Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Antisionisme

Union européenne : L'empire des derniers jours, par S.Trigano
21/12/2012


Repris du site de JForum, jeudi 20 décembre 2012

Il y a dans la récente attribution du Prix Nobel de la Paix à l'Union Européenne quelque chose de comique autant que de pathétique.

On ne fait pas mieux en effet dans l'autocélébration.

En somme, l'Europe se décerne à elle-même un satisfecit pour la paix universelle qu'elle se targue de représenter dans le monde, au point de ne pas hésiter à recourir aux armes pour l'instaurer.

Le cas libyen fut le plus exemplaire. Hier l'Afghanistan, demain la Syrie, après-demain Israël ?

C'est « la paix » façon Europe, comme on le vit avec le précédent prix Nobel de la paix, Barack Obama, qui au lendemain de sa célébration accentuait la guerre en Afghanistan.

« La paix, c'est la guerre », en somme, comme dirait Orwell dans 1984.

Peu d'esprits ont pris la mesure de ce qu'est devenue l'Europe.

A commencer par les juifs qui invoquent toujours la République et qui ne se sont pas rendu compte qu'ils ne vivaient plus en France mais dans une nouvelle entité politique et culturelle que l'on ne sait pas encore qualifier et définir, tant elle a un côté inédit et pour ainsi dire monstrueux sur le plan politique.

Ce conglomérat d'Etats qui ne sont plus des Etats parce qu'ils sont coiffés par une Commission européenne, en fait un pouvoir technocratique, et que leurs citoyens peuvent attaquer devant la Cour européenne des droits de l'homme, a tout l'air d'un empire, sauf qu'il n'y a pas d'empereur.

On ne sait pas encore où passera la frontière de cet entassement de cultures et de langues qui ne s'entendent pas les unes les autres, et qui pourrait s'ajouter encore de nombreux autres Etats en Europe de l'est ou au sud de la Méditerranée.

Où cessera le territoire européen ? Aux frontières de l'Iran ? Au sud du Sahara occidental annexé par le Maroc ?

Inquiétante puissance, a fortiori, quand elle se dénie la puissance et s'imagine régenter le (Vieux) monde au nom de la morale des droits de l'homme qu'elle croit incarner avec une si bonne conscience.

Inquiétante puissance qui, lorsqu'elle s'affirme politiquement, se suicide métaphysiquement en récusant ses propres racines « judéo-chrétiennes ».

Inquiétante puissance qui, pour exister, brise les peuples qui la constituent, par l'économie (l'euro générateur de crise), ou par le multiculturalisme qui marginalise cultures et identités.

Un empire de paix ?

Demain les guerres identitaires vont s'y multiplier parce que les Etats ne pourront plus défendre les droits du citoyen.

Au nom des « droits de l'homme »…

Cet empire a maille à partir avec Israël, et plus largement avec les juifs.

Il incarne la principale source d'hostilité envers Israël et le sionisme, en dehors du monde arabo-islamique.

On peut à ce propos forger le mot d'israélo-phobie.

La promotion des Palestiniens sous couvert de « paix au Moyen-Orient » est, pour l'UE, une cause centrale et vitale, quitte à condamner à long terme la renaissance du peuple juif à la déréliction, puis à la destruction, 70 ans après la Shoah.

C'est que l'Empire a avec le monde arabe un pacte qui repose sur une série d'accords (dont l'Union Euro-méditerranéenne est l'utopie), depuis le chantage au pétrole d'après la guerre de Kippour.

C'est en vertu de ce cadre que l'immigration et sa non-assimilation ont pris une importance aussi grande et, avec elles, toutes les tensions originelles de l'univers arabo-islamique et la haine ambiante d'Israël.

N'est-ce pas aussi pour faire place à l'islam – devenu ainsi une religion sacro-sainte dans l'empire – qu'elle a dénié son rapport avec ses origines ?

C'était la raison invoquée.

Les conséquences, tout le monde les connaît.

La condition juive s'en est retrouvée ébranlée – notamment en France, le seul pays européen où des juifs sont tués parce qu'ils sont juifs. C'est que les juifs ne vivent plus en France mais en Union européenne.

Cette inimitié ambiante, aussi profonde, aussi métaphysique, est profondément perverse parce qu'elle s'accompagne d'une mémoire compassionnelle de la Shoah, profondément troublante car elle assigne au juif la condition de victime pour l'éternité en le vouant au sacrifice perpétuel.

C'est en effet au nom de la légitimation que lui procure cette mémoire que l'Union européenne mène cette politique agressive envers Israël, car elle s'est totalement identifiée à la cause palestinienne dont elle porte à bout de bras financièrement et politiquement les entreprises, comme si elle retrouvait en elle l'écho archaïque de la théologie de la substitution.

Très significative est l'exigence qu'Israël, face au terrorisme, n'exerce pas son droit à la légitime défense, c'est-à-dire s'expose passivement aux coups que ses ennemis lui assènent et dont le revers est un silence accablant face au bellicisme palestinien.

Ce qu'il y a de fascinant dans cette situation, c'est que le peuple juif se retrouve dans une situation classique de l'Antiquité, coincé entre deux empires : l'Union européenne à l'Occident et la marche à l'impérialisme de l'Iran, autrefois la Perse, à l'Orient.

Certes, deux autres ambitions impériales ont maille à partir avec lui : le rêve turc d'une résurgence de l'empire ottoman au nord (dans l'Antiquité il s'agissait des Hittites), et l'empire déclinant du sud, l'Egypte.

A croire qu'il y a une géostratégie inhérente aux peuples.

Mais si l'on suit ce modèle historique, nous devons nous attendre aussi à la résurgence de la prophétie en Israël.

Elle s'est toujours manifestée face à l'empire et en un temps où il y a un souverain en Israël.

 

© Shmuel Trigano

 

*A partir d'une tribune parue dans Actualité Juive du 20 décembre 2012.

 

TAGS : UE Europe Israélophobie Antisémitisme Prix Nobel de la Paix

Substitution Shoah Palestinisme Empire Histoire Hittites Terrorisme

George Orwell 1984 Shmuel Trigano