Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Chrétiens et juifs : la réciprocité, Abbé Alain-René Arbez
24/02/2012


Si tout a commencé à changer depuis des décennies dans les relations entre l'
Église et la Synagogue, c'est parce que, en 1965, une réflexion commune entre chrétiens et juifs a abouti et s'est transformée, côté catholique, en déclaration conciliaire dénommée « Nostra Aetate ». Quelques années plus tard, la même démarche se dessinait, côté protestant.

Evidemment, ce changement de cap à 180° n'allait pas avoir un effet immédiat et n'avait pas le pouvoir magique de gommer instantanément tous les effets des sombres siècles d'antijudaïsme chrétien. Car le contentieux est lourd et s'écrit en lettres de sang. Certes, les chrétiens ne sont pas responsables de tout, mais ils y ont été pour beaucoup, institution ecclésiale comprise.

Aussitôt après la Shoah, des intellectuels juifs et chrétiens ont compris qu'il serait désormais impossible de faire de la théologie comme avant ce séisme. En 1947, ils se sont réunis à Seelisberg, en Suisse, pour élaborer ensemble une plateforme de propositions, qui allait faire son chemin et fonder de nouvelles relations réciproques.

Puis, après la mise en route du processus de renouvellement entériné par le Concile Vatican II, il y eut l'engagement personnel du pape Jean-Paul II, qui encouragea le dialogue judéo-chrétien tout au long de ses 28 ans de pontificat, avec des temps forts marquants et des formulations novatrices. Non seulement il développait avec conviction le fait que l'Eglise ne se substitue pas à Israël, que le peuple juif n'a jamais été « déicide », mais il instaurait chez les catholiques - par ses mises au point, ses multiples visites et rencontres - des relations d'estime envers les juifs et le judaïsme.

Sa formule-choc, « qui rencontre Jésus Christ rencontre le judaïsme ! » (1980) a ouvert des pistes de travail irréversibles.

A partir de là, se découvre tout un champ d'exploration passionnant, où spécialistes juifs et chrétiens ont pu collaborer à une plus exacte compréhension du message évangélique grâce aux clés juives d'interprétation.

Mais ce ne sont pas seulement les racines du christianisme qui sont juives, comme si on repartait dans une quête archéologique, mais c'est aussi son actualité ! La richesse spirituelle du judaïsme éclaire toute la catéchèse et la liturgie. Dans le domaine de la lecture biblique, comment comprendre certains textes du Nouveau Testament sans faire référence aux mashalîm de l'époque où prêchait le rabbi Yeshua, ou encore aux targoums, paraphrase liturgique du Premier Testament ?

Comment ne pas se familiariser avec les modes d'expression hébraïques pour mettre en relief le sens spirituel des premières affirmations de foi post-pascales ? De même, l'eucharistie, qui est au centre de la vie chrétienne, est une manifestation rituelle, d'essence entièrement judaïque, reliée à l'histoire d'Israël et à la révélation vétéro-testamentaire.

 

 

David Flusser, grand savant juif engagé dans le dialogue, écrivait que Jésus lui apparaît comme un excellent juif observant et pratiquant, et que rien de ce qu'il a dit ne lui semble contraire au judaïsme. Cela dit, le professeur Flusser ajoute un commentaire pertinent qui reste tout à fait d'actualité : mettre en évidence l'héritage commun n'a pas pour but de brouiller les identités spécifiques de chaque tradition, mais au contraire de les valoriser et de les renforcer.

Ainsi un juif n'a pas à se sentir pris en otage par la théologie chrétienne de « l'accomplissement » du judaïsme par Jésus. « Je ne suis pas venu pour abolir mais accomplir »… (Mt 15, 17).

Il est clair que, par son enseignement, Jésus ne rend pas la Torah obsolète, et qu'il ouvre une voie de salut qui lui est propre, sans pour autant rejeter le judaïsme. Cela ne signifie pas aujourd'hui qu'un juif doive entrer dans la voie christique pour être un bon juif accompli, car affirmer cela serait disqualifier le judaïsme rabbinique. Il serait lamentable de continuer à dénigrer le judaïsme pour valoriser le christianisme. Beaucoup ont pensé ainsi, hélas, à la suite de St Augustin et de bien des commentateurs à courte vue de l'histoire du salut, ainsi que d'autres apologètes malintentionnés.

C'est à cette croisée des chemins que la théologie du 21ème siècle a encore du pain sur la planche, pour distinguer et unir, sans les opposer, les deux voies issues du même tronc hébraïque.

L'épître aux Romains apporte à cette perspective une lumière décisive : le refus historique par un courant juif de reconnaître Jésus comme Messie ne le condamne pas et ne le disqualifie pas ; car, en vertu de l'Alliance, tout Israël sera sauvé par Dieu qui ne reprend pas ses promesses.

L'élection d'Israël n'est en aucun cas révoquée par l'événement Jésus Christ (ou Yeshua–Mashiah), et, en tout état de cause, la nouvelle Qehila (communauté-église), élargie aux craignant-Dieu d'origine païenne, a besoin d'elle pour exister.

Ce libre refus doit même avoir un retentissement positif dans la réflexion chrétienne, et c'est le rôle des théologiens chrétiens que d'interpréter positivement, aux côtés de l'Eglise, l'existence d'un Israël non chrétien dans les temps de l'histoire qui vont vers un achèvement heureux grâce à la dimension messianique. D'autant plus qu'Israël comme l'Eglise témoignent du même Dieu vivant et de ses valeurs humanistes au milieu de structures païennes  idolâtriques. Jean-Paul II et, à sa suite, Benoît XVI, ont affectionné l'expression « nos frères aînés » dans la même foi biblique, conscients de l'importance du témoignage commun pour la sanctification du Nom.

En Luc 2, 29, on peut lire les paroles du vieux sage juif Siméon, tenant l'enfant Jésus dans ses bras : « Mes yeux ont vu le salut que tu as préparé à la face de tous les peuples, lumière pour éclairer les nations et gloire pour ton peuple Israël ».

 

Il est certain qu'après des siècles d'écrits et de manifestations anti-juifs de toute sorte, depuis les Pères de l'Eglise judéophobes jusqu'aux hostilités meurtrières et séculairement coutumières en chrétienté, il est extrêmement difficile de changer réellement la logique antérieure des relations entre chrétiens et juifs, car, de part et d'autre, des blocages mémoriels demeurent et freinent la refondation de liens fraternels.

Pourtant, soyons réalistes. Le temps presse, et c'est pourquoi toute initiative qui va dans ce sens est si importante, compte tenu des menaces qui pèsent de plus en plus sur le monde libre.

Même si nous gardons un regard constructif sur nos potentialités, ne sous-estimons pas les périls liés à l'infiltration rampante de concepts sociétaux incompatibles avec les valeurs judéo-chrétiennes et contraires à cette spiritualité humaniste issue d'Israël, dans laquelle de nombreux non-juifs et non-chrétiens peuvent se reconnaître.

 

© Abbé Alain René Arbez