Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
A-Dura / France-2 (développements récents)

Historique : Jamal A-Dura perd son procès contre le Dr Yehuda David, par Shraga Blum
16/02/2012

 

 

Sur le site Israel7.com, 15 février 2012

 

Le Dr Yehouda David vient de remporter un combat juridique crucial et de longue haleine dans cette immense mise en scène de la « mort » de Mohammed A-Dura. Ce jugement aura, à n'en pas douter, une influence sur les juges de la cour de cassation, qui doivent statuer ce mois-ci sur le pourvoi en cassation de France 2 et Charles Enderlin contre Philippe Karsenty.

Le Dr Yehouda David était poursuivi pour diffamation par Jamal A-Dura, le père de l'enfant « assassiné par les Israéliens », pour avoir affirmé que

« les cicatrices qu'avait exhibées Jamal A-Dura ne provenaient pas de tirs israéliens mais d'une opération que le médecin avait lui-même effectuée sur Jamal A-Dura quelques années auparavant ».

Blessé au bras par le Hamas en 1992, Jamal A-Dura avait en effet été opéré par le Dr David en 1994, mais c'est tout naturellement qu'il avait présenté les traces de l'opération devant les caméras comme étant « consécutives à des tirs israéliens » !

Tout comme Philippe Karsenty concernant la « mort » de Mohammed A-Dura, le Dr Yehouda David s'est fixé comme objectif de faire éclater la vérité, au prix d'un long et rude combat contre l'air du temps pro-palestinien.

Condamné en correctionnelle en avril 2011 – en même temps que Clément Weill-Raynal et Serge Benattar, z"l. – malgré les preuves accablantes contre Jamal A-Dura, le Dr David avait interjeté appel mais avait été débouté par la Cour d'Appel de Paris, le 14 décembre, et condamné à une lourde amende pour « diffamation ou complicité de diffamation publique à l'encontre de Jamal Al-Dura ». Ce jugement avait choqué la communauté juive, car les preuves apportées par le Dr David étaient irréfutables.

Convaincu de la justesse de sa cause, le Dr Yehouda David s'est alors pourvu en cassation, affirmant « que ce jugement n'était pas attendu seulement par l'État d'Israël mais par tout le peuple juif ».

C'est donc chose faite [: le jugement a été cassé].

A la sortie du tribunal, le Dr David ne cachait pas sa joie :

« Les juges de la Cour d'Appel du mois de décembre étaient notoirement antisionistes et d'extrême gauche, mais la composition d'aujourd'hui était plus équilibrée et j'ai pu étayer mes arguments avec plus de sérénité et d'efficacité ».

Très fier d'avoir vaincu le mensonge et la calomnie, et très ému, le Dr David s'est écrié :

« Que dorénavant chaque Arabe palestinien qui voudra diffuser sa propagande mensongère, nazie, raciste et antisioniste, sache qu'il me trouvera sur son chemin » !

Avec l'accord du ministre des Finances, le Dr Youval Steinitz, qui œuvre beaucoup en ce sens, le Dr David a indiqué vouloir ouvrir un site dans le but de collecter des fonds pour venir en aide à ceux – notamment des soldats de Tsahal – qui sont poursuivis devant les tribunaux sur fond de calomnies antisémites et antisionistes.

Il a enfin remercié le ministre des Enjeux Stratégiques, Moshé (Boguy) Yaalon « qui m'a aidé et soutenu depuis le début, conscient des enjeux d'un tel procès ».

Tout l'édifice du mensonge de l'affaire A-Dura commence à s'effriter, mais la démonstration de cette mise en scène ne fera pas les gros titres des journaux dans le monde. N'oublions pas que de nombreux juifs – dont Daniel Pearl, z"l – ont été assassinés, suite à cette gigantesque imposture médiatique franco-palestinienne qui s'est rajoutée à tant d'autres de la série, baptisée « Pallywood » [*].

Et rendons aussi hommage aux valeureux combattants de la vérité et de la justice tels le Dr David, Philippe Karsenty, Clément Weill-Raynal, Serge Benattar, z"l, et d'autres qui, par leur persévérance et leur conviction, rendent son honneur au peuple juif sali par tant de haine.

 

© Shraga Blum

 

Note de Menahem Macina


[*] Le vocable a été créé par le professeur Richard Landes de l'Université de Boston (voir l'article sur le site de Wikipedia).