Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Médias
Désinformation

En défense de Bat Ye'or, Menahem Macina
23/04/2012

 

 
Le 16 avril 2012, dans sa revue de presse, le site du CRIF mettait imprudemment en ligne un article de Stéphane François, « historien et politologue spécialiste de l'extrême droite, chercheur associé au Groupe Sociétés Religions Laïcités (GSRL) du CNRS ». Son titre : « Le cas Breivik fait ressortir la mutation de l'extrême droite européenne ».

Sans entrer dans la problématique de ce « morceau de bravoure », qui me paraît – plus idéologique qu'analytique –, je reste interdit d'y lire ces lignes qui, de toute évidence, sont de nature à mettre à mal l'excellente réputation de Bat Ye'or, spécialiste, entre autres, de la « dhimmitude ». Qu'on en juge :

« Les concepts développés par [Anders Breivik] [l'assassin de plusieurs dizaines de personnes, en Norvège – Voir la fiche de Wikipedia] dans les 1500 pages de son "manifeste" reprennent les thèmes du discours antimusulman de Geert Wilders aux Pays-Bas, des attaques anti-minarets d'Oskar Freysinger en Suisse, des campagnes de Riposte Laïque en France, ou de l'ultra-droite américaine. Breivik, comme une bonne partie de groupes extrémistes ou néo-populistes, [discours qui] s'appuie en particulier sur le concept d'Eurabia créé par la Britannique Bat Yeor qui dénonce un accord conclu selon elle entre certaines instances dirigeantes européennes et des pays arabes, visant à soumettre l'Europe au monde arabe, à mettre les Européens dans une position de "dhimmitude" face à un islam par essence totalitaire. »

Stupéfaite de ce que le CRIF, association communautaire juive, bien connue, ait servi de vecteur à cette basse attaque, l'essayiste, n'a pas tardé à réagir avec une véhémence bien compréhensible. Elle a adressé au Président Richard Prasquier un droit de réponse, dont le site Dreuz-info met en ligne aujourd'hui une copie sur son site, sous le titre « Mon droit de réponse au CRIF ».

J'en extrais ces quelques lignes :

Vous reproduisez les amalgames calomnieux de Stéphane François qui ne s'appuie sur aucune référence et ignore totalement le sujet dont il parle. En effet « le concept d'Eurabia », pour reprendre ses termes, fut créé par le Britannique Robert Swann et l'Association Parlementaire pour la Coopération Euro-Arabe (APCEA), dont il fut le premier secrétaire-général et trésorier grâce aux fonds de l'ANAF.

J'aimerais avoir la référence exacte dans mes livres — titre et page indiqués — où je mentionne « un accord [lequel ?] conclu selon elle [moi] entre certaines instances dirigeantes européennes [lesquelles ?] et des pays arabes [lesquels ?], visant à soumettre l'Europe au monde arabe, à mettre les Européens dans une position de "dhimmitude" face à un islam par essence totalitaire ».

Si l'auteur de ces lignes ne peut les produire, je considérerai que ces propos sont une falsification visant à criminaliser mon travail, attentatoires à mon honneur et justifiant des poursuites pénales.


Depuis, le CRIF a retiré l'article de son site. Toutefois, on peut en lire une copie dans le cache de Google.

 

Bien que profondément choqué, moi aussi, par cette atteinte injuste à la réputation d'une essayiste dont les compétences et l'intégrité intellectuelle et morale sont incontestables, et pour laquelle j'ai personnellement une très grande estime, je n'entrerai pas dans cette polémique regrettable, qui n'est pas mienne. Par contre, je crois utile de verser au dossier le témoignage d'un auteur (protestant), grand ami des juifs et d'Israël, Jacques Ellul, aujourd'hui disparu. En son temps, je l'avais mis en ligne sur le site de l'UPJF, le 13 juin 2004, et sur mon site personnel debriefing.org. C'est avec amitié que je l'offre aujourd'hui à nouveau à Bat Ye'or.

