Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Chrétiens pour)

Discours de Glenn Beck : « Redonner courage »
31/08/2011

 

Traduction française par Guy Millière, en ligne sur le site Drzz.info, 31 août 2011


J'ai décidé de traduire le discours prononcé par Glenn Beck le 24 août dernier à Jérusalem. Je l'ai fait pour que le texte soit disponible en langue française. Je l'ai fait pour qu'il serve de référence et pour qu'il constitue une réponse à tous ceux qui caricaturent et calomnient Glenn Beck en s'appuyant sur des rumeurs indignes et sur des documents de propagande falsificatrice. C'est le texte d'un ami véritable d'Israël et du peuple juif. C'est le texte d'un homme imprégné d'éthique, de droiture et de foi. L'éthique et la droiture sont les qualités qui manquent aux malsains critiques de Glenn Beck. Je partage l'essentiel de ce texte, avec pour seule différence que je me définis comme agnostique.

 

Nous sommes en une période de grands périls, et il importe que des gens osent dire ce qui doit être dit. Glenn Beck est l'un d'entre eux. Ce texte paraîtra, en version papier, dans le magazine Le lien, auquel collaborait régulièrement mon regretté ami Paul Giniewski.  

 

Guy Millière

 

 

 

L'an dernier, des centaines de milliers d'Américains se sont rassemblés au Lincoln Memorial pour un événement intitulé « Rétablir l'honneur ».

Certains d'entre vous étaient là. L'événement vous a peut-être transformés. Je sais qu'il m'a transformé.

En août 2011, j'ai convié les Américains à vivre une vie d'honnêteté et d'intégrité. Cette année, j'ai un autre objectif.

Je vous demande aujourd'hui de tourner les yeux vers Israël et de lui redonner courage.   

On m'a demandé: Que pouvez-vous apprendre à Israël en matière de courage? Ma réponse est simple. Rien.

On m'a demandé aussi: Pourquoi venez-vous en Israël ? J'ai répondu : parce qu'en Israël, je vois le courage.

En Israël, il y a plus de courage sur un seul kilomètre carré que sur toute la surface de l'Europe. En Israël, il y a plus de courage chez un seul soldat que dans le cœur froid de l'ensemble des bureaucrates des Nations Unies. En Israël, vous pouvez trouver des gens qui résistent et relèvent des défis incroyables… des gens qui face à la marée hostile de l'opinion mondiale, se battent pour ce qui est juste, bon et vrai. Israël n'est pas un pays parfait. Aucun pays n'est parfait. Mais Israël essaie d'avancer dans la bonne direction… et Israël est courageux.

Aujourd'hui, le monde a plus que jamais besoin de courage.

Nous en avons besoin parce que, que vous viviez ici, à Jérusalem, ou à Londres, ou à Athènes, ou à Washington, DC, vous le savez – nous le savons tous – le monde change, le monde est en feu, et tout ce que nous avons connu, tout ce que nous avons pensé, tout ce que nous avons considéré depuis notre enfance comme solide, fort et durable est en état de siège.

Vous n'avez pas besoin d'être prophète pour savoir que les choses ne vont pas bien dans le monde. Les menaces se multiplient. L'obscurité vient.

De trop nombreux politiciens sont prêts à détourner le regard. Les manipulateurs sont au travail. Ils ont dépeint le jour comme s'il était la nuit, le bien comme s'il était le mal. Ils ont même changé le sens des mots.

A New York, ceux qu'on appelle les dirigeants du monde parlent des violations des droits de l'homme. Mais ce qu'ils font consiste à violer le sens même de l'expression « droits de l'homme ».

« Violations des droits de l'homme », disent-ils. Mais qui vont-ils montrer du doigt ? La Libye ? La Syrie ? La Corée du Nord ? - Non.

Ils condamnent Israël. Le minuscule Etat d'Israël. L'Etat démocratique et libre d'Israël. L'Etat d'Israël, qui place le respect de la vie au-dessus de tout.

Israël, comme d'habitude, est traité sur le mode de l'exception.

Le monde va à la dérive. Le monde est dans la confusion.

En Europe, les grandes nations du passé, Grèce, Italie, Espagne, Grande-Bretagne, glissent vers le chaos et la violence.

