Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Christianisme

Benoît XVI s'oppose au mariage gay, Jean-Marie Guénois
22/09/2012

 

 

Sur le site du Figaro, 21 septembre 2012

 

En recevant vendredi un groupe d'évêques français, le Pape les a encouragés à « relever le défi » posé par le projet de loi sur le mariage homosexuel en France, qu'il n'a toutefois pas nommé.

C'est presque sans précédent. Même en Espagne, où le mariage gay a été adoptéBenoît XVI n'était pas allé aussi loin. Mais, en recevant un groupe d'évêques français, vendredi, à Castel Gandolfo, le Pape s'est invité dans le débat en cours sur le mariage homosexuel sans pour autant prononcer ce mot.

Première remarque: le Pape considère, sur le fond, que la famille en France est « menacée » par «une conception de la nature humaine qui se révèle défectueuse ». Benoît XVI s'oppose ici à la théorie du « genre ». Elle place la différence sexuelle au rang de la culture et non plus de la nature. Or l'Église catholique soutient que la forme des corps de l'homme et de la femme, donnée biologique objective, ne peut être une simple invention de l'esprit.

La deuxième remarque du Pape porte sur les conséquences sociales d'une telle loi. Le Souverain Pontife estime que «le mariage et la famille» doivent être « garantis » de « toute équivoque possible quant à leur vérité ». Sans quoi, prévient-il, « tout dommage qui leur est causé constitue de fait une blessure pour la convivialité humaine comme telle ». L'Église s'inquiète ici de la durabilité [lire : pérennité] d'une société indifférenciée qui aurait gommé tout repère. Elle insiste par exemple sur les conséquences de l'adoption d'enfants par des couples homosexuels. Non pas pour ces couples mais « pour les enfants eux-mêmes », comme l'a souligné, mardi, le cardinal Vingt-Trois à la sortie de son entretien avec Christiane Taubira, ministre de la Justice.


Des évêques craignent d'être rétrogrades

La troisième remarque papale touche [lire : a trait à ] l'action politique et [à] l'épiscopat français. Benoît XVI encourage directement les évêques à « relever le défi » posé par ce projet de loi en rappelant que « défendre la vie et la famille dans la société n'est en rien rétrograde mais plutôt prophétique ». Les mots sont choisis: beaucoup d'évêques de sensibilité progressiste se recommandent du « prophétisme » mais se montrent muets sur ce dossier par peur d'apparaître... rétrogrades ! Le Pape demande donc à l'épiscopat de faire preuve de « courage » et d'« audace ».

Ce discours, préparé longtemps à l'avance, aborde d'autres questions plus internes à l'Église de France. Il est le premier d'une série de trois qui seront prononcés à l'adresse des évêques français pendant les visites ad limina où le Pape reçoit, en continu, pays après pays, tous les évêques du monde.

Cette déclaration arrive au lendemain d'un discours du Premier ministre, Jean-Marc Ayrault, lors des journées parlementaires socialistes de Dijon.

« Après la dépénalisation de l'homosexualité en 1981 avec François Mitterrand, le pacs voté grâce à Lionel Jospin »,

le Premier ministre a assuré que le gouvernement fera voter

« au premier semestre 2013 le mariage pour tous et l'adoption par les couples homoparentaux ».

Ajoutant:

« La France est une république laïque qui garantit la liberté de conscience et le libre exercice des cultes, qui respecte les convictions religieuses et philosophiques, mais aucune ne peut s'imposer à tous. Le mode de vie des Français ne peut être soumis à aucune spiritualité. Une nouvelle étape pour l'égalité est engagée. »

Le projet gouvernemental doit être présenté en Conseil des ministres le 31 octobre.


© Jean-Marie Guénois et La Croix

 

LIRE AUSSI:

» Les religions résistent au mariage gay

» Mgr Barbarin: «Il ne faut pas dénaturer le mariage»