 

Préface de Jacques Ellul
au livre de Bat Ye'or
The Dhimmi: Jews and Christians under Islam [1]

 

[Comme on pourra le constater, ce texte de Jacques Ellul, grand protestant et ami d'Israël, était prophétique. 20 ans avant l'expansion islamiste dont nous sommes témoins depuis quelques années, ce qu'il écrivait à l'époque est confirmé par les événements. Il est regrettable que le texte qu'il a écrit en mai 1983 et traduit en anglais pour le livre de Bat Ye'or, The Dhimmi : Jews and Christians under Islam (publié en février 1985), et qui a été inclus dans les éditions en anglais, hébreu et russe, ne soit jamais paru en français. Nous remercions tout particulièrement Monsieur Francis Grunchard de nous l'avoir transmis sous la forme où il figure sur le site de Bat Ye'or, à l'adresse suivante: www.dhimmitude.org/archive/dhimmi_preface_ellul_fr.html. Je me suis permis de retoucher et de corriger le texte partout où c'était nécessaire et ai mis entre crochets [] les ajouts de ma main. (Menahem Macina).]

 


Ce livre est très important, car il aborde un des problèmes les plus délicats de notre monde, délicat par la difficulté même du sujet, à savoir: la réalité de l'Islam dans sa doctrine et sa pratique à l'égard des non-musulmans, et délicat par l'actualité du sujet, et les sensibilités qui se sont révélées un peu partout dans le monde. Il y a un demi-siècle, la question de savoir quelle était la situation des non-musulmans en terre d'Islam n'aurait exalté personne. On aurait pu en faire une description historique, qui aurait intéressé les spécialistes, ou une analyse juridique (je pense aux travaux de M. Gaudefroy-Demombynes et de mon ancien collègue G.-H. Bousquet, qui a décrit tant de choses sur des aspects du droit musulman, sans que cela ait suscité la moindre polémique), ou un débat philosophique et théologique, mais assurément sans passion. Ce qui concernait l'Islam et le monde musulman appartenait à un passé, non pas mort, mais certainement pas plus vivant que la chrétienté médiévale. Les peuples musulmans n'avaient aucune puissance, ils étaient extraordinairement divisés, un grand nombre d'entre eux étaient soumis à la colonisation. Les Européens, hostiles à la colonisation, avaient de la sympathie pour les «Arabes», mais cela n'allait pas au-delà ! Et tout à coup, depuis 1950, la scène change complètement.

Je crois qu'on peut discerner quatre étapes : la première, la volonté de se libérer des envahisseurs. Mais en cela, les musulmans n'étaient pas «originaux» : la guerre d'Algérie et tout ce qui a suivi n'était qu'une conséquence de la première guerre du Vietnam. C'est un mouvement général de décolonisation qui s'engage. Et ceci va amener ces peuples à se vouloir une certaine identité, à être par eux-mêmes non seulement libérés des Européens, mais différents. Et qualitativement différents.

La seconde étape en résulte : ce qui faisait la spécificité de ces peuples c'était non pas une particularité ethnique ou une organisation, mais une religion. Et l'on voit paraître, à l'intérieur même de mouvements de gauche socialistes, ou même communistes, un retour au religieux. Se trouve alors tout à fait rejetée la tendance à la création d'un Etat laïque, comme l'avait voulu Atatürk, par exemple. Très souvent on pense que l'explosion de religiosité islamique est le fait particulier de Khomeiny. Mais non. Il ne faut pas oublier la guerre atroce, en Inde, en 1947, entre musulmans et hindous, sur le seul fondement religieux. Le nombre des victimes fut de plus d'un million, et on ne peut pas considérer que cette guerre ait eu une autre origine que l'indépendance d'une République islamique (puisque tant que les musulmans étaient intégrés dans le monde hindou bouddhiste, il n'y avait pas de massacre). Le Pakistan se proclamera officiellement République Islamique en 1953 (donc justement au moment du grand effort de ces peuples pour retrouver leur identité). Depuis cette époque, il n'y a pas eu d'année sans que ne se marque le renouveau religieux de l'Islam (la reprise de la conversion de l'Afrique Noire à l'Islam, le retour des populations détachées vers la pratique des rites, l'obligation pour des Etats arabes socialistes de se proclamer «musulmans», etc.), si bien que l'Islam est actuellement la religion la plus active, la plus vivante dans le monde. Et l'extrémisme de l'Imam Khomeiny ne peut se comprendre que dans la perspective de ce mouvement. Il n'est pas du tout un fait extraordinaire, à part : il en est la suite logique. Mais - et c'est le troisième élément -, au fur et à mesure de cette renaissance religieuse, on assiste à une prise de conscience d'une certaine unité du monde islamique, au-delà des diversités politiques et culturelles. Bien entendu, ici, il ne faut pas oublier tous les conflits entre Etats musulmans, les divergences d'intérêts, les guerres même, mais cette évidence de leurs conflits ne doit pas nous faire oublier une réalité plus fondamentale : leur unité religieuse en face du monde non musulman.

