Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Hamas

«Le Hamas : un mouvement islamiste apocalyptique» (II), par Paul Landau
24/11/2012

 

Article repris du Blog de l'auteur, 24/11/2012

 

Pourquoi le Hamas fête sa "victoire" à Gaza...

 

Hamas, gaza, Israël

Il est difficile de comprendre comment le Hamas peut célébrer sa "victoire" à Gaza, après les coups terribles que lui a portés Israël au cours de l'Opération Colonne de Nuée... Pour le comprendre, il faut abandonner notre manière de penser et nos critères de jugement occidentaux et tenter de regarder la situation à travers la vision du monde islamiste apocalyptique du mouvement islamiste palestinien. Deuxième et dernière partie de mon article sur le "Hamas, un mouvement islamiste apocalyptique". Paul Landau

La dimension eschatologique du mouvement islamiste sunnite

Mais l'eschatologie est tout autant présente dans l'islam sunnite, et elle joue un rôle central dans le développement des mouvements islamistes sunnites. Toutes les composantes de la mouvance islamiste contemporaine, depuis les Frères musulmans jusqu'au Hamas et à la nébuleuse Al-Qaida, partagent en effet l'espoir de voir le Califat islamique reconstitué et considèrent le "renouveau de l'islam" comme le signe manifeste de la véracité des prophéties concernant la victoire finale de l'islam et sa propagation dans le monde entier.

On peut citer à titre d'exemple cette fatwa du cheikh Qaradawi, idéologue important du mouvement islamiste et organisateur de l'islam européen  :

On posa au prophète Mahomet la question suivante : « Quelle ville sera conquise en premier, Constantinople ou Romiyya? » Il répondit : « La ville d'Héraklès sera conquise en premier », c'est-à-dire Constantinople [...] Romiyya est aujourd'hui la ville appelée "Rome", capitale italienne. La ville d'Héraklès fut conquise en 1453 par Mohammed Ben Morad, jeune Ottoman de 23 ans connu sous le nom de Mohammed le Conquérant. L'autre ville, Romiyya, reste à conquérir, et nous espérons et croyons qu'elle le sera.

Cela signifie que l'islam retournera en Europe en conquérant et en vainqueur, après en avoir été expulsé deux fois : une fois d'Andalousie, au Sud, l'autre fois à l'Est, après qu'il eut frappé aux portes d'Athènes...

Hamas, gaza, Israël

Il est facile bien entendu d'écarter du revers de la main cette prophétie relative à la conquête de Rome, en la considérant comme n'étant pas plus digne de foi que celles de Nostradamus. Mais cela serait une grave erreur d'appréciation. L'essentiel n'est pas en effet d'apporter foi aux prophéties de Mohammed, rapportées dans les Hadith, mais de prendre conscience de l'importance que les Musulmans eux-mêmes leur accordent.

Ce sont en effet les croyances des acteurs des mouvements islamistes qui permettent de comprendre leurs motivations et leurs aspirations : l'organisation des Frères musulmans est ainsi persuadée - depuis sa création en 1928 - qu'elle incarne le renouveau de l'islam, et que son rôle est de faire flotter l'étendard de l'islam sur les cinq continents. Présenter les Frères musulmans comme l'incarnation d'un "islamisme modéré" revient donc à faire mentir les convictions les plus ancrées de leurs membres...

 

La Charte du Hamas, un document à forte connotation apocalyptique

La même erreur de perspective se retrouve dans l'analyse des objectifs du Hamas, que l'on présente régulièrement comme étant en voie de "modération" et sur le point de reconnaître le droit à l'existence d'Israël. Un des passages clés de la Charte du Hamas, qui éclaire la vision du monde du mouvement islamiste palestinien, est le Hadith cité dans l'article 7 :

L'Heure ne viendra pas avant que les Musulmans ne combattent les Juifs et les tuent ; jusqu'à ce que les Juifs se cachent derrière des rochers et des arbres, et ceux-ci appelleront : Ô Musulman, il y a un Juif qui se cache derrière moi, viens et tue-le !

Ce Hadith, cité sur d'innombrables sites Internet musulmans, signifie que le "combat contre les juifs" constitue pour le Hamas un impératif non seulement politique, mais eschatologique. L'affrontement avec les Juifs n'est pas seulement le moyen de récupérer la terre de Palestine, qui constitue un Waqf musulman inaliénable, mais il est la condition sine qua non à la venue de la Fin des temps.

Les observateurs occidentaux, souvent ignorants de la vision du monde islamiste en général, et de leurs croyances eschatologiques en particulier, sont enclins à croire que l'islamisme n'est qu'un extrémisme de façade, et qu'il suffit qu'il soit confronté au pouvoir pour qu'il devienne plus "réaliste" et pragmatique... Un exemple récent de cette erreur d'appréciation nous a été fourni par l'interprétation abusive donnée d'une interview du chef du bureau politique du Hamas, Khaled Mashal. Il aura suffi que le dirigeant du Hamas prononce quelques mots soigneusement calculés, dans une interview à l'agence Reuters, pour que les médias du monde entier se mettent à en tirer des conclusions hâtives et abusives, sur la "reconnaissance d'Israël par le Hamas".

Une analyse succincte de l'idéologie et des principes qui guident l'action du mouvement islamiste palestinien montre cependant qu'il ne saurait être question pour le Hamas de reconnaître le droit d'Israël sur la terre comprise entre la Méditerranée et le Jourdain, ni de renoncer à la lutte armée. Au-delà des discours destinés aux oreilles occidentales - toujours à l'affût de signes d'une "évolution" et d'un "assouplissement" du Hamas – celui-ci reste fidèle à sa raison d'être et à son idéologie, qui est exprimée dans sa Charte.

Un antisémitisme apocalyptique et rédempteur

Le Hamas demeure un mouvement islamiste radical, dont l'idéologie exprime une vision du monde marquée par les thèmes de l'eschatologie musulmane, dans lesquels les Juifs occupent une place centrale. Sa vision apocalyptique de l'affrontement ultime avec Israël exclut toute possibilité de coexistence ou de modération, et elle est identique à celle des mouvements djihadistes les plus radicaux.

Loin d'être un épiphénomène, l'antisémitisme du Hamas constitue le coeur de sa doctrine politico-religieuse. La haine des Juifs exprimée dans la Charte du Hamas et véhiculée dans les discours de ses dirigeants n'est pas un simple antijudaïsme religieux ou un antisémitisme importé d'origine européenne : il s'agit d'un antisémitisme apocalyptique et rédempteur, pour reprendre la qualification de Pierre-André Taguieff qui compare la judéophobie islamiste radicale - pour laquelle « le monde musulman ne peut être sauvé que par l'extermination des Juifs » - à l'antisémitisme raciste hitlérien.

Il est troublant de voir que l'Occident, loin de condamner le discours apocalyptique du Hamas, l'encourage, comme le faisait remarquer récemment le professeur Richard Landes. Cette attitude s'explique sans doute par le fait que la conviction exprimée par les dirigeants du Hamas, de la disparition prochaine d'Israël, est partagée par certains diplomates et dirigeants européens.


Paul Landau