Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Antisionisme chrétien

Discours anti-israélien dans l'hebdomadaire catholique «Dimanche-Express»
05/04/2012

 


[Cet article figurait sur le site de l'UPJF, à l'époque où je l'administrais et d'où, comme tant d'autres, il a malheureusement disparu. Je le remets donc en circulation ici, ce 5 avril 2012. (Menahem Macina).] 

 

Repris du Blog Philosémitisme, 7 mai 2008


Il est affligeant de lire, à l'occasion du soixantième anniversaire de l'Etat d'Israël, dans les colonnes de l'hebdomadaire catholique belge francophone Dimanche-Express, plusieurs articles portant des accusations gravissimes et monstrueuses contre cet Etat. Ils rappellent un vieux discours chrétien sur les Juifs qu'on aurait espéré révolu ! Ces articles ont provoqué plusieurs réactions indignées et été dénoncés par Menahem Macina sur le site de l'UPJF.


Un discours anti-Juif d'un autre âge ? Il y a 75 ans, Mgr Picard dénonçait la « juiverie ».


Le 12 mai 1933, alors que les persécutions hitlériennes contre les Juifs d'Allemagne étaient déjà une terrible et tragique réalité (voir ci-dessous ce qu'écrit Guido Eeckels), l'hebdomadaire catholique Soirées (édité conjointement par le secrétariat général d'Action catholique, les éditions Rex, le cinéma catholique, l'agence de voyages Dux, la Radio catholique et l'abbaye d'Averbode) consacrait un numéro spécial à Hitler et au nazisme.

Mgr Picard, figure de proue du mouvement catholique, fondateur et aumônier de l'ACJB (Association catholique de la Jeunesse belge) et mentor de Léon Degrelle, exposait ses vues sur la nature intrinsèquement pernicieuse des juifs « dont les intérêts ne coïncident pas toujours avec les divers intérêts nationaux, ni avec le bien commun international »:

« Mais lorsqu'aux postes de commande de la vie nationale des Juifs sont installés en nombre, lorsqu'ils tiennent la finance et les grands moyens de manœuvrer l'opinion, lorsque leur influence dans le fonctionnement du mécanisme social, dépasse de beaucoup leur importance numérique par rapport à l'ensemble de la population, les gardiens responsables du bien commun n'ont-ils pas le devoir de s'en soucier et de prendre des mesures restrictives efficaces ? Car on ne devrait pas l'oublier, les Juifs constituent de par le monde une communauté plus ou moins relâchée, mais très réelle encore, dont les intérêts ne coïncident pas toujours avec les divers intérêts nationaux, ni avec le bien commun international. Leur intelligence et leur activité exceptionnelles, doivent faire désirer leur collaboration et faire craindre leur hégémonie. La réaction hitlérienne nous paraît par conséquent excessive. Mais la défense des persécutés a été souvent trop simpliste. Et qu'on ne dise pas: si vous légitimez des mesures d'exception contre les Juifs ou contre les communistes, elles vous retomberont un jour sur le nez. Car le catholicisme lui aussi est un internationalisme. Nous prétendons précisément que notre catholicisme n'enlève rien, qu'il ajoute au contraire à notre civisme et à notre patriotisme. Et nous affirmons qu'il n'en va pas de même du communisme et de la juiverie. »

 

Dans le même numéro, Guido Eeckels écrivait, approbateur:

« "Deutschland erwache" [Allemagne réveille-toi] chantent ces millions d'Allemands. La toute première condition à un réveil de l'Allemagne était la suppression pure et simple de l'élément sémite. C'est une chose faite à présent. Pour nous, l'extradition de Hitler n'aura qu'une pénible conséquence: un nouveau contingent judaïque trouvera l'hospitalité en Belgique. Notre pays sera une fois de plus la terre de refuge et d'hospitalité pour les indésirables des autres pays de l'Europe. »

 

Les citations de Mgr Picard et de Guido Eeckels figurent dans l'excellent ouvrage de l'historien Giovanni F. di Muro, Léon Degrelle et l'aventure rexiste (1927-1940), p.p. 58-59, Editions Luc Pire, 2005

 

© Philosémitisme