Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Culture

La culture de Charles Enderlin n'est pas plus fiable que son reportage sur Al-Dura
21/06/2012

 

Je ne reviendrai pas sur les lacunes criantes de l'affaire Al-Dura, et sur les dégâts, en termes d'image, qu'ont causés à l'Etat d'Israël les accusations du journaliste franco-israélien. Je savais à quoi m'en tenir sur son parti-pris pro-palestinien, et je le savais peu fiable sur le plan journalistique. Ce que j'ignorais jusqu'ici, c'est qu'il ne l'était pas davantage sur le plan de la culture. Jugez-en.

Samedi 14 juin, 13 h : le Journal Télévisé de France 24 diffuse un bref reportage de Charles Enderlin sur la situation politique en Egypte. Après quelques banalités journalistiques, le correspondant-vedette de France Télévision au Proche-Orient nous gratifie de la perle littéraire suivante, digne de figurer dans le Guiness Book des records :

« …le peuple égyptien doit choisir entre Charybde et Scylla… »

J'ai mis en rouge le verbe, qui trahit l'erreur. En effet, nul besoin d'être académicien ou diplômé d'une grande école pour savoir qu'on ne choisit pas entre Charybde et Scylla, mais qu'on tombe de Charybde en Scylla.

A l'évidence, « l'illustre » journaliste a confondu avec l'expression bien connue « choisir entre la peste et le choléra », qui illustre l'impasse dans laquelle se trouve quiconque n'a le choix qu'entre deux situations aussi catastrophiques l'une que l'autre.

Charybde et Scylla sont deux monstres de la mythologie grecque, que dut affronter le célèbre Ulysse. Vu son âge, Charles Enderlin a certainement lu ce récit, qui figurait au curriculum des études primaires françaises, à l'époque où il usait ses culottes sur les bancs de l'école: il ne devrait donc pas ignorer le sens de l'expression. Et à supposer même qu'il en ait tout oublié, Google est là pour les nuls… Il suffisait à Charles de taper dans le moteur de recherche de Google les mots Charybde et Scylla pour que ce remarquable outil informatique vienne au secours de son ignorance en lui indiquant ce lien : http://fr.wikipedia.org/wiki/Charybde_et_Scylla.

A défaut d'avoir le sens des responsabilités en matière d'opinion publique (Affaire Al-Dura), le journaliste adulé par la gauche anti-israélienne, et décoré par l'Etat français, aurait pu songer aux dégâts que ce morceau d'inculture est susceptible de causer au grand public, dont un maximum de jeunes, plus prompts, comme on le sait, à retenir les impérities de langage qui leur entrent dans les oreilles par voie médiatique, que la forme canonique de la langue de culture qu'est le français, quand il n'est pas abandonné à l'arbitraire de journalistes aussi ignorants qu'arrogants.


© Menahem Macina