Et ici, il y a un phénomène qui est intéressant : je serais tenté de dire que ce sont les «autres», les pays «communistes», «chrétiens», etc., qui accentuent la tendance à l'unité du monde musulman, et en quelque sorte jouent le rôle de «compresseur», pour amener ce monde à s'unifier ! Enfin - et c'est évidemment le dernier facteur -, la découverte de la puissance économique et pétrolière. Je n'insiste pas. En somme, une marche cohérente : indépendance politique – remontée religieuse – puissance économique. Ceci a retourné la face du monde en moins d'un demi-siècle. Et actuellement nous assistons à une vaste opération de propagande islamique, création de mosquées partout, même en URSS, diffusion de la littérature et de la culture arabe, récupération d'une histoire : l'Islam se glorifie maintenant d'avoir été le berceau de toutes les civilisations alors que l'Europe avait sombré dans la barbarie et que l'Orient était sans cesse déchiré. L'Islam, origine de toutes les sciences et de tous les arts, c'est un discours que nous entendons constamment. Ceci a probablement moins atteint les Etats-Unis que la France, (pourtant il faut rappeler les Black Moslems). Mais si je juge par rapport à la situation française, c'est qu'elle me paraît tout à fait exemplaire.

Dès lors, sitôt que l'on aborde un problème de l'Islam, on entre dans un domaine où toutes les sensibilités sont exaspérées. En France, on ne supporte plus les critiques adressées à l'Islam ou à des pays arabes. Ceci s'explique par bien des raisons : la mauvaise conscience d'avoir été envahisseur et colonisateur de l'Afrique du Nord, la mauvaise conscience de la guerre d'Algérie (qui entraînent, par «contre-coup», l'adhésion à l'adversaire et le jugement favorable). La découverte du fait – exact -, que, dans la culture occidentale, on a occulté pendant des siècles la valeur de l'apport musulman à la civilisation (et de ce fait, on passe à l'autre extrême). La multiplication (en France) des travailleurs immigrés d'origine arabe, qui représentent maintenant une population importante, généralement malheureuse, méprisée, (avec un certain racisme), ce qui fait que les intellectuels, les chrétiens, etc., sont remplis de bons sentiments envers eux et ne supportent plus les critiques. On assiste alors à une réhabilitation générale de l'Islam qui s'exprime de deux façons. D'abord sur le plan intellectuel, il y a un nombre croissant d'œuvres qui correspondent à une recherche apparemment scientifique et qui se donnent pour objectif déclaré de détruire des préjugés, des images toutes faites (et fausses) de l'Islam, aussi bien en tant que doctrine, qu'en tant que coutumes et mœurs. Ainsi, on «démontre» qu'il est faux que les Arabes aient été des envahisseurs cruels, qu'ils aient répandu la terreur et massacré les peuples qui ne se soumettaient pas. Il est faux que l'Islam soit intolérant, au contraire, c'est la tolérance même. Il est faux que la femme ait eu un statut inférieur et qu'elle ait été exclue de la cité. Il est faux que le jihad (la guerre sainte) soit une guerre matérielle, etc., etc. Autrement dit : tout ce que l'on a considéré comme historiquement certain au sujet de l'Islam était l'effet de la propagande, et on a implanté en Occident des images fausses, que l'on prétend rétablir maintenant dans la vérité. On se réfère à une interprétation très spirituelle du Coran et l'on cherche à prouver l'excellence des mœurs des pays musulmans.