On a fait naître une génération qui ne sait plus faire la différence entre ce qu'elle doit à la société et ce que la société lui doit.

On a interrogé les émeutiers en Angleterre. Pourquoi, leur a-t-on demandé, volez-vous des chaussures ou des téléviseurs. « Parce que », ont répondu les émeutiers, « parce que nous les méritons ».

Nous pouvons penser que les jeunes d'aujourd'hui sont étranges. Mais les jeunes imitent leurs parents. Ils voient comment le monde réagit au mal : avec indifférence. Ils observent, ils apprennent, ils imitent. Ce qu'une génération tolère, la génération suivante l'adopte.

Quand la famille Fogel a été assassinée, le monde ne s'y est pas intéressé. Les grandes assemblées de la terre préfèrent condamner Israël. De l'autre côté de la frontière, la Syrie abat ses propres citoyens. Les grandes assemblées sont silencieuses. Comment s'étonner que les enfants d'Europe incendient les rues ?

Les assemblées internationales, les cénacles de diplomates, condamnent Israël non parce qu'ils pensent qu'Israël doit être sanctionné. Ils le font parce que c'est facile.

Tout le monde le fait. Dans certains pays, c'est un crime de ne pas le faire.

Les diplomates ont peur, donc ils se soumettent. Ils se livrent au mensonge. La vérité importe peu. Pour les gardiens de la sagesse conventionnelle, sacrifier la vérité est un faible prix à payer. Quelle différence cela fait-il si on s'en prend au petit Etat d'Israël ? C'est un comportement de lâches.

Et je suis là pour vous dire ceci: La lâcheté mène à la capitulation. Et pour vaincre la lâcheté, nous devons avoir du courage.

C'est difficile. Surtout ici. Surtout maintenant.

Les intrigants intriguent. Les manipulateurs manipulent. Et il est facile de succomber au doute.

Même les Israéliens – le peuple le plus courageux de la terre – doutent parfois. « Qu'avons-nous fait pour mériter cela ? Peut-être tout cela va-t-il s'arranger si nous faisons certains gestes ! »

Mes amis israéliens, j'ai un message pour vous : Vous ne devez pas perdre espoir. Vous ne devez pas perdre confiance. Vous devez avoir du courage. Vous avez du courage.  

Et vous trouvez le courage dans la certitude que vous avez été conduit vers cette terre par Dieu. Et dans les affaires de l'humanité, Dieu n'est pas un étranger pour les enfants d'Abraham.

Il a promis qu'Israël se lèverait à nouveau. Depuis deux mille ans, le peuple juif est resté fidèle à la promesse. Nous avons vu la promesse s'accomplir.

Israël, nous avons assisté à l'aube de ta renaissance.

Nous vivons dans un âge de miracles technologiques réalisés par l'homme. Mais c'est aussi un âge de miracles divins.

Ce n'est pas par la volonté d'un homme, que son nom soit Balfour ou Truman, qu'Israël existe aujourd'hui. Israël existe parce que le Dieu d'Abraham est fidèle à son Pacte.

Dans les synagogues, voici une semaine, on lisait les mots du prophète Isaïe:

« Consolez, consolez mon peuple,

 Dit votre Dieu.

 Parlez au cœur de Jérusalem,

 Et criez-lui que

 Son temps marqué de détresse est accompli ».

Et regardez-nous ! Nous sommes dans Jérusalem réunifiée. Jérusalem reconstruite.

Le Dieu d'Abraham, d'Isaac et de Jacob n'est pas neutre dans les affaires de l'humanité. Dieu n'est pas indifférent à Israël. Il ne vous abandonnera pas, ne vous laissera pas détruire, il n'oubliera pas le pacte passé avec vos ancêtres.

Au cours des 40 années d'errance dans le désert, les Hébreux ont été guidés à travers l'obscurité de la nuit par une colonne de feu.

Le courage est l'acte de marcher dans les ténèbres, en sachant qu'à chaque étape, on sera guidé et protégé par la colonne de feu, si on la suit, Dieu est avec nous.

Je dois admettre, je ne savais pas cela, jusqu'à très récemment.

Pendant la première moitié de ma vie, j'ai fait très peu. J'ai été l'Américain des stéréotypes qui croit que deux océans le protègent pour toujours.

