Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Israël (Société - mentalités)
Israël (politique intérieure)

Israël: Elections - Le retour du Centre, par Shmuel Trigano
24/01/2013

 
yesh atid

L'avantage de l'âge et de la connaissance de l'histoire des partis politiques israéliens permettent d'avoir une perspective inhabituelle sur les récentes élections.

par Shmuel Trigano

Deux phénomènes marquants les caractérisent:

-l'apparition sur la scène de deux nouveaux partis Yesh Atid (19 sièges) avec Yair Lapid comme leader et Habayit hayehoudi (11 sièges) avec Naftali Benett pour tête de liste (en fait c'est la venue de Benett à la tête de ce parti, déjà existant, qui est la cause de son renouveau).

En arrière-plan de ce phénomène, on prend note bien sûr de l'effondrement spectaculaire de Kadima sous la houlette de Shaoul Mofaz, qui passerait de 28 sièges à deux.

- cette évolution a pour cadre l'affaiblissement du Likoud-Israel Beitenou, un bloc qui passe de 41 à 31 sièges, tout en restant la principale force politique du pays.

C'est ce dernier point qu'il faut d'abord analyser car il est clair que la chute d'influence du Likoud autant que l'effondrement de Kadima ont fourni le réservoir de voix des deux nouveaux partis (originellement Kadima émane d'une scission du Likoud emmenée par Sharon).

Le semi-échec de Natanyahou dans l'opération « Colonne de nuée », la déception profonde de ses électeurs devant ses atermoiements, la tension entre la mobilisation militaire et morale du pays et le renoncement à en finir avec le terrorisme de Gaza annonçaient déjà cette évolution.

Natanyahou ne communique pas. Il est étrangement absent des tribunes et il ne fait pas de doute que son éloignement lui a terriblement nui alors que Yair Lapid, journaliste et homme de communication, a fait le tour du pays pour recueillir les doléances de l'électorat.

De plus, Natanyahou était donné pour vainqueur par les sondages, ce qui a autorisé ses électeurs à manifester leur mécontentement à son égard, en votant pour d'autres partis, sans que pour autant ils ne cessent de voir en lui, semble-t-il, l'homme de la situation.
Il ne faut en effet pas se méprendre Yesh Atid est un parti de centre droit et non de gauche. Ses électeurs peuvent être des transfuges du Likoud qui n'ont pas apprécié la fusion avec Israel Beitenou, trop à droite.

Quant à Bayit hayehoudi, la proximité au Likoud est encore plus grande, mais, contrairement à ce que l'on pense, ce parti est au centre-droit. Il ressuscite de façon étonnante le Parti National Religieux, le Mafdal, qui avait été tout au long de l'histoire un parti charnière entre laïques et religieux et que la naissance du Gouch Emounim avait pulvérisé en déplaçant une grande partie de son électorat à droite toute. Le parti de Benett rassemble aujourd'hui (comme Yesh Atid) laïques et religieux avec cette différence que son engagement sioniste et national est beaucoup plus marqué que pour Yesh Atid.

Le ventre mou du système

Je vois dans le phénomène que représente le surgissement de ces deux partis une étonnante recomposition de partis centristes qui avaient occupé le milieu du spectre politique israélien depuis ses origines et que l'on connaissait bien dans les années 1960-1970. En fait Yesh Atid prend la place du Parti des « Sionistes Généraux » et Bayit hayehoudi celle du Mafdal. Ces deux partis étaient en règle générale de toutes les coalitions, du temps ou le Parti Travailliste était dominant. La naissance du Likoud (né d'une alliance de 2 partis), du temps de Begin, avait modifié la donne et d'une certaine façon aujourd'hui l'érosion du Likoud leur rouvre la voie.

En fait la place des Sionistes Généraux est le ventre mou du système. Depuis 1967, de nombreux partis se sont créés dans ce lieu puis ont disparu aussi vite.