Mais il n'y a pas que cela. Dans nos pays, l'Islam exerce une séduction d'ordre spirituel. Dans la mesure où le christianisme n'a plus la valeur religieuse qu'il avait, et où il est radicalement critiqué, dans la mesure où le communisme a perdu son prestige et son message d'espoir, le besoin religieux de l'homme européen a cherché une autre dimension pour s'investir et voici que l'on a découvert l'Islam ! Il ne s'agit plus du tout de débats intellectuels, mais de véritables adhésions religieuses. Et plusieurs intellectuels français de grand renom on fait une conversion retentissante à l'Islam. On présente celui-ci comme un progrès évident par rapport au christianisme, on se réfère aux grands mystiques musulmans. On rappelle que les trois religions du Livre sont parentes (judaïsme – christianisme – islam). Toutes trois se réclament de l'ancêtre Abraham. Et la plus avancée des trois… c'est évidemment la dernière, la plus récente. Je n'exagère rien. Il y a même, parmi les juifs, des intellectuels sérieux pour espérer sinon une fusion, du moins une conciliation entre les trois. Or, si je décris ces phénomènes européens, c'est dans la mesure où, qu'on le veuille ou non, l'Islam se donne une vocation universelle, se déclare la seule religion qui doive amener l'adhésion de tous : nous ne devons garder aucune illusion, aucune partie du monde ne sera indemne. Maintenant que l'Islam a un pouvoir national, militaire, économique, il cherchera à s'étendre, sur le plan religieux, à tout le monde. Et le Commonwealth britannique, ainsi que les Etats-Unis seront visés aussi. En face de cette expansion (la troisième de l'Islam), il ne faut pas réagir par un racisme, ni par une fermeture orthodoxe, ni par des persécutions, ou la guerre. Il doit y avoir une réaction d'ordre spirituel et d'ordre psychologique (ne pas se laisser emporter par la mauvaise conscience) et une réaction d'ordre scientifique. Qu'en est-il, au juste ? Qu'est-ce qui est exact ? les cruautés de la conquête musulmane, ou bien la douceur, la bénignité du Coran ? Qu'est-ce qui est exact sur le plan de la doctrine et sur le plan de l'application, de la vie courante dans le monde musulman ? Et il faudra faire du travail intellectuellement sérieux, portant sur des points précis. Il est impossible de juger de façon générale le monde islamique, il y a eu cent cultures diverses absorbées par l'Islam. Il est impossible d'étudier d'un trait toutes les croyances, toutes les traditions, toutes les applications. On ne peut faire ce travail que de façon limitée sur des séries de questions, pour «faire le point» du vrai et du faux.

Tel est le contexte dans lequel se situe le livre de Bat Ye'or sur le dhimmi. Et c'est un travail exemplaire dans le grand débat où nous sommes engagés. Je ne vais, ici, ni raconter le livre, ni chanter ses mérites, mais seulement souligner son importance. Le dhimmi est donc celui qui vit dans une société musulmane, sans être musulman (juifs, chrétiens, et, éventuellement «animistes»). Cet homme a un statut social, politique, économique, particulier. Et il importe essentiellement de savoir, en effet, comment ont été traités ces «réfractaires». Mais il faut tout de suite se rendre compte de la dimension de ce thème : en effet, c'est beaucoup plus que l'étude d'une «condition sociale» parmi d'autres. Le lecteur verra que, par bien des points, le dhimmi est comparable au serf européen du Moyen-Âge. Mais la condition du serf était le résultat d'un certain nombre d'évolutions historiques (transformation de l'esclavage, disparition de l'Etat, apparition de la féodalité, etc.). Et par conséquent, lorsque les conditions historiques changent, la situation du serf évolue, jusqu'à disparaître. Il n'en est pas de même pour le dhimmi : ce n'est pas du tout le résultat d'un hasard historique, c'est ce qui doit être, du point de vue religieux et du point de vue de la conception musulmane du monde. C'est-à-dire que c'est l'expression de la conception totale, permanente, fondée théologiquement, de la relation entre l'Islam et le non-Islam. Ce n'est pas un accident historique qui pourrait avoir un intérêt rétrospectif, mais un devoir-être. Par conséquent, c'est à la fois un sujet historique (chercher les données intellectuelles et décrire les applications passées) et un sujet actuel, de pleine actualité, dans la mesure de l'expansion de l'Islam. Et il faut, en effet, lire le livre de Bat Ye'or comme un livre d'actualité. Il importe de savoir, aussi exactement que possible, ce que les musulmans ont fait de ces peuples soumis non-convertis, parce que c'est ce qu'ils feront (et font encore maintenant). Je pense que le lecteur ne sera pas immédiatement convaincu par cette affirmation.

