l'étude qui tendraient à donner à l'armée un large mandat pour intervenir dans la politique égyptienne afin de protéger l'unité nationale ou le caractère laïc de l'Etat. [...] Bien que la déclaration proposée peut protéger les libéraux d'une constitution dominée par les islamistes, cela pourrait également limiter la démocratie en protégeant les militaires d'un contrôle civil complet.

 

Pour ceux d'entre nous qui se sont inquiétés de la menace d'une domination islamiste, ce sont de bonnes nouvelles:

L'annonce de la déclaration est un échec pour les Frères musulmans, le groupe islamiste considéré comme le mieux organisé d'Egypte et la plus redoutable force politique. Il était sur le point d'occuper un rôle majeur dans le nouveau Parlement, et donc dans la rédaction de la nouvelle constitution.   

Mais pour les libéraux, ce sont de mauvaises nouvelles:

Les manifestants sont retournés à la place Tahrir avec une fréquence croissante pour exprimer leurs demandes, aboutissant à une semaine d'occupation rivalisant avec les jours de la révolution. [... Les manifestations sont de plus en plus en train de viser l'armée. Jeudi, une coalition de 24 groupes politiques et de cinq candidats à la présidentielle a approuvé un appel lancé par les jeunes leaders de la contestation pour que les militaires cèdent plus de pouvoir à un gouvernement civil dès maintenant plutôt que d'attendre les élections. Les chefs militaires semblent de plus en plus exaspérés.

En d'autres termes, c'est comme d'habitude. Toute cette excitation sur «Égypte Nouvelle, Ere nouvelle » n'a vraiment pas donné grand-chose. Cela dit, je continue d'être impressionné par l'esprit Tahrir et j'espère qu'il rejoindra un jour les allées du pouvoir.

 

© Daniel Pipes