Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël Politique extérieure

« Plus on l'opprimait, plus il se renforçait… » Par Shraga A. Blum
03/01/2013

 

 

A la lumière des sondages qui se suivent, trois semaines avant les élections, comment ne pas penser à ce célèbre verset que les juifs du monde entier liront dans la Torah, ce Shabbat « Chemot » : plus les Egyptiens opprimaient les Enfants d'Israël, plus ces derniers se multipliaient.

 

Depuis l'entrée en lice de Naftali Benett et sa montée progressive dans les intentions de vote, rarement un candidat et son parti n'auront autant été la cible conjointe des médias et de toutes les autres formations sans exception. C'est « haro sur le Benett » ! Une véritable… union nationale contre « Habayit hayehoudi », qui se dessine de plus en plus comme la grande révélation de ces élections, ravissant la vedette au superficiel Yaïr Lapid, qui pousse l'inconsistance politique jusqu'à des niveaux inégalés. Et pourtant, les multiples tentatives de juguler cette montée en puissance ont eu l'effet d'un boomerang, et ainsi, le dernier sondage attribue jusqu'à 18 sièges à « Habayit Hayehoudi » alors que le Likoud vient d'entamer une nouvelle campagne agressive contre ce parti, cette fois-ci sur fond de « discrimination des femmes » !

 

Depuis des années, le public que représente « Habayit Hayehoudi » s'estime sous-représenté, malmené par les médias et parfois lamentablement trahi par un Likoud qui puise pourtant ses voix dans son électorat. Alors qu'elle est constituée de gens normatifs, sionistes, aux valeurs saines, qui travaillent et sont solidaires de l'effort national dans tous les domaines, cette population est souvent décrite par la gauche et les médias comme parasite, violente, va-t-en-guerre, dangereuse pour l'Etat d'Israël et responsable de l'hostilité que nous vouent le monde arabe ou la communauté internationale. L'expression « mitnah'alim » dans la bouche ou sous la plume de nombreux journalistes contient à elle seule tout le mépris qu'ils ressentent pour des gens à la cheville desquels ils n'arrivent pas.

 

Pour mesurer la haine irrationnelle dont est l'objet cette population de pionniers, il fallait lire, jeudi matin, un article nauséabond d'Ari Shavit, dans « Haaretz », sous le titre « La nouvelle conquête ». Shavit y indique pour commencer « que l'ancienne conquête, celle de la Palestine, est désormais acquise, et que ses tenants ont réussi à peupler de manière irréversible la Judée et la Samarie ». Mais pour le journaliste « à cette ancienne entreprise de conquête vient s'en rajouter une nouvelle, celle du reste du pays, non pas par les armes, mais par les urnes, en tentant désormais de vider l'Etat d'Israël de son contenu, de prendre le contrôle de tous les rouages de l'Etat et empêcher définitivement la création d'un Etat palestinien ». Shavit accuse nommément « les habitants juifs de Judée-Samarie, qui ont noyauté le Likoud et ont créé à côté un parti sioniste-religieux de plus en plus fort ».

 

De tels propos envers des juifs dans un autre pays auraient immédiatement entraîné des réactions offusquées au motif d'antisémitisme.

 

Ari Shavit tombe également dans une comparaison qui achève de le déshonorer : « La faiblesse de la république israélienne fait que les juifs de Judée-Samarie ont réussi à faire à Jérusalem, en 2013, ce que les colons français d'Algérie n'avaient pas su faire à Paris en 1960 : conquérir la capitale et faire de la métropole un Etat vassal de la province colonisée » !

 

A la fin de sa logorrhée, Shavit annonce « que tout espoir n'est pas perdu, qu'un mouvement de libération se lèvera un jour en Israël contre cette population (sic) et terrassera cette conquête… ». C'est presque un appel aux armes !

 

Ce déversement de haine n'arrêtera cependant pas l'entrée en nombre à la Knesset de députés sionistes-religieux, qui s'ajouteront à ceux d' « Otsma Le-Israël » ainsi qu'à ceux du Likoud, même si aujourd'hui ces deux derniers se plaisent à les combattre pour de vulgaires raisons électorales. Le parlement israélien a plus que besoin de ces nouvelles forces pour rabattre le caquet des arrogants députés arabes protégés par la Cour Suprême.

Le temps est venu, pour l'électorat, de rendre justice à ce segment important de la population, et de voir arriver à la Knesset des sionistes décomplexés, amoureux du peuple, de la terre et de la tradition d'Israël, des personnalités dont la grandeur n'a d'égal que le mépris que lui vouent tous ceux qui ont abdiqué et qui voient en eux la marque de leur propre échec.

 

© Shraga A. Blum