Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Médias
Désinformation

Des excuses nauséabondes sur le site de «L'Express», pour la diffusion d'un montage aux dépens d'Israël
21/05/2012

 

Encadré repris du site JSS-News, 21 mai 2012

 

Les excuses ci-dessus eussent été satisfaisantes, si leur auteur n'avait pas cru devoir les assortir d'un long plaidoyer pro domo verbeux et suintant la mauvaise foi, dont il est clair qu'il a pour but de noyer les excuses dans un flot d'accusations. L'irrédentisme anti-israélien de l'auteur de cette palinodie hypocrite se manifeste clairement dans le panégyrique hagiographique de Sa Majesté Charles Enderlin (qui vient ici comme un cheveu sur la soupe). Quant aux deux Post-scriptum, je ne sais ce qu'ils veulent prouver. A mes yeux, ils témoignent de deux choses: 1) de la posture victimaire adoptée par le journaliste ; 2) de son ignorance déplorable de l'anglais élémentaire. Enfin, même la vulgarité débile ne nous est pas épargnée. En effet, Monsieur Mettout se croit obligé d'écrire que s'il fait amende honorable, c'est la "queue basse". Plutôt nauséabond, non ? Pas étonnant que ce texte dégage une odeur de vespasienne. (Menahem Macina).]

-------------------------------

Nous avons commis une terrible erreur, un texte malencontreux sur l'une de nos photos du jour du 18 avril dernier (à gauche), mal traduit de la légende, tout ce qu'il y a de plus circonstanciée, elle, que nous avait fournie l'AFP*: sur la « reconstitution », dans un camp de réfugiés au Liban, de l'arrestation par de faux militaires israéliens d'un Palestinien, nous avons omis d'indiquer qu'il s'agissait d'une mise en scène, que ces « soldats » jouaient un rôle et que tout ça relevait de la pure et simple propagande.

C'est une faute – qu'atténuent à peine la précipitation et la mauvaise relecture qui l'ont provoquée.

C'en serait une dans tous les cas, ça l'est plus encore dans celui-là: laisser planer la moindre ambiguïté sur un sujet aussi sensible, quand on sait que les images peuvent être utilisées comme des armes de guerre, donner du crédit à un stratagème aussi grossier, qui peut contribuer à alimenter l'exaspération antisioniste là où elle s'enflamme sans besoin de combustible, n'appelle aucun excuse. Nous avons déconné, gravement. J'ai déconné, gravement: je suis responsable du site de L'Express, et donc du dérapage.

A ce titre, je fais amende honorable, la queue basse, auprès des internautes qui ont été abusés, de tous ceux que cette supercherie a pu blesser et de l'AFP, qui n'est EN AUCUN CAS comptable de nos propres bêtises.

Cela dit – et que les choses soient claires, ce que j'écris ci-dessous n'enlève rien à ce que j'ai écrit ci-dessus:

- Il arrive, quand nous nous trompons – parce que ça arrive, personne n'est parfait – que nous en soyons avertis directement, que celle ou celui qui a repéré une erreur nous envoie un mail, nous passe un coup de téléphone, nous écrive pour nous demander de nous expliquer, de corriger, de supprimer – il est assez facile de nous contacter si on le souhaite vraiment. J'attends toujours. Dès que j'ai eu connaissance, par le patron du service Monde de L'Express, de cette bourde, j'ai fait supprimer l'image et sa légende.

- Sur de nombreux sites pro-israéliens où l'affaire (!) a pris son envol et son ampleur, elle a servi à nourrir de vieilles rancœurs. Pour résumer: les médias français dans leur ensemble désinforment sciemment, s'acharnant sur Israël en toute (mé)connaissance de cause – quand nous ne sommes pas tout bonnement accusés d'encourager le terrorisme; j'ai lu tout à l'heure que nous aurions « fabriqué » Mohammed Merah…

Naturellement, ont resurgi à cette occasion d'autres incidents, au premier rang desquels figure, comme d'habitude, la mort du petit Mohammed Al-Durah, filmée par l'équipe du correspondant de France 2 à Jérusalem, Charles Enderlin – formidable journaliste, dont le courage n'a d'égal que le professionnalisme, j'en profite pour le répéter ici. Il faut avoir le cuir épais pour résister aux pressions brutales et inqualifiables dont il est la cible depuis ce jour-là. Il l'a, fait toujours bien son métier, rend coup pour coup, malgré les attaques infamantes et les calomnies dont il est l'objet, respect.

C'est d'ailleurs un regret supplémentaire: en manquant de rigueur, nous avons involontairement contribué à discréditer nos confrères qui font bien leur travail, qui relatent les emprisonnements arbitraires des uns, l'extrémisme religieux et les diatribes antisémites des autres, les opérations militaires implacables comme les tirs de roquettes, les colonies illégales comme les attentats aveugles – et rappellent aussi, ne serait-ce que par leur liberté d'y travailler, qu'Israël est la seule véritable démocratie de la région, qu'on y vote sans contrainte, qu'on y lit des journalistes indépendants, qu'on peut y manifester et s'y opposer sans risquer la torture et la mort.

- Marre de lire que tous autant que nous sommes, nous, journalistes français, nous cultivons non seulement un antisionisme atavique (ce qui est faux), mais aussi un antisémitisme historique – ce qui, pour le coup, me fait hurler. Evoquer, comme je l'ai lu ici ou là, « la connotation antisémite » de ce qui, encore une fois, n'est rien d'autre qu'une bévue, ce n'est pas seulement disproportionné et inutilement insultant, ce n'est pas seulement banaliser le Mal, c'est aussi un avertissement à peine déguisé.

J'ai utilisé le mot propagande au début de ce post, à propos de l'image qui l'a motivé. Il n'y en a pas d'autre pour qualifier les méthodes d'intimidation mises en œuvre pour nous empêcher de parler librement du conflit israélo-palestinien. Et si reconnais bien volontiers, et bien tristement, notre erreur, je tiens à confirmer que nous continuerons, malgré elle et les réactions qu'elle a provoquées, à le faire.

 

PS qui a tout à voir: le sujet de ce post est éminemment sensible. Je ne vais être épargné par personne, ni par les défenseurs les plus intransigeants de la politique israélienne, ni par ceux qui dénoncent sans nuance le vil « colonisateur ». J'aimerais simplement que tous les autres, et j'espère qu'ils sont majoritaires, liront ce que j'ai écrit et pas ce que ces jusqu'au-boutistes en auront dit.

* PS qui a tout à voir aussi: pour information, la légende, en anglais, de la photo fournie par l'AFP: « LEBANON, AIN EL-HELWEH: Palestinian refugees pose as Israeli soldiers arresting and beating a Palestinian activist during celebrations of Prisoners' Day at the refugee camp of Ain el-Helweh near the coastal Lebanese city of Sidon on April 17, 2012 in solidarity with the 4,700 Palestinian inmates of Israeli jails. Some 1,200 Palestinian prisoners held in Israeli jails have begun a hunger strike and another 2,300 are refusing food for one day, a spokeswoman for the Israel Prisons Service (IPS) said. »