Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme
Antisémitisme arabo-musulman

Pour un site affilié au Fatah, «Shalit est un monstre héritier de ses ancêtres, les singes et les porcs»
20/10/2011

 

THE MIDDLE EAST MEDIA RESEARCH INSTITUTE

MEMRI - Dépêches spéciales
n° 4212, 18 octobre 2011


[Un texte paranoïde. On a peine à croire ce qu'on lit. Seul démenti parmi des dizaines d'autres possibles : contrairement à ce que publie ce « média », ni les « dirigeants arabes », ni « l'Occident et le mini-Etat monstrueux [Israël] » n'ont fait « une campagne de marketing publicitaire de cinq ans dans le monde entier pour tenter de libérer le soldat israélien Guilad Shalit ». Le soldat israélien kidnappé, maintenu au secret depuis plus de 5 ans, sans lien avec l'extérieur ni avec ses parents et privé des visites de la Croix-Rouge, n'a pas davantage été le « centre d'intérêt des journalistes, commentateurs politiques et militaires dans toute la presse et les médias électroniques ». Ainsi va la paranoïa quand elle se conjugue à la haine démentielle. Ceux et celles qui en sont atteints éructent leur vision fantasmagorique des choses, laquelle n'a aucun lien avec la réalité. Malheureusement, nous devons vivre avec cela. (Menahem Macina).]


Suite à la signature de l'arrangement aux termes duquel le soldat israélien Guilad Shalit devait être échangé contre 1.027 prisonniers palestiniens, un site affilié au Fatah a publié un article venimeux, qualifiant Shalit d'assassin et de monstre qui a perpétué « l'héritage de ses pères, les singes et les porcs [en référence aux Juifs] ». Extraits 
(*).

« [Guilad Shalit,] un assassin stupide qui n'avait aucun problème à abattre nos vieilles gens, nos hommes, nos jeunes et nos femmes, et même nos pauvres enfants, purs et innocents. »

L'article du journaliste Sami Foda affirme:

« Shalit est un jeune homme qui a passé son temps dans les bars et les bordels, s'adonnant au jeu et se faisant plaisir. Il a profité des joies d'un pays qui n'est pas le sien. Il commettait des vols et autres larcins, des incendies, des viols, des humiliations, souillant le sol de cette terre qui n'est pas la sienne. Avec malveillance, il tentait de verser le sang des martyrs, il a tué des innocents, bombardé les foyers d'innocents avec des tanks, les démolissant sans aucune honte, ni pitié, ni remords - un stupide assassin qui n'avait aucun problème à abattre nos vieilles gens, nos hommes, nos jeunes et nos femmes, et même nos pauvres enfants, purs et innocents. »

Guilad Shalit, « le petit-fils génétique des leaders sionistes, en vertu de son affiliation aux guides nazis… »

« Ce soldat était sans toit, né dans un abri en conséquence de la détérioration et de la désintégration de la société israélienne. Soldat sioniste, il s'est laissé imprégner par le sionisme jusqu'à l'os […] C'est un garçon crédule, le petit-fils génétique des leaders sionistes, en vertu de son affiliation aux guides nazis et de sa loyauté à leur encontre. Ce monstre a rejoint l'armée des gangs sionistes pour perpétuer l'héritage de ses pères, les singes et les porcs de la Haganah, de l'Irgoun, des organisations Stern et Palmach, afin d'obéir aux ordres de ses maîtres fascistes. Voilà qui était le soldat sioniste Guilad Shalit, qui avait dix-neuf ans lorsqu'il fut capturé par la résistance palestinienne.

Ce soldat incompétent a été plus apprécié que n'importe quel soldat de n'importe quel pays au monde. Il est entré dans les annales de l'histoire par la grande porte, et son nom a été inscrit dans le Livre Guinness des records du monde […]

Le monde s'est trouvé en proie à l'agitation lorsque les dirigeants arabes, l'Occident et le mini-Etat monstrueux [Israël] ont entamé une campagne de marketing publicitaire de cinq ans dans le monde entier pour tenter de libérer le soldat israélien Guilad Shalit […]. Il était le centre d'intérêt des journalistes, commentateurs politiques et militaires dans toute la presse et les médias électroniques, tandis que la conscience de ces dirigeants mous demeurait inerte face aux [souffrances] de nos courageux héros et glorieux prisonniers cachés dans les donjons des forteresses ennemies. »


Consulter l'article intégral traduit [de l'arabe] en anglais.

 

(*) Alaahd.com, 16 octobre 2011.

 

MEMRI