Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (délégitimation d')

Le retour du juge Goldstone : c'est lui qui va nommer les nouveaux magistrats de la Cour Pénale Internationale
09/10/2011


Repris du Blog de Danilette, 09 octobre 2011

Le juge Goldstone chercherait-il à faire oublier sa fameuse rétractation de son travail ? "Si j'avais su alors ce que je sais maintenant..."

Cela en a tout l'air... Il reprend les mêmes personnes dans son équipe et c'est reparti pour un tour ! C'est tout à fait effrayant de voir cette concordance d'assauts contre Israël... 

Original italien, Sarà Richard Goldstone a nominare i magistrati della Corte penale dell'Aja, dans Il Foglio, 7 oct. 


Après des mois de silence, le Juge Goldstone est de retour avec une charge politique très importante pour le conflit du Moyen-Orient : il dirigera la commission qui va choisir les juges à la Cour Pénale Internationale de la Haye. Les recommandations de Goldstone seront décisives pour la composition de la Cour. Il prend avec lui dans cette commission l'avocat pakistanais Hina Jilani, qui a fait partie du groupe de travail du rapport Goldstone et qui continue à défendre ce rapport malgré les rétractations du juge Goldstone lui-même.

Dans cette commission se trouvent également les magistrats suivants :

L'ex-Haut commissaire aux droits de l'homme de l'ONU, Louise Arbour qui a protesté contre l'éxécution de Saddam Hussein en 2006, la même qui a fait valider la Charte arabe des droits de l'homme en 2008 (y compris ses clauses antisémites) et qui a participé à Téhéran à la Conférence des droits de l'homme et de la diversité culturelle. C'est la même, enveloppée de son tchador qui écoutait, impassible, le discours d'Ahmadinejad appelant à la destruction d'Israël et niant la Shoa.

Siégeront également : la magistrate chilienne Cecilia Medina Quiroga, une ancienne du rapport Goldstone, Patricia Wald, membre de l'Open Society de Georges Soros, et le Suédois Hans Corell, qui a participé au programme "Oil for food", pétrole contre nourriture (et médicaments), une des pages les plus honteuses de l'ONU.

Le rôle de Goldstone à la Haye a une valeur politique particulière, car, depuis des années, les Palestiniens cherchent à faire inculper les Israéliens pour crimes de guerre devant la Cour pénale et ils le pourront si la Palestine devient membre de l'ONU. Le processus palestinien à l'ONU a redonné vie à cette campagne qui pourrait avoir des conséquences très lourdes pour l'Etat d'Israël.

Israël a, quant à lui, fustigé l'UNESCO, qui a approuvé la recommandation d'accorder le statut de membre à la Palestine. La décision prise par le bloc arabe sera soumise au vote de l'Assemblée générale de l'UNESCO à Paris, le 25 octobre. Les Etats-Unis ont voté contre, la France et l'Italie se sont abstenues.  Les Etats-Unis ont appelé toutes les délégations à voter contre, mais Madrid, parmi tant d'autres, a déclaré qu'elle voterait pour. Si les Palestiniens sont admis, les Américains ont annoncé qu'ils pourraient suspendre les fonds qu'ils versent à l'UNESCO.

Adapté en français par Danilette

© http://danilette.over-blog.com

Lire aussi :

Here Comes Another Goldstone Report 

 

Remember South African former judge Richard Goldstone? Chief author of the biased and discredited 2009 Goldstone Report for the UN's discredited “Human Rights Council,” on the Israel-Gaza conflict? One might have supposed that after that debacle — in which even Goldstone himself finally admitted, late in the day, that he had erred  – Goldstone would hang up his spurs. Instead, he's back in action, now vetting the qualifications of judges to fill six seats coming open on the International Criminal Court (ICC) — which is where Palestinian officials, if they can get a foothold, would like to see Israelis prosecuted for war crimes. Goldstone is now chairing a five-member panel, assessing the qualifications of new judges for the ICC, and is due to produce a report this fall.

This round, Goldstone is not acting under the auspices of the United Nations, but he's about as close as he can get without jockeying for parking space in the UN garage. The umbrella organization now employing his services is a nonprofit with offices in New York and the Hague, called the World Federalist Movement/Institute for Global Policy. This outfit, which enjoys consultative status with the UN, runs a program called the Coalition for the International Criminal Court (CICC), which is dedicated to advising and promoting the ICC.

Is Goldstone perhaps bending over backwards to make amends for the slant of the 2009 Goldstone Report? He has not answered my emailed queries about this, so I don't know what his intentions are. But as chair of the CICC's “Independent Panel on ICC Judicial Elections,” he has embedded himself among a throng of former UN good ol' boys (and gals), who hail from the same UN ethos that produced the Goldstone Report. For instance, the CICC's advisory board is chaired by former secretary-general Kofi Annan, and includes one of Goldstone's coauthors of the Goldstone Report, Pakistani lawyer Hina Jilani, along with former High Commissioner for Human Rights, Louise Arbour. More on this scene in my article for NRO, 

“Goldstone Returns.”

 

lire aussi :