Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Médias
Désinformation

Stéphane Hessel, le pseudo-expert de la question juive, interviewé par Jonathan Curiel et Yohann Taïeb
02/04/2012

 

Exclusivité JSSNews, 1er avril 2012

Totalement silencieux sur les massacres en Syrie qui ont fait plus de neuf mille morts en un an, sur les exactions dont sont victimes les Chrétiens dans le monde musulman depuis le pseudo-printemps arabe, voici que l'apôtre de l'indignation à 3€10 a repris, depuis peu, son bâton de pèlerin pour diaboliser, selon sa sacro-sainte habitude, Israël, dans son dernier livre « Le rescapé et l'exilé », co-écrit avec son grand ami et diplomate palestinien, Elias Sambar.


Cliquez sur la photo ci-dessus pour lancer la vidéo

Attention, certaines images peuvent choquer

Une fois de plus, les dérapages de l'auteur ne sont pas passés inaperçus, des militants électrons libres de la communauté juive de France, Jonathan Curiel et Yohann Taïeb, qui lui en demandent des comptes.

Le 18 mars 2011 dernier, déjà, ils avaient exprimé à l'indigné de service, lors d'une mise au point sans concession, leur indignation la plus totale quant à son ignoble affirmation : « Que des Juifs puissent perpétrer des crimes de guerre c'est inacceptable. » (Page 18, « Indignez-vous ! », première édition).

Alors qu'à l'époque, des centaines de milliers d'exemplaires de son petit passeport de la bonne conscience mondaine avaient été vendus, ils avaient été les seuls à dénoncer cette accusation mensongère et lourde de sens, incarnation pure de la pensée héssélienne. Pour preuve, dans les notes des éditeurs du livre publié en octobre 2011 « Gaza j'écris ton nom » écrit par la femme de Stéphane Hessel, résumant le livre, « Indignez-vous ! », justement, la phrase que les deux militants dénonçaient.

Entre temps, « Indignez-vous ! », vendu à plusieurs millions d'exemplaires dans le monde, a fait l'objet d'une nouvelle édition dans laquelle on ne trouve nulle part trace du mea culpa du juge Goldstone. Rappelons qu'il y a un an, jour pour jour, dans une tribune du Washington Post, Goldstone regrettait d'avoir à tort accusé Israël de viser volontairement des civils ; or Stéphane Hessel justifiait toutes ses accusations anti-israéliennes d'après ce fameux premier rapport.

Extrêmement vigilants sur les dérives sémantiques et idéologiques de Stéphane Hessel, Jonathan Curiel et Yohann Taïeb ont été choqués, début mars, à la lecture de son livre « Le rescapé et l'exilé », de lire plusieurs paragraphes dans lesquels, il nous livre sa vision de l'antisémitisme et des Juifs :

·    « Les Juifs ont toujours la hantise de la disparition programmée, cela fait partie de leur religion » (p. 53).

·    « Au fond de l'imaginaire juif, il y a cette idée que tout ce qui nous arrive nous arrive pour une raison essentiellement historico-religieuse, parce que nous ne sommes pas comme les autres. Il y a des hommes de toutes sortes, il y a des Chrétiens, des Musulmans, on peut avoir des relations avec eux, bien sûr, mais ce qui nous arrive est significativement autre ; c'est la raison pour laquelle nous devons nous défendre contre tous ceux qui ne sont pas Juifs » (p. 53).

·    « Il y a les Juifs et ceux qui ne le sont pas. Cela signifie que l'antisémitisme est un sentiment totalement "naturel" pour les Juifs. Les Juifs pensent qu'ils ne peuvent pas être véritablement aimés par les autres, parce qu'ils bénéficient d'un rapport unique avec Dieu » (p. 54).

Vous avez bien lu, selon l'Elu des médias, « l'antisémitisme est un sentiment totalement naturel » pour les Juifs. Nous ne sommes plus dans une simple critique de la politique de l'Etat d'Israël, mais dans une abjecte accusation sournoise que l'antisémitisme serait causé par les Juifs en raison de la projection sur les autres de la vision erronée qu'ils ont d'eux-mêmes.

Non, l'antisémitisme n'est pas un sentiment, monsieur Hessel, mais une menace constante, une épée de Damoclès, suspendue, au-dessus de tous les Juifs, enfants ou adultes. Le massacre commis à l'école Otsar haTorah, de Toulouse, qui a coûté la vie à trois jeunes enfants juifs et à leur maître nous le rappelle, hélas, tragiquement.

Yohann Taïeb et Jonathan Curiel sont donc partis, le 27 mars dernier, apostropher le nouveau pseudo-spécialiste de la question juive, lors d'un débat à Créteil, pour lui demander qu'il explique comment l'antisémitisme peut-il être, selon lui, un sentiment naturel pour les Juifs, et pourquoi on ne l'a pas entendu, lui, Hessel, dénoncer les massacres des enfants en Syrie, ou ceux de Toulouse.

Encore une fois, avec cette vidéo terrible et accablante pour Stéphane Hessel, dans laquelle sa mauvaise foi est exposée de façon éclatante au grand public, les deux militants contribuent, plus que jamais, à dénoncer les indignations sélectives et les impostures morales de l'icône médiatique française.

Comme à son habitude, face à un contradicteur qui ne lui fait aucune concession, Stéphane Hessel, à court d'arguments solides, s'emporte et s'enfonce tout seul dans ses propres contradictions.

Sans haine ni violence, les deux militants sont en passe de devenir le pire cauchemar de Stéphane Hessel. Il sait maintenant, plus que jamais, qu'il les trouvera sur sa route aussi longtemps qu'il le faudra.


Jonathan-Simon Sellem – JSSNews