Tout de même, n'est-ce pas, les notions, les concepts évoluent. La conception chrétienne de Dieu, ou de Jésus-Christ n'est plus, pour les chrétiens, la même, aujourd'hui, que celle du Moyen-Âge. Et l'on peut multiplier les exemples. Mais, précisément, ce qui me paraît intéressant, frappant, dans l'Islam, une de ses singularités : c'est la fixité des concepts. D'une part, il est évident que les choses évoluent, d'autant plus qu'elles ne sont pas idéologiquement fixées. Le régime des Césars, à Rome, pouvait se transformer beaucoup plus que le régime stalinien, parce qu'il n'y avait aucun cadre doctrinal et idéologique, lui conférant une continuité, une rigueur. Là où l'organisation sociale est fondée sur un «système», elle tend à se reproduire beaucoup plus exactement. Or, l'Islam, encore plus que ne le fut le christianisme, est une religion qui prétend donner une forme définitive à l'ordre social, aux relations entre les hommes, et encadrer chaque moment de la vie de l'individu. Donc il tend à une fixité, que la plupart des autres formes sociales n'ont pas. Mais, bien plus, on sait que la doctrine tout entière de l'Islam (y compris sa pensée religieuse) a pris un aspect juridique. Tous les textes ont été soumis à une interprétation de type juridique, et toutes les applications (même dans le domaine spirituel) ont eu un aspect juridique. Or, il ne faut pas oublier que le juridique a une orientation très nette : fixer – fixer les relations –, arrêter le temps –, fixer les significations (arriver à ce qu'un mot ait un sens et un seul) –, fixer les interprétations. Tout ce qui est juridique évolue le plus lentement possible et n'obéit à aucun bouleversement. Bien entendu, il peut y avoir évolution (dans la pratique, la jurisprudence, etc.). Mais lorsqu'il y a un texte qui est considéré comme «fondateur», en quelque sorte, il suffit que l'on veuille s'y rapporter de nouveau, et ce que l'on avait créé comme nouveauté s'effondre. Et telle était bien la situation de l'Islam. Le juridisme introduit partout produisait une fixité (non pas absolue - ce qui est impossible -, mais maximale) ce qui fait que l'étude historique est essentielle. Lorsqu'on se rapporte à un mot [ou] à une institution islamiques du passé, il faut savoir que, tant que le texte fondamental (ici, le Coran) n'est pas changé, quelles que soient les transformations apparentes, les évolutions, il peut toujours y avoir retour aux principes et aux données d'origine, et cela d'autant plus que l'Islam a réussi (ce qui a toujours été tellement rare) l'intégration entre le religieux, le politique, le moral, le social, le juridique, et l'intellectuel, et constitue un ensemble rigoureux, où chaque élément est une partie du tout.

