Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

«Les derniers tangos à Paris», Gabriel Lévy
02/09/2011

 

Chronique de l'Association des contribuables de l'intercommunalité d'Aubagne.

2 septembre 2011

 

Que M. André Santini, député - ô combien spirituel ! -, veuille bien nous pardonner le pastiche de l'un de ses bons mots : « la différence entre un cocu et un contribuable, c'est que le premier n'est pas obligé d'assister à la séance ». C'est, en effet, la seule différence, compte tenu de ce qui s'est passé cette semaine.

Soixante nations réunies à Paris, des centaines de délégués pour une grand-messe célébrant la fin, ou presque, des hostilités en Libye, ceci mérite quelques questions dans le climat de rigueur que nos dirigeants nous annoncent :

·        Qui paie ces frais de réception ?

·        Serons-nous payés « sur la bête », c'est-à-dire grâce aux avoirs libyens débloqués ?

·        Qui a payé les dépenses de guerre ?

·        Que sont devenues les armes que nous avons fournies ?

·        Est-il exact qu'une partie a transité vers d'autres théâtres d'opérations, Gaza par exemple ?

Nous nous épargnerons de nous interroger au sujet du caractère démocrate du chef de guerre libyen, gouverneur actuel de Tripoli, des éventuelles affiliations à Al Qaida, de la future constitution libyenne fondée sur la charia, mais nous ne nous priverons pas de songer aux raccourcis de l'histoire : notre président, à peine élu, obtient à grand prix (le séjour officiel, mais humiliant, de 8 jours à Paris de M. Kadhafi) la libération des infirmières bulgares, condamnées à mort par un actuel dirigeant du pouvoir libyen (reçu, à son tour, en grand arroi à l'Elysée). Cocasse, n'est-ce pas ?

Quatre vingt dix neuf millions d'euros pour la soirée du Ramadan, telle est l'une des sommes finançant les caprices du maire de Paris. Le préfet de Paris a écrit à ce dernier, jugeant

« qu'une telle soirée à caractère cultuel semble contraire au principe de neutralité des services publics et à l'article 2 de la loi 1905 selon lequel la République ne reconnaît, ne salarie ni ne subventionne aucun culte qu'il n'existe aucun intérêt public local à l'organiser, celle-ci pouvant être organisée dans le cadre des mosquées ».

Aucune suite !

Nous sommes en faillite, dit-on, mais nos dirigeants nationaux, ainsi que nos élus locaux, persistent à dépenser, sans aucune restriction, nos deniers publics, persuadés qu'ils sont qu'il suffira de taxer et d'imposer.

N'ont-ils pas raison puisque certains goberont encore toutes les promesses ?

 

© Gabriel Lévy