Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Antisionisme

Imre Kertész fustige les Juifs européens qui dénigrent Israël
29/09/2012

Sur le Blog Philosémitisme, 28 septembre 2012

 

"Pourquoi déteste-t-on encore plus les juifs depuis Auschwitz? A cause d'Auschwitz." (Imre Kertész, Journal de Galère)

Bruno Corty dans Le Figaro consacre un article au dernier ouvrage du prix Nobel de littérature hongrois Imre Kertész [photo].  Extraits:

« Dans son Journal, le Prix Nobel hongrois affronte la maladie et l'hostilité de ses compatriotes. L'ouvrage s'appelle Sauvegarde. [...] À la date du 11 septembre 2001, il écrit: «Toute relation humaine est illusoire.» Le journal ne comporte pas d'entrée le 12. Le 2 octobre, son opinion est faite: «Auschwitz continue, partout, en tout. New York = Auschwitz. Comment ne pas le voir? ».   

Plus loin, l'auteur de L'Holocauste comme culture fustige les Juifs d'Europe qui s'en prennent à Israël et ne voient pas que leur extermination est, selon lui, toujours à l'ordre du jour. Le 10 octobre 2002, le prix Nobel lui est décerné. Passé la stupeur, les réactions hostiles dans son pays lui donnent la nausée. Kertész apprend que des lycéens hongrois ont brûlé des exemplaires de son chef-d'œuvre Être sans destin. Sa réaction est vive: « Rompre définitivement avec la Hongrie: c'est une question d'hygiène mentale. »

Il ne faudrait pas en déduire que tout est sombre et déprimant dans ces pages. Mais comme un homme dont la vie s'est arrêtée à quinze ans à Auschwitz, que la dictature communiste a ensuite privé de parole des décennies durant et qui voit partout l'antisémitisme reprendre des forces pourrait-il ne pas être pessimiste?

Autoportrait sans concession d'un homme entré dans l'hiver de sa vie, portrait impitoyable d'un monde décevant, ce livre est comme une blessure à vif qui s'achève en 2003 de manière poétique: « Cet été, le soleil est comme un message de l'enfer.» (1).

 

En effet comment ne pas être effondré quand le Musée Juif de Berlin invite Judith Butler, une Juive américaine, qui défend le Hamas, le Hezbollah et le boycott d'Israël (Le Musée Juif de Berlin ou plutôt le 'Musée Anti-Juif de Berlin'?). Comment ne pas être effondré quand on constate que le CCLJ, qui reçoit des subsides de la Fondation belge de la Shoah, qui gère l'argent des victimes de la Shoah, ne cesse de critiquer Israël et nomme Mensch de l'année le rabbin David Meyer qui prône un Etat binational en ces termes dénigrants : 

« L'état binational, de par sa nature, ne serait-il pas alors l'une des grandes chances du Judaïsme de demain? Oui, une chance et non pas une crainte! Car une telle réalité, ne diminuerait en rien le lien du peuple juif à sa terre historique, et rendrait difficile les dérives idolâtres et fanatiques si catastrophiques aujourd'hui. »

 

-----------------------

 (1) Le précédent, Journal de galère, paru en 2010, couvrait les années 1961-1991. Sauvegarde, Journal 2001-2003, d'Imre Kertész, traduit du hongrois par Natalia Zaremba-Huzsvai et Charles Zaremba, Actes Sud, 224 p., 19,80 €.

-----------------------


Femmes et enfants juifs hongrois arrivent au camp d'extermination
d'Auschwitz-Birkenau le 26 mai 1944 pour y être gazés