Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Shoah

Pie XII craignait une réaction brutale contre les Juifs
13/01/2012

 

Il savait qu'une protestation coûterait des vies, dit un livre.


Traduction de l'anglais par Menahem Macina pour CJE

(Surla base de ce qui figure dans l'interview rapportée ci dessous - et spécialement concernant la 'statistique optimiste' de 850.000 Juifs prétendûment sauvés par Pie XII, nous nous permettons de renvoyer à la lecture de notre article "Une forêt Pie XII en Israël? - Brève mise au point")


Cité du Vatican 29 mai, 2001 (Zenit)


Le "silence" de Pie XII, durant la Seconde Guerre mondiale fut-il réellement une manière d'aider des juifs plus efficacement?

Ce problème, parmi d'autres, est étudié dans un nouveau livre publié en Italie, et qui donne des détails qui n'avaient pas été publiés jusqu'ici.

Pio XII. Papa degli ebrei (Pius XII, le pape des juifs), édité par Piemme, a été écrit par Andrea Tornielli, correspondant au Vatican de Il Giornale de Milanese (Le Journal de Milan). L'auteur reconstitue le débat autour du pape Eugenio Pacelli.

Le monde juif a félicité Pie XII durant sa vie et après sa mort. Mais sa réputation a été attaquée après la publication, dans les années 60, de la pièce "Le Vicaire" et, plus récemment, dans le livre de l'écrivain britannique John Cornwell, "Le Pape de Hitler"

Selon ce nouvel ouvrage, Pie XII dit un jour au Père Pirro Scavizzi, un prêtre qui recueillait des informations sur les victimes des persécutions nazies: "Après bien des larmes et beaucoup de prières, j'ai estimé que ma protestation aurait déclenché la colère la plus féroce contre les juifs, et multiplié les actes cruels, alors qu'ils étaient sans défense. Peut-être mes protestations m'auraient-elles gagné l'éloge du monde, mais elles auraient causé aux pauvres Juifs une persécution bien plus implacable que celle dont ils souffraient déjà."


Ci-après, le texte d'un entretien de Radio Vatican avec l'auteur, Andrea Tornielli.

Q. Comment peut-on expliquer le silence de Pie XII?

Tornielli. Les documents montrent clairement que "ce silence n'en était pas vraiment un". Dans mon livre, je cite tous les passages des messages radiodiffusés dans lesquels le pape Pacelli a explicitement dit des choses très claires. En tout état de cause, Pie XII n'a pas blâmé publiquement Hitler, parce qu'il [Pacelli] s'efforçait de sauver le plus grand possible nombre de vies humaines.

Grâce à son attitude prudente, l'Eglise, les nonces et le Vatican ont été en mesure de sauver de la persécution et de la mort, selon les estimations de l'historien juif Pinchas Lapide, environ 850.000 juifs.

Q. Un des aspects les plus intéressants étudiés dans ce livre est celui qui fait référence à un document dans lequel le Pape Pacelli condamnait le nazisme; un document qu'il préféra brûler plus tard, au vu de ce qui s'était produit en Hollande. Y a-t-il des preuves de l'existence de ce document?

Tornielli. En 1942, le pape était sur le point de publier un document très dur contre les Nazis, contre Hitler, contre la persécution des Juifs, mais il a été profondément affecté par ce qui s'est produit en Hollande. Dans ce pays, suite la protestation des évêques, les persécutions contre les juifs ont empiré.

La preuve de l'existence de ce document repose sur beaucoup de témoins, tels la soeur Pasqualina Lehnert, la soeur Konrada Grabmeier, le Père Robert Leiber, et également le cardinal français Eugène Tisserant.

Ces témoins ont révélé que le pape avait écrit ce document et qu'il avait décidé de le brûler lui-même dans la cuisine, restant jusqu'à ce qu'il ait été complètement détruit. Sa détresse à propos du cas hollandais était si profonde qu'il avait préféré le brûler [le document] plutôt que de causer davantage de dommage aux Juifs.

Q. Vous mentionnez également l'avertissement de Pacelli à l'archevêque Theodor Innitzer, de Vienne, en 1938, quand il [Pacelli] était encore Secrétaire d'Etat du Vatican.

Tornielli. Le cas d'Innitzer est très intéressant, parce que, cette année-là, cet archevêque, ainsi que d'autres prélats autrichiens, avaient avec réservé un accueil enthousiaste à la venue de Hitler. Eh bien, Eugenio Pacelli et Pius XI ont convoqué d'urgence Innitzer à Rome.

Pacelli fut inflexible et obligea Innitzer à signer, en sa présence, une rétractation, qui fut publiée dans L'Osservatore Romano. Ceci démontre que Pacelli et le pape de l'époque, Pie XI, ont rejeté la position de l'église autrichienne.

Mis en ligne le 11 novembre 2005 sur le site convertissez-vous.com.