Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Shoah

Les 'statistiques' miraculeuses des survivants de la Shoah 'sauvés par Pie XII', selon Pinchas Lapide, M. Macina
13/01/2012

 

A en croire les 'statistiques', aussi extravagantes qu'élastiques, de Lapide (1), le théologien juif qui se voulait historien et à la remorque duquel la majorité des apologistes de Pie XII se sont mis (2),

« le nombre total de Juifs [ayant survécu] à Hitler dans la partie de l'Europe occupée - Russie non comprise – grâce, en partie, à l'aide chrétienne, s'élève à 945.000 environ. À ceux-là on doit ajouter les quelque 85.000 que les Chrétiens aidèrent à s'échapper en Turquie, en Espagne, au Portugal, en Andorre, et en Amérique latine. De ce résultat, qui dépasse un million de survivants, j'ai déduit toutes les revendications de l'Église protestante (surtout en France, en Italie, en Hongrie, en Finlande, au Danemark et en Norvège); des Églises orientales (en Roumanie, Bulgarie et Grèce). Il faut encore retrancher tous ceux qui doivent [la] vie sauve à des communistes, des agnostiques ou autres Gentils non chrétiens. Le nombre total de vies juives sauvées par l'intermédiaire de l'Église catholique atteint ainsi au moins 700.000 âmes, mais se trouve vraisemblablement plus proche de 860.000. »

Curieusement, quelques années avant la parution de son ouvrage cité, le même Lapide était à la fois plus modeste dans son évaluation et moins exclusif dans son attribution de la paternité des sauvetages. Interviewé par Le Monde du 13 décembre 1963, il déclarait, en effet (3) :

« Je peux affirmer que le pape personnellement, le Saint-Siège, les nonces et toute l'Église catholique ont sauvé de 150.000 à 400.000 Juifs d'une mort certaine. »

S'il faut en croire le député Maurice Edelman (4), qui rapporte les propos de Pie XII, le pape lui-même était beaucoup plus modeste sur le nombre des sauvetages qu'il attribuait à son intervention personnelle, en confiant à son interlocuteur que

« pendant la guerre, il avait secrètement donné au clergé catholique l'ordre de recueillir et de protéger les Juifs. Grâce à cette intervention - précisait Edelman -, des dizaines de milliers de Juifs ont été sauvés. ».

Admirons, au passage, 'l'élasticité' des chiffres : les "150.000 à 400.000" du Lapide du Monde de décembre 1963, devenus, on ne sait comment, "860.000" chez le Lapide de Rome et les Juifs de 1967, chutent soudain à quelques "dizaines de milliers" chez le Edelman de la Gazette de Liège de janvier 1964, pour remonter en flèche, jusqu'aux 850.000 du Pie XII et la Seconde Guerre mondiale, du P. Blet de 1997 (voir ci-dessous).

Cette dernière 'statistique' fantaisiste et la floraison de louanges et de justifications de Pie XII, dans laquelle elle est comme enchâssée, sont devenues la 'Vulgate' de toute relecture apologétique des actes de ce pape en faveur des juifs, durant la Seconde Guerre mondiale. Et de fait, une évocation explicite en est faite, dans un document du Vatican, en ces termes (5) :

"Pendant et après la guerre, des communautés et des responsables juifs ont exprimé leurs remerciements pour tout ce qui a été fait pour eux, y compris pour ce que le Pape Pie XII fit, personnellement ou par l'intermédiaire de ses représentants, pour sauver des centaines de milliers de vies juives"

On la retrouve dans le livre de vulgarisation qu'a publié, il y a quelques années, l'unique survivant des quatre compilateurs des douze volumes d'archives vaticanes ayant trait à l'attitude du Saint-Siège durant la guerre (6). Voici en quels termes ce religieux contribue, plus encore que les auteurs qui l'ont précédé, à accréditer et à faire connaître urbi et orbi la 'statistique' maximalisante de Lapide, non sans en laisser habilement l'entière responsabilité à "l'historien israélien" :

« Tandis que le pape donnait en public l'apparence du silence [!], sa Secrétairerie d'État harcelait nonces et délégués apostoliques en Slovaquie, en Croatie, en Roumanie, en Hongrie, leur prescrivant d'intervenir près des gouvernants et près des épiscopats afin de susciter une action de secours, dont l'efficacité fut reconnue, à l'époque, par les remerciements réitérés des organisations juives et dont un historien israélien, Pinchas Lapide, n'a pas craint d'évaluer le nombre à 850.000 personnes sauvées. »

Tout le monde peut se tromper, bien sûr. Mais ce qui ne trompe pas, par contre, c'est le caractère navrant de cette algèbre de l'apologie rétrospective, qui s'efforce, par tous les moyens, d'étendre le manteau de Noé sur une réserve papale, face à l'horreur de la Shoah, considérée depuis comme indécente par des dizaines d'historiens et des millions de personnes. Et s'il n'est pas question de juger, et encore moins de condamner, à près de soixante années de distance, les motifs profonds - dont d'ailleurs nous ignorons tout - du choix de se taire qu'a cru devoir faire Pie XII, en son âme et conscience, il n'est pas davantage question de passer sous silence l'incroyable 'révision' de l'Histoire, que constitue l'attribution à Pie XII du sauvetage de "centaines de milliers de vies juives" - qui, en définitive, n'ont dû leur survie qu'à la cessation des hostilités -, pour en créditer Pie XII, au motif que, dans le courant de l'année 1944,

« sa Secrétairerie d'État harcelait nonces et délégués apostoliques » des pays en conflit, « afin de susciter une action de secours » (7).

Un tel procédé, on en conviendra, relève davantage de la légende dorée ou des Fioretti que de l'histoire. À ce titre, il n'aurait pas dû trouver place dans un document censé exprimer une démarche de pardon et de conversion (teshuvah), et destiné à être lu par les chrétiens du monde entier.

 

Notes


(1) Pinchas E. Lapide, Rome et les Juifs, Seuil, Paris 1967, p. 270, note 1.

(2) Voir M. Macina, Pie XII et les juifs, apologétique et légende à la rescousse d'un pape décrié: la preuve par Lapide ; Pinchas Lapide, rédacteur du télégramme de condoléances de Golda Meir pour la mort de Pie XII ?

 (3) Cité par A. Curvers, Pie XII, le pape outragé, D.M.M., 1988, p. 44.

4) Gazette de Liège, du 23 janvier 1964, citée par le même Curvers, Op. cit., p. 85.

(5) "Nous nous souvenons : une réflexion sur la Shoah", texte en ligne sur le site du Vatican.

(6) P. Blet, Pie XII et la Seconde Guerre mondiale d'après les archives du Vatican, Perrin, Paris, 1998, pp. 322-323.

(7) Id. Ibid., p. 322.

 

[Les 'statistiques' miraculeuses des survivants de la Shoah 'sauvés par Pie XII', selon Pinchas Lapide, M. Macina]