Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Antisionisme

Israël, Shoa, barrière, flotille: commentaire d'Angelo Pezzana sur les événements de la semaine écoulée
06/09/2011

 

Sur le Blog de Danilette, 5 septembre 2011

http://www.informazionecorretta.com

La semaine dernière, on a beaucoup parlé de certains sujets et de certains personnages. De l'éternelle question de l'auto-proclamation de l'état palestinien à l'Assemblée Générale de l'ONU, qu'Abou Mazen proposera en s'appuyant sur une vaste majorité inutile parce qu'il sait bien qu'au Conseil de Sécurité, les États-Unis utiliseront leur veto, à moins qu'il ne se souvienne tout à coup que son partenaire des négociations de paix s'appelle Bibi Netanyahou ?

En attendant, nous avons lu le rapport Palmer concernant la Flotille N°1, et la Turquie ne l'a pas bien pris du tout. Mais comment est-ce possible, se demande Erdogan, ce rapport ne vient-il pas de l'ONU ? On se rend compte qu'il tenait pour acquise la condamnation d'Israël ; il n'en revient pas d'en avoir pris pour son grade et d'être reconnu comme le patron de toute cette affaire. Alors, il élève la voix comme on le fait dans une salle de jeu pour parier et bluffer l'adversaire.

Le sujet de la Shoa revient sur la table avec régularité, oh ! il ne s'agit pas de cimetières profanés, de monuments commémoratifs souillés de croix gammées, non, cela n'intéresse plus personne. C'est le mot Shoa lui-même qui est devenu gênant. Puisque le terme génocide existe déjà (afin d'oublier plus rapidement), comment les Juifs peuvent-ils avoir la prétention d'exiger un terme exclusif ? Ah ! ces Juifs, toujours les mêmes ! Voici comment ce terme disparaît des livres scolaires en France, le pays qui a toujours une longueur d'avance sur les autres, mais on prend bien garde de ne pas toucher au terme Nakba - mon Dieu, attention à ne pas y toucher !

Nous avons assisté également aux exploits de deux héros, le premier répond au nom de Moni Obadia1 et le deuxième à celui de Zygmunt Bauman 2. Le Moni en question, après des années d'attaques contre Israël - mais qu'allez-vous penser, ce ne sont que d'innoffensives attaques verbales du haut d'une scène de théâtre ou dans les colonnes du journal l'Unità –a été invité (oui !) pour inaugurer les Journées de la Culture Juive ! Prenez note, chers lecteurs, c'est comme ça que nous devons nous comporter et non pas comme ces idiots qui s'obstinent à analyser la signification d'autres termes tels que boycott, désinvestissement, délégitimation. Israël continue à être attaqué : c'est un bon sujet pour remplir les théâtres, car, évidemment, il suffit d'être juif pour être spécialiste de culture juive, n'est-ce pas ?…

Il y a enfin l'autre, le Bauman qui, dans une interview à un journal polonais, a comparé la barrière de sécurité au mur du ghetto de Varsovie et, s'il avait pu continuer, il aurait bien comparé le gouvernement de Jérusalem à celui de Berlin sous le Troisième Reich. De passage en Italie, il a répété ces mêmes accusations. Que peut-il y avoir de mieux qu'un Juif qui hait Israël ?

Ainsi va le monde, d'une manière qui nous déplaît, mais puisque nous avons signalé ce qui, à nos yeux, n'aurait jamais dû exister, nous avons l'obligation de signaler aussi une information plus joyeuse qui concerne Fiamma Nirenstein. Non seulement elle est historienne, journaliste, mais elle est aussi une députée extraordinaire qui porte avec fierté son identité juive et développe au Parlement une activité que nos lecteurs connaissent bien. Demain, elle part pour Washington où elle aura des rencontres au plus haut niveau, mais je ne vous en dis pas plus pour ne pas vous ôter le plaisir de lire l'article que vous trouverez ici.

© Angelo Pezzana.

Adaptation française : Danilette

1) Moni Ovadia, le clone de...  Rony Brauman, Charles Enderlin... ? 

Moni Ovadia link

"En Israël, il y a au gouvernement une coalition soutenue par des racistes et des fanatiques religieux colonialistes (L'Unità, 14/10/2010)" ; "au point qu'elle condamne les Palestiniens à devenir des citoyens de seconde classe, en les expropriant de leur terre et de leur vie jour après jour, avec la violence de l'occupation et du colonialisme (11/12/2010)" ; "et une de ses plus récentes propositions de loi, approuvée par les composantes les plus réactionnaires racistes et fanatiques qui se trouvent au gouvernement, a réussi à exprimer une synthèse stupide et méprisante pour la démocratie, qui mérite un podium olympique (16/7/2011)" ; "la responsabilité en incombe certainement au Rambo Ehoud Barak qui a dans le cerveau des projectiles à la place des neurones (20/8/2011)". Etc. Etc. (Tous se souviennent également de sa signature de soutien à la dernière flottille, pour soutenir le Hamas et on l'a entendu dire des choses encore plus explicites contre l'État d'Israël, le gouvernement actuel et pratiquement tous les gouvernements précédents). 

 

2) Zygmunt Bauman, le clone de Noam Chomsky

Il Foglio- "Teppisti intellettuali contro Israele" link

Intellectuels voyous contre Israël

Zygmunt Bauman

Enfin il y a une autre forme de malhonnêteté, plus grave, plus subtile et perfide, c'est celle du sociologue Zygmunt Bauman, "le philosophe de la modernité liquide", la star des classes italiennes à la mode, "un des plus grands penseurs vivants". Dans une interview à un quotidien polonais, Politika, Bauman a dit "qu'Israël se sert de l'holocauste pour légitimer des actions inacceptables", et que la barrière de sécurité érigée par Jérusalem pour défendre ses citoyens est l'équivalent du ghetto de Varsovie. Il ne s'agit pas d'une boutade mais d'une idée qui circule dans l'intelligentsia européenne depuis des années. En 1982, c'est le premier ministre socialiste grec, Andreas Papandréou qui, le premier, a comparé Israël aux Nazis. Puis, Norbert Blum, ministre allemand du travail, puis, le  prix Nobel José Saramago qui a comparé Ramallah à Auschwitz, et jusqu'au journal norvégien Dagbladet qui, durant la guerre du Liban en 2006, a fait la caricature du Premier ministre, Ehoud Olmert, en commandant SS de la liste de Shindler. Maintenant c'est au tour du célèbre sociologue Brauman de comparer la barrière provisoire qui a arrêté des kamikazes, au ghetto dans lequel 400 000 juifs polonais furent enfermés avant d'être exterminés dans les chambres à gaz de Treblinka. Brauman dit : "Israël mérite de finir comme les Nazis".

La question de l'existence de l'État juif devient véritablement le critère moral pour juger de la perversion intellectuelle de nos maîtres à penser et des classes dirigeantes occidentales.

 

© http://danilette.over-blog.com