Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Non attribué

Tragique disparition d'un jeune génie du Web, Aaron Swartz
16/01/2013

I. En hommage à Aaron Swartz, en route vers le paradis des geeks

 

Article Repris du site Rue 89, 16 janvier 2013

De toutes les informations d'un week-end chargé, du ciel malien au pavé parisien, celle qui m'a le plus ému est venue d'Amérique : le suicide d'un jeune homme de 26 ans, Aaron Swartz, petit génie du Web et homme engagé.

Je ne le connaissais pas personnellement, et son nom m'était vaguement familier. Et pourtant, tout ce que je lis depuis l'annonce de sa disparition me donne le sentiment d'une perte énorme, presque intime. Pourtant largement passée inaperçue en France.

Sans vouloir entrer dans les raisons d'un suicide à 26 ans, il y a dans son parcours, et dans son désespoir, une partie des interrogations de notre époque de profonds bouleversements, notamment suscités par les changements technologiques.

Aaron Swartz, version courte, a participé à l'invention des flux RSS qui ont changé durablement l'usage du web, puis a été cofondateur de Reddit, le site communautaire américain, engagé dans plein de grandes et petites causes, notamment contre le projet de traité international de contrôle d'internet SOPA (Stop online piracy act) qu'il a contribué à faire capoter.

A 14 ans, sac à dos...

Ce qui m'a d'abord frappé, c'est cette photo. Le gamin au sac à dos, à droite, auquel on a envie de donner une pièce pour qu'il aille s'acheter des carambars, c'est lui, à 14 ans, à côté de Lawrence Lessig, déjà une star du web.

L'année précédente, il a gagné un concours du célèbre MIT (Massachussets Institute of Technology), et il participe au moment où est pris ce banal cliché, au développement des flux RSS, ces liens qui permettent d'être informé des mises à jour d'un site ou d'un blog, et qui ont longtemps été, jusqu'à l'émergence des réseaux sociaux, le meilleur moyen d'organiser sa navigation sur le Web.


Larry Lessig et Aaron Swartz, alors âgé de 14 ans (Richard Gibson)


La deuxième photo qui a attiré mon attention est celle qui s'affichait samedi en page d'accueil du Nytimes.com avec l'annonce de la mort d'Aaron Swartz. Prise en 2009 par un photographe du New York Times, Michael Francis McElroy, elle était parfaite, trop parfaite, pour ce « martyr du web », comme beaucoup de ses amis aux Etats-Unis le décrivent.

On l'imagine ici en route vers le paradis des geeks avec son Mac, dans un monde sans interdits et sans juges d'instruction.

 
----------------------------------
 
 

II. Le suicide d'Aaron Swartz, génie de l'internet libre,
fait débat aux États-Unis

 
Aaron Swartz, 26 ans, co-fondateur du réseau social Reddit, s'est donné la mort le 11 janvier 2013. Ce surdoué de l'informatique devait comparaître devant la justice pour vols de fichiers et risquait 35 ans de prison. Des lois informatiques trop sévères ?

 
Photo : rememberaaronsw.com
 

Photo : rememberaaronsw.com


Le monde de l'internet ne cesse de rendre hommage au "hacker extraordinaire" qu'était Aaron Swartz, co-fondateur du réseau social Reddit très en pointe aux États-Unis. Petit "génie de l'informatique", il avait participé à l'âge de 14 ans à l'élaboration du format RSS qui permet de s'abonner à un fil d'articles sur un site.

Car Aaron avait beau être célèbre, il a été retrouvé pendu à son domicile à Brooklyn le 11 janvier 2013 au soir. Ses obsèques ont eu lieu le 15 janvier à Chicago. Il avait 26 ans.

Depuis, ses amis, des internautes et tout le monde de l'internet libre mettent en cause la justice américaine qui poursuivait le jeune informaticien.

 

Il risquait 35 ans de prison et un million de dollars d'amende !


Aaron Swartz devait en effet comparaître le 1er avril 2013 devant un tribunal qui l'accusait d'avoir volé en 2011 des millions d'articles scientifiques et littéraires à un service d'archivage en ligne de publications universitaires et scientifiques, accessible uniquement par abonnement.

Le jeune homme avait téléchargé ces milliers de données en cachant un ordinateur dans un placard du prestigieux Massachusetts Institute of Technology (MIT). Non pour revendre les documents mais pour les mettre en ligne gratuitement, car Aaron Swartz était un militant de l'Internet libre.

Mais la justice américaine ne voulait rien entendre et le jeune homme, qui aller plaider non coupable, risquait jusqu'à 35 ans de prison et un million de dollars d'amende !

 

La justice a-t-elle dépassé les bornes ?


Aujourd'hui la famille et les amis du militant reprochent à la justice et au MIT, à l'origine des poursuites, de prendre une part de responsabilité dans ce suicide.

« La mort de Aaron n'est pas une tragédie personnelle, c'est le fruit d'un système de justice qui a dépassé les bornes. Les décisions prises par la justice du Massachusetts et le MIT ont contribué à sa mort »,

dit la famille sur un site à la mémoire du jeune homme, rememberaaronsw.tumblr.com.

Aux Etats-Unis, ce suicide alimente une remise en cause de la législation contre les crimes informatiques, jugée « draconienne », et des procureurs trop zélés qui l'utilisent.

« Aaron Swartz risquait une peine de prison plus sévère que des tueurs, des trafiquants d'esclaves et des braqueurs de banque »,

dénonce Ian Millhiser, du Center for American Progress Action Fund. Du coup, une pétition en ligne demande la récusation des procureurs en charge de l'affaire, une autre réclame sa « grâce » posthume, et une autre, adressée à la Maison Blanche, demande une modification de la loi de 1986 sur les crimes informatiques.