En tant que commentateur de radio et de télévision, mon travail consistait à souligner les problèmes. Et je l'ai fait. J'ai vu des choses qui me semblaient évidentes, et j'ai fait des observations qui me semblaient évidentes.

J'ai vu des interviews d'Oussama ben Laden, et, en 1999, j'ai dit qu'il allait attaquer à nouveau New York. Il l'a fait.

J'ai vu le comportement irréaliste de nombre d'Américains en 2006, et j'ai dit qu'il y aurait un effondrement sur le marché immobilier. Et l'effondrement s'est produit.

J'ai vu les marchés financiers mondiaux s'approcher de la chute en 2007… J'ai vu les troubles et les émeutes venir en Europe en 2008.

Il ne fallait pas être un prophète pour voir ces choses – tout ce qui était nécessaire, c'était de voir que le mal existait et que le mal avançait sans entraves.  

Et cette année, quand j'ai vu les dirigeants de la Tunisie et de l'Egypte tomber, et le monde appeler cela le « printemps arabe », j'ai dit: Où cela peut-il mener? Derrière ces révolutions, il y avait, je l'ai dit, une force familière, une force qui allait placer ces nations sous l'égide d'un nouveau pharaon. Et cette force, je l'ai dit aussi, viendrait jusqu'aux frontières d'Israël. Et c'est ce qui s'est passé.

Nous ne sommes pas à la merci de ces événements. Nous pouvons modifier le cours de l'histoire. Nous pouvons résister à la trajectoire dangereuse de cette histoire.

Mais nous avons besoin de gens qui sont prêts à dire la vérité. Nous avons besoin d'inspiration. Nous avons besoin d'un modèle à suivre.

Le siècle dernier a été un siècle de génocides. Un siècle où le mal s'est levé, encore et encore, engloutissant des millions de vies.

Mais le mal s'est heurté aux forces du bien. Et le bien a finalement prévalu. Des gens comme Dietrich Bonhoeffer, Martin Luther King Jr., Lech Walesa, Mère Thérésa, et Henrietta Szold ont réveillé le monde.

Ils ont consacré leur vie à l'avancée des droits de l'homme. Ils ont pris le parti de la justice contre l'injustice, ils ont tenu haut le flambeau de la liberté et ils repoussé les ténèbres de la haine.

Ces hommes et ces femmes ont eu des vies difficiles. Ils ont souvent vécu des vies écourtées. Ils étaient souvent nés dans des milieux privilégiés, mais ils se sont montrés prêts à accepter la souffrance. Ils ne voulaient pas être des martyrs. Ils auraient préféré vivre leur vie dans le confort, mais les êtres épris de justice ne peuvent vivre dans le confort quand le mal déferle.

Malheureusement, la cause des droits de l'homme a été accaparée par des organisations qui ont fort peu à voir avec les personnes qui ont effectivement combattu pour les droits de l'homme. « Droits de l'homme » était autrefois une expression exigeant la justice. Elle est utilisée aujourd'hui comme une menace.

Ces organisations sont devenues des instances d'intimidation, et parodient de manière grotesque les principes qu'elles prétendent incarner. Elles critiquent les pays de liberté et épargnent les pays d'oppression. Elles dénoncent des pays comme Israël et l'Amérique, qui ont un grand respect pour la liberté, et ne disent rien de pays où la liberté est sans cesse violée. Ils sont si imprégnés de mensonge que c'en est presque comique. Quelle que soit la force morale qu'ils ont pu penser avoir autrefois, celle-ci n'existe plus. Et nous devons les ignorer.  

Aujourd'hui, nous reprenons l'expression « droits de l'homme » et nous la mettons là où elle a sa place, en tant que première partie du projet de Dieu pour l'humanité. La seconde partie est la responsabilité.

Si nous voulons avoir des droits – de vrais droits de l'homme –, nous devons agir avec responsabilité. Nous ne devons pas être à l'aise avec les droits. Nous devons être à l'aise avec la responsabilité. Nous ne pouvons pas passer nos brèves années sur cette planète à nous contenter de vouloir avoir des droits… Nous devons faire tout notre possible pour prendre nos responsabilités envers nos semblables. Droits et responsabilités. Les deux vont de pair, indissociablement.

