Debriefing.org
Google
Administration
Accueil
Tous les articles
Imprimer
Envoyer
S’inscrire
Nous contacter

Informations, documents, analysesDebriefing.org
Droits humains, racisme, antisémitisme, etc.
Antisémitisme
Antisémitisme chrétien

Les évêques irlandais complices de l'antisémitisme
30/01/2013

 

Article repris du Blog Philosémitisme, 29 janvier 2013

Voir: En plein scandale de pédophilie, l'Eglise catholique irlandaise soutient un appel au boycott d'Israël, voir le texte scandaleux de Justin Kilcullen, le boss de Trocaire: Gaza strip: An open air prison? et le rapport de NGO Monitor sur Trocaire.

 

Des fanatiques pro-Palestiniens
accusent les Juifs d'avoir tué Jésus

Ruth Dudley Edwards, écrivaine et historienne irlandaise, signe un éditorial dans le Daily Telegraph intitulé: « Les Juifs ont crucifié Notre Seigneur »: l'antisémitisme irlandais et la complicité des évêques catholiques.

Ruth Dudley Edwards raconte la mésaventure arrivée récemment à la journaliste israélienne Sarah Honig, à Cahersiveen, une charmante petite ville du comté de Kerry, et qu'elle décrit dans le Jerusalem Post. Abordée par trois adolescents brandissant de grandes pancartes avec la mention: « Free Palestine » fut invitée à contribuer financièrement à cette cause, la journaliste leur demanda de qui la Palestine devait être libérée. Réponse: « Des Juifs ». « Êtes-vous certains, questionna-t-elle, que l'argent ne servira pas à financer des terroristes et des assassins ? » Et voici la réponse qui laissa Sarah Honig: « Qu'avez-vous donc contre les Palestiniens? Que vous ont-ils fait? Ils n'en veulent qu'aux Juifs [visiblement les garçons croyaient parler à une non-Juive]. Les Juifs sont mauvais. » L'un d'eux eut l'amabilité d'ajouter que les Juifs avaient « crucifié Notre Seigneur ». Sarah Honig interpella le professeur qui les accompagnait. Il expliqua qu'ils manifestaient pendant les heures de cours dans le cadre d'un projet pédagogique « à but humanitaire », visant à inculquer chez les jeunes l'idée de s'engager dans des œuvres caritatives. Quand Mme Honig lui répéta ce que les élèves avaient dit au sujet des Juifs, il approuva de la tête.

Ruth Dudley Edwards rappelle le rôle pernicieux de l'Eglise catholique, notamment par le truchement de son agence officielle de développement à l'étranger, Trocaire (compassion, en gaélique). Cette ONG catholique a été créée en 1973 par les évêques irlandais pour venir en aide aux plus démunis dans les pays en voie de développement. De nos jours, elle très politisée, lance sans relâche des attaques virulentes contre Israël, au prétexte de défendre les Palestiniens.

Le parti-pris anti-israélien flagrant de Trocaire a été dénoncé il y a une semaine dans un article de Richard Humphreys, conseiller municipal socialiste de Dublin et l'une des rares voix dissidentes. Il s'insurge contre le dossier pédagogique destiné aux écoles secondaires, compilé par Trocaire et posté sur son site. Le dossier comprenait un drapeau palestinien en une et consacrait deux pages à relater deux récits palestiniens sur les actes barbares censés avoir été commis par les Israéliens. Pas un mot sur les attaques de roquettes contre Israël, pas un mot sur l'incitation à la haine, pas un mot sur le terrorisme [comme d'hab, dirions-nous, rien que du classique]. Le blocus israélien de Gaza est présenté comme ayant pour but de « punir le Hamas ».

Quand Richard Humphreys eut pris contact avec Trocaire on lui fit savoir que le dossier avait été retiré et qu'il avait été décidé de se concentrer sur la question du boycott des produits des colonies israéliennes. Du fait que rien sur les étiquettes ne permet au consommateur de distinguer les produits des colonies, il s'agit purement et simplement du boycott de tous les produits israéliens.

Et Humphreys de s'enquérir de la raison pour laquelle Israël est ainsi ciblé de la sorte, et de demander si Trocaire croit vraiment qu'Israël est le pire violateur des droits de l'homme sur la planète. Israël ne mérite-t-il pas qu'on reconnaisse son bilan en matière des droits des femmes et des homosexuels, de liberté d'expression et de liberté religieuse, qui le différencie justement du régime palestinien? Et Humphreys de suggérer que maintenant que les chrétiens sont menacés dans le monde arabe, « on se serait attendu à ce que la persécution des chrétiens devienne un sujet de grande préoccupation pour les évêques catholiques et leur ONG d'aide humanitaire ».

Ruth Dudley Edwards ne sait pas si l'école de Carersiveen a utilisé le dossier pédagogique de Trocaire pour mener sa campagne, mais on peut penser que c'est le cas. Le zèle des adolescents ne peut qu'être stimulé par l'appel de l'ONG catholique, avec l'aval des évêques, à boycotter les commerces qui vendent des produits israéliens.

Et elle conclut que beaucoup d'évêques irlandais sont sonnés par le scandale de pédophilie qui a secoué l'Eglise et que peu se montrent courageux. Soit ils approuvent que les fonds de leur ONG soient utilisés pour des campagnes de propagande anti-israélienne plutôt qu'à venir en aide aux Chrétiens persécutés, soit ils font l'autruche.

Il n'est pas étonnant que le ministère israélien des Affaires étrangères considère que l'Irlande est le pays le plus anti-israélien, voire le plus antisémite, d'Europe. Les évêques irlandais devraient avoir honte de permettre que - au nom de la compassion (Trocaire) – leur agence caritative répande la haine.

---------------------------

 

[Voir quelques exemples d'antisémitisme pro-palestinien sur base de symboles religieux chrétiens, dans mon article, rédigé il y a quelques années : « Noël pris en otage par la propagande palestinienne ». (Menahem Macina)]