Mais apparaît tout de suite un débat au sujet de ce «Dhimmi». Ce mot, en effet, veut dire «Protégé». Et c'est un des arguments des défenseurs modernes de l'Islam : le dhimmi n'a jamais été ni persécuté, ni maltraité (sauf accident), bien au contraire : il est un protégé. Quel meilleur exemple du libéralisme de l'Islam. Voici des hommes qui ne partagent aucune croyance musulmane, et au lieu de les exclure, on les protège. J'ai lu de nombreux textes montrant qu'aucune autre société, ni religion n'ont été aussi tolérantes, n'ont aussi bien protégé les minorités. Bien entendu, on en profite pour mettre en cause le christianisme médiéval (que je ne défendrai pas), en soulignant que jamais l'Islam n'a connu l'Inquisition ou la «chasse aux sorcières». Acceptons ce point de vue, et bornons-nous à réfléchir à ce mot lui-même : le «protégé». Et il faut bien se demander «protégé contre qui ?» Dans la mesure où cet «étranger» est en terre d'Islam, cela ne peut évidemment être que contre les musulmans eux-mêmes. Le terme de protégé implique, en soi, une hostilité latente, c'est ce qu'il importe de bien comprendre. On avait une institution comparable dans la Rome primitive, avec le "cliens" : l'étranger est toujours un ennemi. Il doit être traité comme ennemi, (même s'il n'y a pas de situation de guerre). Mais si cet étranger obtient la faveur d'un chef de grande famille, il devient son protégé (cliens) et il peut résider à Rome : il sera «protégé» par son «patron» contre les agressions que n'importe quel citoyen romain pourrait commettre [contre lui]. Cela veut dire, en réalité, que le protégé n'a aucun droit véritable. Le lecteur de ce livre verra que la condition du dhimmi est définie par un traité (la dhimma), passé entre lui (ou son groupe) et tel groupe musulman. Ce traité présente un aspect juridique, mais c'est ce que nous appellerions un contrat inégal : en effet, la dhimma est une «charte octroyée» (voir C. Chehata, sur le Droit Musulman), ce qui [entraîne] deux conséquences. La première, c'est que celui qui octroie la charte peut aussi bien la révoquer. En réalité, ce n'est pas un contrat «consensuel» formé par la volonté de deux parties. Et, en fait, c'est un arbitraire. Le concédant décide seul de ce qu'il octroie (d'où une grande variété possible de conditions). La seconde, c'est que nous sommes dans une situation qui est l'inverse de ce que l'on a essayé de construire avec la théorie des droits de l'homme, et selon laquelle, du fait que l'on est un homme, on a, obligatoirement, un certain nombre de droits, [et que], donc, ceux qui ne les respectent pas sont, eux, dans une situation de mal. Au contraire, avec l'idée de charte octroyée, on n'a de droits que pour autant qu'ils soient reconnus dans cette charte, et pour autant qu'elle dure. Par soi-même, et en tant qu'«existant», on n'a aucun droit à faire valoir. Et c'était bien la condition du dhimmi. Or, j'indiquais plus haut pourquoi, ceci ne varie pas dans le cours de l'histoire : c'est non pas un aléa social, mais un concept enraciné.

Aujourd'hui, pour l'Islam conquérant, tous ceux qui ne se reconnaissent pas [comme] musulmans n'ont pas de droits humains reconnus en tant que tels. Ils retrouveraient dans une société islamique la même condition de dhimmi. D'où le caractère parfaitement illusoire et fantaisiste d'une solution du drame du Proche-Orient par la création d'une fédération englobant Israël dans un ensemble de peuples et d'Etats musulmans, ou encore celle d'un Etat «judéo-islamique ». Ceci est impensable du point de vue musulman. Ainsi, suivant que l'on prend le mot «protégé» dans le sens moral, ou dans le sens juridique, on peut en avoir deux interprétations exactement contradictoires. Et ceci est tout à fait caractéristique des débats auxquels on assiste au sujet de l'Islam. Malheureusement, il faut prendre le mot dans son sens juridique. Je sais bien que l'on objectera : mais le dhimmi avait des «droits». Certes. Mais des droits octroyés. Tout le point est là. Si nous prenons, par exemple, le Traité de Versailles de 1918, l'Allemagne a reçu un certain nombre de «droits» octroyés par son vainqueur. Et ce fut qualifié de Diktat. Ceci montre à quel point l'étude de ce [type] de problème est délicate. Car les appréciations peuvent entièrement varier, selon que l'on a un a priori favorable, ou défavorable à l'Islam. Et, en même temps, une étude vraiment scientifique, «objective» (quoique personnellement je ne croie pas à l'objectivité en Sciences humaines - au mieux, le chercheur peut être honnête et faire la critique de ses présupposés) devient extrêmement difficile. Et cependant, disions-nous, justement parce que les passions sont extrêmes, une étude de ce type est dorénavant indispensable pour toutes les questions qui concernent l'Islam.