Rappelons nous le Dash de Yigal Yadin, rappelons nous, en 2003, le Shinouy du père de Lapid, rappelons nous Kadima. Aujourd'hui Yesh Atid. On peut faire le pronostic que Yesh Atid disparaîtra aussi d'ici la prochaine Knesset. De fait, ce parti promet le changement (sic) – c'était déjà le cas du du parti de son père Shinouy dont le nom, veut dire « changement »- mais son programme est inexistant, son chef une vedette de la TV. Que 19 voix se soient portées sur un tel parti est en fait très inquiétant et le signe d'une déception des électeurs israéliens. C'est sans doute un vote de protestation. Mais un feu de paille sans lendemain. Entretemps bien sûr, ce parti va jouer un rôle important dans la coalition, mais sa capacité de faire face à des décisions gravissimes pour l'avenir de l'Etat est on ne peut plus incertaine.

Religieux

Le déclin du Shas (11) est aussi significatif car lui aussi avait tenté d'occuper le centre vide du système durant plusieurs années. Nous avons pu remarquer que, durant la campagne, Lapid comme Benett s'adressaient aussi aux électeurs sépharades, sans doute lassés par le parti dont la marque de fabrique était la défense de leurs intérêts. Le Shas a-t-il des chances d'entrer dans la coalition, c'est possible mais comment se comportera-t-il avec un Lapid qui veut annuler tous les privilèges du secteur religieux ? Si Bayit Yehoudi et Yesh Atid entrent en coalition avec Natanyahou, point n'est besoin du Shas. Peut-être même Lapid attirera-t-il Livni. En tel cas la friction avec le Bayit Yehoudi est assurée car Livni et Lapid sont sensibles aux exigences de l'Union européenne et des Etats Unis concernant l'Etat de Palestine. C'est tout autre chose avec Bennett qui est sourcilleux sur le plan de la souveraineté israélienne, du sionisme et pas favorable à la création d'un nouvel Etat entre le Jourdain et la mer.

La politique

Il est d'alleurs étonnant que la question palestinienne et celle de l'Iran, sauf pour ce dernier point chez Natanyahou, n'ont pas été au centre de la campagne si ce n'est pour Livni dont le faible résultat indique le degré d'intérêt public pour la chose. Bien au contraire, la question sociale et celle des religieux ont suscité les débats les plus forts et expliquent la montée de Lapid. Agitéee frénétiquement par le parti Avoda, par Shelly Yachimowitch, elle ne lui a pas profité. Sans doute sa dénonciation du « capitalisme » était-elle trop violente et peu convaincante. Concernant l'enjeu religion-laïcité, les partis qui font office avant tout de laïcité ou de religion sont à égalité : 19 pour Lapid, 18 pour le Shas et les Ultra orthodoxes (Yahadout hatora), si l'on ne compte pas Bayith hayehoudi, plus centriste. Bien que la religion soit pour lui un pilier central, le parti de Naftali Bennett, contrairement aux partis dits « religieux », a des intérêts non sectoriels, couvrant toute la réalité socio-politique.

Sur le plan de la politique étrangère, la présence de Lapid dans la coalition ramènera Natanyahou vers le centre et donc vers la vision des choses européenne et américaine, et ce d'autant plus si Tsipi Livni se joint, via Lapid, au gouvernement, ce qui ne sera pas sans provoquer de tensions avec Bennett. Si Lapid donne le ton à la coalition, les angles seront bien « arrondis » avec Obama.

D'une certaine façon, le mouvement vers le centre de l'électorat israélien témoigne indirectement aussi de son inquiétude devant l'isolement international d'Israël découlant de la politique américaine et européenne en faveur des Palestiniens. N'oublions pas, cependant, que les nouveaux politiciens qui entrent sur scène sont des néophytes. Ils auront fort à faire avec un politicien chevronné comme Natanyahou… Reste que la politique de ce dernier n'est plus très claire.



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/2013/01/israelelections-le-retour-du-centre-par-shmuel-trigano/#ixzz2Iup9pCz2