Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Éditorialistes
Pipes, Daniel

L'attaque contre l'ambassade d'Israël au Caire, par Daniel Pipes
03/10/2011

 


Sur le site de l'auteur, 28 septembre 2011

Version originale anglaise: The Attack on Israel's Embassy in Cairo

Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Les diplomates et les journalistes occidentaux sont tombés dans le piège des faux procès de Staline, mais finalement ils ont appris à ne pas accepter ce qui se déroule en Union soviétique à première vue. Plus tard en Union soviétique, une foule faisant l'assaut d'une ambassade étrangère aurait été supposée avoir l'approbation de l'Etat.

Les autres autocrates se livrent à des tours d'illusionnistes similaires. Il est donc souvent préférable de se rappeler l'URSS quand on tente de comprendre les tyrannies. Ce fut précisément le cas s'agissant de l'attaque de la foule du 9 septembre contre l'ambassade israélienne au Caire.

L'apparence: Les assaillants avaient participé à une manifestation organisée par les progressistes/ laïcs de la place Tahrir, alors que les progressistes étaient derrière l'attaque. Ou peut-être c'était des islamistes . En tout cas, après quelques hésitations, le régime militaire dirigé par Mohamed Tantawi a protégé le personnel de l'ambassade et sauvé la situation, sans aucune victime, bien que l'ambassade elle-même ait été saccagée. Conclusion: tout comme l'Occident avait besoin de Moubarak, il a besoin de Tantawi pour repousser les islamistes.

La réalité: Dans le contexte, quand un jeune Egyptien a escaladé le bâtiment abritant l'ambassade d'Israël et a remplacé le drapeau israélien par le drapeau égyptien, le 21 août 2011, le régime a répondu en glorifiant ce qu'il avait fait et en lui donnant un appartement gratuit.

Capture d'écran de voyous armés quittant les véhicules du service de sécurité sur leur chemin pour rejoindre la manifestation progressiste/ laïque de la place Tahrir, au Caire, le 8 septembre 2011.

Le 9 septembre, les progressistes réunis [place]Tahrir ont noté des contingents de voyous sortant des véhicules du service de sécurité et ils ont craint que ces casseurs ne les attaquent. Les progressistes étaient loin de se rendre compte qu'ils fournissaient une couverture aux voyous pour partir à la mission israélienne et l'attaquer. Les unités de police et de l'armée se sont visiblement abstenu d'intervenir , laissant l'ambassade sans sécurité pendant des heures, sans doute pour permettre aux voyous bagarreurs d'attaquer. Finalement c'est seulement quand les choses ont menacé de déraper que le régime est intervenu.

Quel super mouvement ce fut de la part du commandement militaire, apportant à sa réalisation pas moins de sept couches :

  • Le caractère antisioniste de l'assaut a gagné au régime militaire le soutien des islamistes égyptiens.
  • Il a discrédité les manifestants progressistes.
  • Il a permis à l'armée de défaire son rival interne, le Premier ministre, comme le suggère sa démission rapide, suivie d'un retour penaud.
  • Il a justifié le retour possible à la loi martiale, [une loi martiale]plus complète que celle imposée par Sadate en 1981, comme ce fut suggéré par Osama Heikal ministre de l'Information disant à la télévision que les autorités appliqueraient la loi d'urgence dans sa totalité.
  • Il a mis la pression sur Israël pour qu'il fasse davantage de concessions à l'Égypte.
  • Il a augmenté la cote de popularité de Tantawi dans les pays arabes / musulmans.
  • Il a rappelé à l'Occident qu'il avait besoin de Tantawi pour repousser les islamistes.

Commentaire: Cette petite pièce de théâtre confirme le fait que l'armée continue de diriger l'Egypte, usant des tactiques trompeuses bien connues, avec les progressistes et les islamistes continuant [tous les deux ] d'être l'attraction secondaire [sans pouvoir] qu'ils ont toujours été depuis 1952.

Copyright Daniel Pipes

Thèmes connexes:  Égypte Il est permis de reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu'il soit présenté dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son URL originale.