Alors, la question se pose pour ce livre : est-ce que nous sommes en présence d'un livre scientifique ? J'avais fait un compte-rendu de ce livre, - paru d'abord en français - dans une édition beaucoup moins complète et riche, surtout pour les annexes, qui sont essentielles -, dans un grand journal [2]. Et j'ai reçu une lettre très violente d'un collègue, spécialiste des questions musulmanes [Professeur Claude Cahen], me disant que ceci était un livre de pure polémique, qui n'avait aucun caractère sérieux. Mais ses critiques manifestaient qu'il n'avait pas lu ce livre, et ses arguments (à partir de mon texte) étaient intéressants [en ce qu'ils] révél[aient], «a contrario» le caractère scientifique de cette étude. Tout d'abord il employait «l'argument d'autorité», et me renvoyait à des études sur le problème, qu'il estimait indiscutables et scientifiques (celles de S.D. Goitein, Bernard Lewis, et Norman Stillman), en général favorables à l'attitude musulmane. J'ai soumis l'objection à Bat Ye'or, qui m'a répondu qu'elle connaissait personnellement les trois auteurs et avait tenu compte de leurs travaux. Le contraire m'eût étonné, étant donné l'ampleur des recherches de l'auteur ! Elle maintint qu'une lecture attentive de leurs écrits ne permettait pas une interprétation aussi restrictive.

Mais, à partir de ces livres, quels étaient les arguments de fond pour critiquer l'analyse de Bat Ye'or ? Tout d'abord, que l'on ne peut généraliser la condition du dhimmi, et qu'il y a eu une très grande diversité dans leur situation. Or, précisément, c'est bien ce que montre notre livre, qui est très habilement construit : à partir de données communes, d'un fondement identique, l'auteur donne des documents permettant, précisément, de se faire une idée [de] ces différences, selon que l'on [parle du] dhimmi du Maghreb, de Perse, d'Arabie, etc. Et l'on constate effectivement une très grande diversité dans les réalités de l'existence du dhimmi, mais cela ne change rien à la réalité profonde identique de sa condition. Le second argument [du Professeur Claude Cahen], c'est qu'on a beaucoup exagéré les «persécutions» : il parle de «quelques accès de colère populaire». Mais, d'une part, ce n'est pas là-dessus que Bat Ye'or se fonde, d'autre part, c'est ici que paraît l'esprit partisan : «les quelques accès» ont été historiquement très nombreux, et les massacres des dhimmis fréquents. Il ne faut pas aujourd'hui rejeter ces témoignages considérables (que l'on a, autrefois, trop fait valoir) de tueries de juifs ou de chrétiens, dans tous les pays occupés par les Arabes et les Turcs, qui se reproduisaient fréquemment, et au cours desquelles les forces de l'ordre n'intervenaient pas. Le dhimmi avait peut-être des droits aux yeux des autorités et officiellement, mais quand la haine populaire se déchaînait, pour un motif souvent incompréhensible, ils étaient sans défense et sans protection. C'était l'équivalent des pogroms. Sur ce point, c'est mon correspondant qui n'est pas scientifique. Il atteste, en troisième lieu, que les dhimmis avaient des «droits» personnels et confessionnels. Mais, n'étant pas juriste, il ne voit pas la différence entre droits personnels et droits octroyés. Nous en avons parlé plus haut, et l'argument ne porte pas, puisque, précisément, Bat Ye'or étudie, de façon tout à fait satisfaisante, les droits en question.