Nulle part dans la Torah ou la Bible chrétienne, vous ne voyez l'expression « droits de l'homme ». Mais il y est beaucoup question de responsabilités.

Tout ce que nous savons sur les droits de l'homme et la civilisation est issu de cet endroit. Que vous viviez selon 613 commandements, ou 10, ou tout simplement selon une règle d'or, tout cela est venu d'ici. Ce trône de l'Eternel.

Quand le monde tourne le dos à Israël et au peuple juif, le monde tourne le dos à la source de tous les droits de l'homme. Sans le peuple juif, l'humanité ne saurait pas que chaque individu a une dignité, que chaque vie est sacrée, que Dieu connaît chaque étoile et chaque âme. Cela a été le message de Dieu à Abraham et Moïse. C'est le message du peuple juif au monde, et par leur existence même, ils nous l'apprennent.

Aujourd'hui, je vous propose un nouveau chemin. Je vous propose un chemin que vous tracerez – individuellement, main dans la main avec d'autres individus. Un chemin où les gouvernements et les soi-disant organisations des droits de l'homme doivent s'écarter, et où les gens s'assemblent librement pour résoudre les problèmes. Comme Dieu l'a voulu.

Certains peuvent se demander: Pourquoi ne pas laisser ce travail aux autres – ceux qui ont des relations, ceux qui dirigent, les hommes politiques, ceux qui travaillent dans les médias ?

Eh bien, je vous demande: En qui avez-vous confiance pour faire ce travail sacré ?

Qui va protéger vos droits de la meilleure façon? Un roi, un président, ou vous ?

Qui va protéger la vérité? Un journaliste, un politicien, ou vous ?

Qui va protéger vos enfants, et leur apprendre à chercher la vérité ? Un auteur de manuels, un bureaucrate de ministère, ou vous?

Une commission de sages du monde a-t-elle arrêté la Shoah ? 

Non. Le combat et la dénonciation ont été menés par des individus qui n'ont pas accepté l'hypocrisie et le mensonge ambiants. Ils ont vu l'injustice et ils l'ont dénoncée. Ils ont vu un pays chercher à détruire des êtres humains et ils ont dit : « Je ne l'admets pas ». Ils n'ont pas attendu que les instances internationales ou les Etats se conforment aux lois de Dieu. Ils ont agi. 

Cet esprit vit en nous. Je sais que vous allez avancer main dans la main, et vous tenir debout avec courage, et marcher derrière la colonne de feu.

Vous voyez le mal relever la tête en ce temps. Vous voyez à nouveau des signes maléfiques. Les croix gammées réapparaissent dans des manifestations. Cette semaine, on a vu, au Caire, des pancartes qui disaient: « Nous préparons les chambres à gaz ». Ces gens revêtent leurs enfants de ceintures d'explosifs. Ils ont le choix, et ils choisissent la mort.

Ayons le courage de choisir la vie. Nous en avons assez des incitations ! Assez des menaces ! Assez de la terreur ! Assez de propos génocidaires ! Assez de la haine ! Assez des mensonges !

Nous pouvons lire leurs calicots, écouter leurs discours. Donc, nous savons parfaitement qu'ils disent ce qu'ils pensent, et pensent ce qu'ils disent.

Eh bien, nous aussi.

Et je sais que nous serons victorieux. Parce que, tandis que leur conviction est enracinée dans la haine, notre conviction est enracinée dans l'amour. Et l'amour l'emporte toujours.

Quand Naomi et ses belles filles ont perdu leur mari respectif, Naomi savait que leur avenir serait bien plus lumineux si elles retournaient vers leurs familles, pour recommencer leur vie. Mais Ruth a refusé. Elle a dit,

« Ne me presse pas de te laisser,

 De repartir loin de toi !

La où tu iras, j'irai,

La où tu demeureras, je demeurerai ;

Ton peuple sera mon peuple,

Et ton Dieu sera mon Dieu ;

Où tu mourras, je mourrai, et j'y serai enterrée. »

 

Et je dis donc que si le monde décide qu'il veut savoir qui sera aux côtés d'Israël, qui se tiendra aux côtés du peuple juif, de façon à savoir exactement qui condamner, qui cibler, qu'ils le sachent.