Changer la loi rendrait hommage à Aaron Swartz, estime Marcia Hofman, de l'Electronic Frontier Foundation. Certains experts en droit estiment toutefois que les autorités se sont contentées d'appliquer la loi.

 

Hacker pour le droit ?


Mais le jeune informaticien souffrait aussi de longue date de dépression, selon ses amis.

« Aujourd'hui, tout le monde se demande si Aaron ne s'est pas tué parce qu'il ne voulait pas aller en prison. Peut-être. Mais Aaron souffrait aussi de dépression depuis de nombreuses années »,

écrit sur Boingboing.net Cory Doctorow, militant de l'Internet et ami du jeune homme.

En 2007, Aaron Swartz avait publiquement évoqué l'idée du suicide, selon le New York Times. Sur son blog, il évoquait ainsi un monde « teinté de tristesse ».

On ne saura donc jamais exactement ce qui a provoqué le geste du jeune homme...

« Aaron est mort. Vagabonds du monde, nous avons perdu un sage. Hackers pour le droit, nous sommes un de moins. Parents, vous avez perdu un enfant. Pleurons », commente Tim Berners-Lee, l'inventeur du web dans un tweet.

 

III. Internet rend hommage au génie de l'informatique,

Aaron Swartz, mort à 26 ans

Article repris du site Le Point, 16 janvier 2013. Source AFP

Le jeune homme a été retrouvé pendu vendredi dernier.

Le jeune homme a été retrouvé pendu vendredi dernier.© Pernille Ironside / AP/Sipa

 

Article repris du site Le Point, 16 janvier 2013. Source AFP

 

Le monde de l'Internet rendait hommage dimanche au « hacker extraordinaire » qu'était Aaron Swartz, le génie informatique et cofondateur du réseau social Reddit, qui s'est suicidé à l'âge de 26 ans, ses proches accusant la justice d'en être en partie responsable. « Adieu à Aaron Swartz, hacker et militant extraordinaire », lançait dimanche sur son site, Internet Electronic Frontier Foundation, qui saluait « un ami et collaborateur » de l'association de défense des droits dans le monde numérique.

Aaron Swartz, cofondateur du réseau social Reddit, très en vogue aux États-Unis et militant pour l'accès libre à Internet, a été retrouvé mort pendu, à son domicile de Brooklyn, vendredi soir. Ses obsèques auront lieu mardi à Chicago.

Ce prodige de l'informatique, qui avait participé à l'élaboration du format RSS à l'âge de 14 ans, devait comparaître le 1er avril devant la justice. Il était accusé d'avoir volé en 2011 des millions d'articles scientifiques et littéraires à JSTOR, un service d'archivage en ligne de publications universitaires et scientifiques, accessible uniquement par abonnement.

Le jeune homme avait téléchargé ces milliers de données en laissant, pendant deux jours, un ordinateur caché dans un placard du prestigieux MIT (Massachusetts Institute of Technology). Il risquait jusqu'à 35 ans de prison et un million de dollars d'amende et plaidait non coupable. À la suite de son arrestation en 2011 à Boston, son organisation de lutte contre la censure Demand Progress avait protesté en disant que ces poursuites « n'avaient pas de sens ». La famille et les amis du militant ont reproché à la justice et au MIT, à l'origine des poursuites, de porter une part de responsabilité dans ce suicide.


« Nous avons perdu un sage »

« La mort de Aaron n'est pas une tragédie personnelle, c'est le fruit d'un système de justice qui a dépassé les bornes. Les décisions prises par la justice du Massachusetts et le MIT ont contribué à sa mort »,

dit la famille dans un communiqué publié sur un site à la mémoire du jeune homme (rememberaaronsw.tumblr.com). Contacté par l'AFP, le bureau du procureur s'est refusé à tout commentaire « par respect pour la famille ». L'inventeur du Web (World Wide Web), Tim Berners-Lee, a indiqué, dans un tweet :

« Aaron est mort. Vagabonds du monde, nous avons perdu un sage. Hackers pour le droit, nous sommes un de moins. Parents, vous avez perdu un enfant. Pleurons. »

Un des amis du jeune homme, Larry Lessing, s'est emporté, sur le site Boingboing.net, contre la justice qui avait accusé Aaron Swartz d'avoir « volé » des biens « valant des millions de dollars ».

« Aaron n'a jamais rien fait dans sa vie pour faire de l'argent, il ne travaillait que pour l'intérêt général, il était brillant, drôle, c'était un gamin génial. »

Il y a deux ans, le FBI avait lancé une enquête contre le jeune informaticien qui avait publié des documents de la Cour fédérale américaine, normalement accessibles contre paiement. En 2008, il fallait payer huit cents par page. En moins de trois semaines, il avait réussi à charger plus de 18 millions de pages d'une valeur estimée à 1,5 million de dollars. Aucune charge n'avait alors été retenue contre le jeune homme.

Mais le jeune informaticien souffrait aussi, de longue date, de dépression, selon ses amis.

« Aujourd'hui, tout le monde se demande si Aaron ne s'est pas tué parce qu'il ne voulait pas aller en prison. Peut-être. Mais Aaron souffrait aussi de dépression depuis de nombreuses années »,

Écrit, sur Boingboing.net, Cory Doctorow, militant de l'Internet et ami du jeune homme, Aaron « en avait parlé publiquement et en parlait avec ses amis ». En 2007, Aaron Swartz avait publiquement évoqué l'idée du suicide, selon le New York Times, qui lui consacrait dimanche une demi-page. Sur son blog, il évoquait ainsi un monde « teinté de tristesse ».

 

© Le Point