Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Médias
Désinformation

Résister à la nouvelle offensive contre la liberté d'opinion, Ivan Rioufol
30/05/2012

 

Sur le Blog de l'auteur, relayé par LeFigaro.fr, le 28 mai 2012

 

La victoire de la gauche est aussi celle de la pensée récitée, qui refuse d'admettre des évidences et dénonce ceux qui ne respectent pas ses interdits. Cette insulte à la liberté d'expression, à l'esprit critique et au débat d'idées fait son grand retour, en prenant à nouveau pour cible Eric Zemmour. Mon confrère est accusé par le  Mrap et SOS Racisme d'avoir tenu, mercredi sur RTL à propos de Christiane Taubira, ministre de la Justice, une chronique « haineuse », « raciste », « misogyne ».  Le Mrap en appelle « au Conseil supérieur de l'audiovisuel pour que sa mission s'exerce contre une radio qui donne un tel espace  à la haine raciste et misogyne ». SOS Racisme dénonce « une haine quotidienne obligeamment permise par la sollicitude de RTL à l'endroit de ce personnage ». Bref, les deux censeurs exigent de la radio qu'elle fasse taire  le journaliste. Ce lundi matin, RTL a donné à Zemmour l'occasion de se défendre contre ce qu'il appelle « les Torquemadas du café du Commerce » et les « professionnels de l'indignation tarifée ». L'information de l'Express.fr selon laquelle sa chronique ne serait pas reconduite dans la nouvelle grille de septembre, destinée à renforcer l'audience de la matinale, n'a été commentée ni par l'intéressé ni par son employeur.

La faute de Zemmour est de s'en être pris, avec Christiane Taubira, à une icône métissée du politiquement correct. Elle est l'auteur d'une loi faisant de la traite négrière occidentale un crime contre l'humanité, sans mentionner les autres pratiques esclavagistes, parfois encore en vigueur dans certains pays musulmans. Son premier geste de ministre de la Justice a été de montrer sa proximité avec les détenus plutôt qu'avec les victimes, en assistant à un match de basket entre prisonniers et personnel pénitentiaire (au cours duquel un condamné s'est évadé). Ses premières décisions ont été d'abonder dans l'angélisme en annonçant la suppression des tribunaux correctionnels pour mineurs récidivistes de plus de 16 ans et les peines planchers. Elle entend également relancer la législation pénale sur le harcèlement sexuel, annulée par le Conseil constitutionnel pour défaut de définition précise. Pour avoir critiqué, avec ses mots, ce profil – en effet contestable s'agissant d'un Garde des Sceaux présumé soucieux d'équilibre –, Zemmour voit à nouveau sa tête mise à prix.  S'il est accusé de racisme, c'est parce que Mme Taubira a la peau noire.

Cet acharnement, cette intolérance et cette bêtise des « antiracistes », qui sont les premiers à rappeler les origines et les couleurs de peau, est insupportable. Elle l'est d'autant plus que ces mêmes moralistes ne veulent rien voir de l'antisémitisme, du racisme anti-blancs et de l'islamisme radical qui prospèrent dans les cités. Cet aveuglement volontaire s'ajoute à celui des médias moutonniers qui n'ont pas voulu s'attarder sur les images des drapeaux étrangers flottant le 6 mai place de la Bastille ni sur les votes musulmans quasi-unanimement en faveur de la gauche. Vouloir analyser ces deux derniers faits autrement qu'en les sous-estimant ou en les justifiant vaut accusations d'islamophobie et de populisme. Voilà où en est la régression intellectuelle, encouragée par la victoire de Hollande. Si rien n'est fait pour résister à cette tyrannie des minorités, en dénonçant la pensée totalitaire qui habite ces associations subventionnées (Mrap,  SOS Racisme, Indivisibles, etc.), c'est la liberté d'opinion et le pluralisme des idées qui regagneront les caves dont ils tentaient de s'extraire ces dernières années.

A la France libre de se mobiliser.

 

© Ivan Rioufol