Qu'ils me condamnent. Qu'ils me prennent pour cible. Je serai aux côtés d'Israël. Je serai aux côtés du peuple juif. Et s'ils veulent s'en prendre aux Juifs, je serai fier de lever la main et de dire « Prenez-vous en à moi d'abord ».

Il y a du courage en ce temps. Il y en a ici, en ce lieu. On en trouve partout, car Dieu réside dans le cœur de l'homme. Il s'en trouve à Joplin, dans le Missouri. Joplin a été dévastée par une tornade d'un mile de large. La ville a perdu son hôpital et son école. Joplin, après, ressemblait davantage à un paysage lunaire qu'à une ville.

Mais c'est une ville qui n'a pas demandé de l'aide, et qui veut en offrir. Les gens de Joplin se sont rassemblés aujourd'hui. Nombre d'entre eux ont pris leur journée de travail pour montrer leur dévouement et leur amour du peuple juif et d'Israël.

Les problèmes auxquels nous faisons face demandent plus que de faire un chèque. Il est facile de faire un chèque. Mais nous ne pouvons pas confier à d'autres le soin de faire avancer l'amour, la vérité et le courage. Nous devons le faire nous-mêmes. Nous devons retrousser nos manches pour faire la différence.

Nous allons forger l'espoir. Nous allons nous renouveler nous-mêmes. Nous serons les premiers à retrouver ce que beaucoup d'entre nous ont perdu … Notre foi. Ensemble, nous allons commencer à changer le monde.

Nous ne trouverons pas les réponses dans des institutions mondiales sises à l'autre bout du monde, mais en nous-mêmes. Nous n'allons pas trouver notre motivation dans le bruit de la destruction et de la désobéissance qui résonne en Occident, mais dans une mission d'édification, d'honneur et de courage.

Chez des gens comme Rami Levi. Chez des gens comme Tamar Fogel. Chez des gens, l'un Juif, l'autre Arabe, qui ont construit et ont ouvert à nouveau le restaurant Maxim après un attentat. Chacun a pris une décision personnelle.   

Les prophètes et les sages nous promettent, que par des choses simples de grandes choses peuvent s'accomplir… et des gens simples peuvent montrer aux prétendus sages qu'ils ont tort. Montrons au monde qu'il a tort.  

Ce sera un mouvement d'honneur, de courage, et de responsabilité.

Dieu a créé l'homme à Son image et à Sa ressemblance. Il nous a dotés de grands privilèges et de droits. Et il nous a donné un but sur cette terre. Ses bienfaits sont nos droits. Avancer vers son but est de notre responsabilité.

Parce que nous avons le droit de prier et de croire librement, nous déclarons que nous avons la responsabilité de lutter pour les droits des autres à prier et croire librement.

Parce que nous avons le droit de chercher le bonheur, nous avons la responsabilité d'être reconnaissants pour ce que nous avons, et de venir en aide aux nécessiteux.

Parce que nous avons le droit de connaître et de chercher la vérité, nous avons la responsabilité de faire vivre le savoir et la vérité, et de lutter contre le mensonge.

Ces déclarations de responsabilité, et d'autres, sont en ligne sur mon site www.glennbeck.com. Dans les prochains jours, je veux que chacun de vous les imprime, les lise, les porte, et en fasse une partie de sa vie. Diffusez-les auprès de vos familles et de vos amis. Rappelez-vous tout ce que Dieu a fait pour vous, enseignez ces leçons à vos enfants, et obéissez à la parole de Dieu. Et rejoignez-moi dans cette marche vers la responsabilité humaine.

Le mal compte sur notre inaction. Le mal compte sur notre peur. Mais le mal nous a très mal jugés.

Le mal nous a très mal évalué comme il a très mal évalué le peuple juif. La dernière ligne d'une prière juive est …

Adonai li, welo 'ira

Dieu est avec [lire : pour] moi, je ne crains rien.

Ces mots ont été prononcés pendant des siècles. Par delà les croisades. Par delà les pogroms. Par delà les chambres à gaz et les mains des assassins.

A chaque génération, des gens se lèvent qui veulent tuer des Juifs. Et à chaque génération, la réponse est la même.