Il souligne, en outre, que les juifs ont atteint, en pays musulmans, leur plus haut niveau de culture, et qu'ils considéraient les Etats dont ils dépendaient comme leur Etat. Sur le premier point, je dirai qu'il y a eu une énorme diversité. Il est bien exact que, dans certains pays arabes et à certaines époques, les juifs – et les chrétiens – ont [atteint] un haut niveau de culture et de bien–être. Mais notre livre ne le nie pas. Et ce n'est pas un fait extraordinaire : à Rome, à partir du 1er siècle après Jésus-Christ, il arrivait que des esclaves (restant toujours esclaves) avaient une situation très remarquable. Ils exerçaient presque toutes les professions intellectuelles (professeurs, médecins, ingénieurs, etc.) ; ils dirigeaient des entreprises et pouvaient même être, à leur tour, propriétaires d'esclaves. Il n'empêche qu'ils étaient esclaves. Et c'est un peu la question des dhimmis, qui, en effet avaient un rôle économique important (comme c'est très bien montré dans ce livre) et pouvaient être «heureux» : il n'empêche qu'ils étaient des inférieurs dont le statut, très variable, les [rendait] étroitement dépendants et… sans «droits». Quant à dire qu'ils considéraient l'Etat dont ils dépendaient comme leur Etat, ceci n'a jamais été vrai des chrétiens. Quant aux juifs, ils avaient été dispersés depuis si longtemps dans le monde, qu'ils n'avaient pas d'autre possibilité. Mais on sait qu'il n'y eut de véritable courant «assimilationniste» que dans les démocraties occidentales. Enfin, ce critique [il s'agit toujours du Professeur Claude Cahen] déclare qu'il y a eu «dégradation pendant les temps contemporains de la condition des juifs en pays islamique», et [qu']il ne faut pas juger de la condition du dhimmi d'après ce qui s'est passé aux XIXe et XXe siècles. Je suis alors obligé de me demander si l'auteur de ces critiques n'obéit pas, comme beaucoup d'historiens, à un embellissement du passé. Il suffit de constater la remarquable concordance entre les sources historiques se rapportant à des faits, et les données de base d'origine, pour penser que l'évolution n'a pas dû être si complète.

Si je me suis étendu un peu longuement sur ces critiques, c'est qu'elles m'ont paru importantes pour cerner le caractère «scientifique» de ce livre. Quant à moi, je considère, en effet, cette étude comme très honnête, peu polémique, et aussi objective qu'il est possible (compte tenu que j'appartiens à l'école d'historiens pour qui l'objectivité pure, au sens absolu du mot, ne peut pas exister). Nous avons là une très grande richesse de sources assemblées, une utilisation correcte des documents, un souci de placer chaque situation dans son contexte historique. Par conséquent, un certain nombre des exigences scientifiques pour un ouvrage de cet ordre [sont respectées]. Et c'est pourquoi je considère cette étude comme tout à fait exemplaire et significative. Mais aussi, intervenant dans le «contexte sensible» que je rappelais plus haut, c'est un livre qui apporte un avertissement décisif. Le monde islamique n'a pas évolué dans sa façon de considérer le non-musulman, et nous sommes avertis par là de la façon dont seraient traités ceux qui y seraient absorbés. C'est une lumière pour notre temps.


© Jacques Ellul *

 

Notes

 

[1] Paru en 1985. Depuis, le livre a été traduit et édité en français : Bat Ye'or, Juifs et Chrétiens sous l'islam, les dhimmis face au défi intégriste, Berg International, 1994.

[2] Le Monde, 18 novembre 1980.


---------------------------

* Jacques Ellul, juriste, historien, théologien et sociologiste, est décédé en 1994. De son vivant, il a publié plus de 600 articles et 48 livres, traduits dans une douzaine de langues, dont plus de la moitié en anglais. De 1953 à 1970, il fut un membre du Conseil National de l'Eglise Protestante Réformée de France. Professeur d'Histoire et de Sociologie des Institutions, à l'Université de Bordeaux, son œuvre inclut des études sur les institutions médiévales d'Europe, l'effet de la technologie moderne sur la société contemporaine, ainsi que la théologie morale. Il fut reconnu par des cercles académiques américains comme l'un des plus importants penseurs contemporains.