Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Des cardinaux divergent sur le caractère contraignant de « Nostra Aetate »
23/05/2012

 

Texte repris du site de la CICAD, dépêche n° 1657, du 23 mai 2012

 

[Le texte de la CICAD s'inspire de l'article du même nom, réservé aux abonnés du site La Croix.com].

 

Le cardinal Kurt Koch aux côtés du rabbin Richard Marker, président du Comité juif international...
 P. RAZZO/CIRIC

Le cardinal Kurt Koch aux côtés du rabbin Richard Marker, président du Comité juif international pour les consultations interreligieuses, le 27 février 2011, au Collège des Bernardins à Paris.

 

Pour le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, la déclaration conciliaire Nostra Aetate, portant sur la liberté religieuse et les liens de l'Église avec le judaïsme, est « contraignante » pour un catholique. Cet avis n'est pas partagé par le cardinal Walter Brandmüller, ancien président du Comité pontifical des sciences historiques.


Le cardinal Walter Brandmüller, ancien président du Comité pontifical des sciences historiques, a affirmé lundi 21 mai à Rome, que la déclaration Nostra Aetate, qui a marqué un tournant décisif dans les relations entre les juifs et l'Église catholique, n'avait pas un caractère « contraignant » du point de vue doctrinal.

Il intervenait devant la presse à l'occasion de la présentation du livre Les « Clés » de Benoît XVI pour interpréter le concile Vatican II (Éd. Cantagalli), dont il est l'un des coauteurs, avec Mgr Agostino Marchetto, ancien secrétaire du Conseil pontifical pour la pastorale des Migrants, et le P. Nicolas Bux, consulteur de plusieurs dicastères romains. Cette affirmation intervient dans le contexte d'un possible retour dans l'Église de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X, dont certains membres contestent la validité doctrinale de Nostra Aetate.

De son côté, le cardinal Kurt Koch, président du Conseil pontifical pour la promotion de l'unité des chrétiens, avait affirmé devant la presse, le 16 mai dernier en marge d'une conférence à l'université pontificale Angelicum, que Nostra Aetate, de même que tous les textes du magistère, était « contraignante » pour un catholique.

« Nous ne pouvons pas être catholiques sans accepter l'intégralité du magistère de l'Église après Vatican II »,

avait-il affirmé.

« Nostra Aetate est l'une des grandes déclarations de ce concile, qui engage chaque catholique. Toutes les décisions doctrinales du Magistère lient les fidèles. Nul, qu'il soit de droite ou de gauche, ne peut choisir ce qu'il prend ou ce qu'il laisse, subjectivement, dans l'interprétation authentique du magistère. »

 

Source : LaCroix.com, 22 mai 2012.