Lo 'ira. Je ne crains rien.

Je ne vais pas attendre que quelqu'un d'autre se lève. Je dis, nous sommes ceux qui disent – Lo 'ira.

Commençons : certaines personnes disent qu'Israël est un Etat d'apartheid. Je rejette cette description. Et immédiatement après cette soirée, je m'envolerai pour l'Afrique du Sud, là où l'apartheid a réellement existé.

Je diffuserai une émission à partir de Cape Town, demain matin, pour rappeler au monde ce qu'était vraiment l'apartheid.  

Et j'apprendrai de gens qui ont vaincu la haine, l'ignorance et le fanatisme et qui ont permis que naisse une nouvelle Afrique du Sud.

Puis, je volerai vers l'Amérique du Sud pour plaider la cause de la responsabilité humaine devant un groupe de 5.000 dirigeants venus de tous les coins du continent, pour leur demander de se joindre à moi et de se tenir debout pour la défense d'Israël et du peuple juif et pour prendre leurs responsabilités.

Enfin, je parlerai à 5.000 Américains à Dallas, au Texas. J'ai choisi de finir la semaine dans la ville où se trouve le siège de la division caritative de ma société, Mercury One, vouée à l'idée qu'un homme, inspiré par un Dieu unique, peut faire la différence. Ce voyage s'achèvera et un mouvement planétaire commencera.

Ce ne sera pas facile pour moi, et ce ne sera pas facile pour vous.

D'autres diront: « Venez avec nous, vers l'horizon ». Mais l'horizon dont ils parlent est un gouffre sans fond. Et quand vous refuserez d'aller vers le gouffre, on se moquera de vous, on vous dénigrera, et dans certains cas, votre vie sera en danger.

Alors, vous devez vous souvenir de dire: Lo 'ira. Je ne crains rien.

Personne ne veut être en danger. La première menace de mort pour moi est arrivée en 2002, après ma première visite en Israël et ma première déclaration de soutien au peuple juif et à Israël. La dernière menace de mort, je l'ai reçue aujourd'hui.

Et je dis donc: Lo 'ira. Je ne crains rien.

Nombre d'entre nous peuvent tomber le long du chemin. Certains verront leur réputation détruite, ou leur carrière brisée. D'autres encore paieront peut-être le prix ultime.

Mais soyons main dans la main, et faisons le voyage ensemble, et si l'un de nous tombe, que dix autres rejoignent nos rangs.

Vous ne seriez pas un être humain si vous renonciez. Dieu ne vous a pas créé, il ne vous a pas donné des droits pour que vous restiez silencieux alors que l'injustice et le mal grandissent. Vous avez un but, et il est enraciné dans l'amour, la compassion et la responsabilité.

Il y aurait de nombreuses raisons d'écouter mes paroles et de ne rien faire. Nous avons tous été formés à croire que nous ne sommes pas assez forts, assez intelligents, ou assez puissants.

Abraham était vieux, Moïse parlait difficilement, Ruth était veuve, David était un petit garçon, Joseph était en prison, et Lazare était mort. Quelle est votre excuse ?

Vous êtes né pour un temps tel que celui-ci. Commencez par dire que c'est pour cela vous êtes sur cette terre. Ce que vous avez fait des années déjà passées sur cette planète n'importe pas. Ce qui importe est ce que vous ferez maintenant.

Je ne peux pas vous promettre la sécurité, la prospérité ou le confort.

Mais je peux vous promettre ceci. Un jour, vos enfants et petits-enfants vous demanderont: «Que faisais-tu quand le monde était à nouveau au bord du gouffre ? Qu'as-tu dit quand l'Occident, Israël et les Juifs ont été accusés une fois encore ? »

Vous les regarderez dans les yeux et vous direz: j'ai eu le courage. Et le 24 du mois d'Av, je me suis engagé à me comporter avec courage, à marcher [avec d'autres], main dans la main, derrière la colonne de feu.

Adonai li welo 'ira

Dieu est avec moi, je ne crains rien.

 

Traduction française : Guy Millière

 

Reproduction autorisée avec la mention suivante et le lien ci dessous :

© Guy Millière pour www.Drzz.fr