Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Antisionisme

Où est la flottille pour la Syrie ? – Par Ron Prosor
05/09/2012


 

Article repris du site JSS, 5 septembre 2012


Le mois dernier, un groupe de Scandinaves a levé les amarres d'un port suédois pour naviguer vers le Moyen-Orient, sous prétexte de l'aide humanitaire. Le brouillard nordique a probablement obscurci leur choix de destination. La boussole morale de ces autoproclamés « humanitaires » s'est dirigé vers Gaza et non la Syrie.

 

Massacre syrien

Les flottes des flottilles, ferries, yachts, voiliers et catamarans, et même des canoës et qui ont mis les voiles pour Gaza ces dernières années, sont des rivaux de taille face à l'Armada espagnole. Pourtant, on pourrait soutenir que les flottilles humanitaires sont nécessaires pour la Syrie, où plus de civils ont été assassinés par le régime d'Assad qu'il n'y a eu de personnes tuées lors du tremblement de terre en 2011 au Japon, de mort lors pendant l'Ouragan Katrina et des victimes lors du 11 septembre (le tout confondu !).

Le conflit en Syrie est également 4 fois plus meurtrier en 20 fois qu'il ne n'a été au cours des 20 dernières années dans le conflit israélo-palestinien. Les habitants de Gaza continuent à bénéficier d'une assistance internationale plus importante que n'importe quelle autre population de la planète, mais presque aucune aide n'atteint les deux millions de personnes déplacées de Syrie, soit environ 10 % de la population du pays.

La foule des flottilles a des priorités différentes. Ils préfèrent travailler pour protester contre la légitime défense d'Israël contre les terroristes qui ciblent ses citoyens avec des roquettes. Peut-être que nous ne devrions pas être surpris : il est beaucoup plus facile de faire face aux caméras de télévision à Tel-Aviv qu'aux balles à Damas.

En effet, Israël est la destination de luxe de choix pour ce type de « droits de l'hommiste ». En Israël, ces révolutionnaires du week-end sont libres face au danger des arrestations, de la détention arbitraire et des exécutions. Au lieu d'essayer de creuser l'abîme des abus dans les États voisins, ils préfèrent se prélasser dans le confort des institutions démocratiques d'Israël, de la société civile et des médias indépendants, qui offrent une mine d'informations facilement accessibles qu'ils utilisent pour attaquer Israël.

Le fardeau de la démocratie est toujours lourd, et Israël est fier de le porter. Avec plus de journalistes et de militants des droits de l'homme par habitant que n'importe où ailleurs sur la planète, nous comprenons profondément le rôle inestimable de la société civile, même si ses institutions peuvent parfois être utilisées et abusées par ceux qui ont un ordre du jour plus radical.

Aujourd'hui, une grande partie de la communauté internationale ressemble à un bal masqué, où les points de vue les plus extrêmes peuvent être facilement masqués sous l'énoncé vide de mots comme «démocratie» et «droits de l'homme ».

L'érudit norvégien Johan Galtung, qui dirige l'opération de l'envoi du navire scandinave vers Gaza, a été récemment suspendu de l'Académie mondiale de la paix en Suisse pour une série de diatribes antisémites. Il a recommandé que tous les étudiants d'universités lisent « Les Protocoles des Sages de Sion », l'infâme faux antisémite du 19e siècle.

 

Par Ron Prosor – JSSNews

L'auteur est Ambassadeur d'Israël à l'ONU